Publié le 7 janvier 2019 - par

Super Pi Case, un boîtier “intelligent” pour les Raspberry Pi 2 et Pi3

Après le Boîtier NesPi Case + dont je vous ai parlé en juin, RetroFlag a continué sur sa lancée et propose le SuperPi Case pour Raspberry Pi, inspiré de la célèbre Super Nintendo aussi connue comme Super NES ou SNES

SuperPi Case un boîtier intelligent pour le Raspberry Pi

============= Article sponsorisé =============

TomTop m’a proposé de tester ce boîtier disponible en deux versions, une avec manette de jeu, l’autre sans la manette, ce que j’ai accepté avec plaisir. Je n’ai pas d’affiliation avec TomTop, j’ai simplement reçu les boîtiers gratuitement.

Le modèle d’origine

En haut l’original, en bas le boîtier SuperPi Case disponible sur le site TomTop

Déballage du SuperPi Case “DeLuxe”

Le matériel est arrivé dans un carton, protégé par des bulles. Apparemment le carton a été compressé et l’emballage du SuperPi Case, situé à l’intérieur, a subi une légère déformation. Vous pouvez le voir ci dessus. Mais comme la boîte en carton protège bien le contenu, il n’y a rien à signaler au niveau du boîtier. La mention  Deluxe Edition  indique la présence de la manette de jeu : mention “Classic USB controller“.

La première version du SuperPi Case contenant une manette de jeu, la boîte est plus épaisse.

Le modèle du SuperPi Case est un modèle J, compatible avec les Pi 2 et 3

A l’intérieur de la boîte on trouve le boîtier, un tournevis cruciforme pour le montage, une manette et une notice. On voit la partie du carton légèrement déformée en haut, mais l’épaisseur a protégé le boîtier.

La visserie pour le montage et les pieds adhésifs sont dans le boîtier.

La carte interne au boîtier met à disposition 2 ports USB en face avant, pour les manettes de jeu.

A gauche l’interrupteur A/M est une glissière qu’il suffit de pousser pour appliquer l’alimentation. A gauche le bouton de Reset. Je reviendrai plus loin sur leur utilisation en fonction de la configuration choisie. Le bouton Eject prévu à l’origine pour éjecter la cartouche de jeu, ouvre simplement ici la trappe située au dessus.

Elle permet de stocker ses cartes SD 🙂

Quand vous recevez le SuperPi Case, la partie supérieure n’est pas fixée, il suffit de la soulever après avoir enlevé la petite trappe qui cache les 2 ports USB et le port Ethernet du Raspberry Pi. pour l’enlever et découvrir ce qu’il y a dedans.

 

Alimentation micro USB

 

Dans la partie inférieure du boîtier (à droite) on trouve la carte de liaison, équipée de deux prises USB et d’un connecteur Dupont qui viendra sur le GPIO pour la gestion d’un arrêt “propre” du Raspberry Pi. La carte comporte aussi des interrupteurs sur lesquels je vais revenir. En haut à droite, sous le connecteur Dupont (noir) la plaquette support du port micro USB de l’alimentation.

 

Sous la face supérieure on distingue le ressort de rappel de la trappe à cartes SD et les boutons A/M et Reset. La zone transparente sert de voyant grâce à la LED rouge présente à cet endroit sur la carte, dans le boîtier. Cette LED est positionnée juste sous ce “hublot” transparent.

Cliquer pour agrandir

La carte assure la liaison avec les 2 ports USB de la face avant et la jonction avec les ports GPIO pour la gestion de l’arrête “propre” du Raspberry Pi.

Montage du Boîtier
Avant de mettre en place la partie supérieure du boîtier, assurez vous que l’interrupteur A/M de la carte est sur OFF, faites de même pour le bouton situé sur le dessus du boîtier : il doit être sur OFF.

Montage d’un ventilateur

Un connecteur permet de brancher un ventilateur qui viendra se loger sous la carte (5 vis à enlever)

Le ventilateur sera un modèle 30×30 mm. vous pourrez le visser ou le clipser, les deux sont prévus. Je n’ai pas testé cette possibilité, car je n’ai plus de radiateur de cette dimension. En plus j’ai eu de mauvaises expériences avec ces mini ventilateurs, souvent bruyants (bruit d’air et bruits de frottement 🙁 ).

En utilisation “normale” avec Scratch 3 par exemple, la température CPU reste entre 60 et 75°C environ.

Fonctionnement des interrupteurs

Interrupteur SAFE SHUTDOWN :

Quand vous recevez votre boîtier, cet interrupteur
Safe Shutdown” est sur OFF. Cela signifie que
l’arrêt “propre” du Raspberry Pi ne fonctionne pas !
Quand vous mettrez Power sur OFF vous couperez
l’alimentation à la “sauvage” et quand vous appuierez
sur Reset vous ferez aussi une coupure sauvage
d’alimentation. Ce sera à vous de gérer l’arrêt
“propre” du système en faisant un “Shutdown”
du système, soit en mode graphique, soit en ligne
de commande !

Interrupteur POWER :

Si SAFE SHUTDOWN est sur OFF, établit et
coupe l’alimentation du Raspberry Pi brutalement.
Si SAFE SHUTDOWN est sur ON, établit normalement
l’alimentation du Raspberry Pi. Quand on passe
POWER sur OFF, un signal est envoyé au système
via les ports GPIO et un programme en Python
arrête proprement le système.
La LED clignote pendant l’arrêt, puis s’éteint
quand l’alimentation disparait.

Interrupteur RESET :

Si SAFE SHUTDOWN est sur OFF, RESET
coupe l’alimentation du Raspberry Pi brutalement.
Si SAFE SHUTDOWN est sur ON, la carte envoie
l’information au système via les ports GPIO du
Raspberry Pi, et le système redémarre proprement.
Au moment du reset, la LED s’éteit et se rallume.

Vidéo sur Reset et Power Off

Cette vidéo montre le fonctionnement des deux interrupteurs, quand SAFE SHUTDOWN est sur ON et que les scripts de gestion de l’arrêt ont été installés sur le système. Ici un Raspbian Lite. Pour les tests j’ai juste démarré le Raspberry Pi et le système est en attente de login.

  

Pour ouvrir la trappe de rangement des carte micro SD appuyez sur la touche centrale EJECT

  On referme la trappe simplement en appuyant dessus.

Avant le montage du Raspberry Pi, les emplacements HDMI et Audio sont vides

Mise en place du Raspberry Pi. Connectez les deux prises USB sur les prises indiquées (côté GPIO). Les deux autres seront directement accessibles de l’extérieur sous une trappe.

Attention !
Pensez à enlever la carte micro SD du Raspberry Pi avant de mettre celui-ci à sa place, sinon vous risquez de casser la carte.

Connectez le connecteur Dupont noir sur le GPIO, respectez bien le sens de branchement.

Mettez le Raspberry Pi en place. Vissez les petites vis noires. Ne pas mettre de vis en haut à droite (flèche jaune) car cet emplacement va être occupé par une des vis de fermeture du boîtier !

Lorsque le Raspberry Pi est monté, mettez la carte micro SD en place. La découpe dans le boîtier tombe au bon endroit et je n’ai eu aucun mal à insérer ou enlever la carte une fois le boîtier fermé.

Les connecteurs tombent également en face des trous. Ne rigolez pas, parfois… on a des surprises 😀

Les vis longues viennent se loger sous le boîtier dans les 4 trous prévus à cet effet. J’apprécie peu les vis qui viennent se loger dans la partie sur laquelle on colle un pied en caoutchouc (image du bas). C’est toujours ch.. embêtant si on doit re-démonter. Il faut décoller le pied et après il ne tient plus pfff

Dans la trappe à l’arrière boîtier, on accède aux deux prises USB libres sur le Raspberry Pi ainsi qu’à la prise Ethernet. (voir ci-dessous)

Le Raspberry Pi avant fermeture du boîtier. Les deux prises USB de droite sont connectées à la carte du SuperPi Case. On accèdera aux deux prises de gauche et au port Ethernet par l’ouverture prévue dans le boîtier.

Démarrage du Raspberry Pi

Allez tout est prêt. J’ai connecté souris et clavier au Raspberry Pi par la trappe arrière. J’utilise un écran [ancien] avec un adaptateur HDMI/VGA. Le réseau est également connecté.

Testée sur une machine Windows,
la manette de jeu est bien reconnue.

Au premier démarrage SAFE SHUTDOWN est sur OFF. Après connexion de l’alimentation, interrupteur POWER sur ON. La LED s’allume et le Raspberry Pi démarre 🙂

Visite de la carte Pi Case

Carte électronique du boîtier.

Le dessous de la carte après démontage des (5) vis qui la fixent au boîtier 

L’électronique est quand même assez réduite 🙂

Configuration du système

La page GitHub de RetroFlag donne les informations suivantes pour l’utilisation du boîtier SuperPi-Case avec un arrêt sécurisé du système :

Mettre l’interrupteur “SAFE SHUTDOWN” présent sur le circuit imprimé en position ON.

Exemple d’installation pour RetroPie

  • Assurez-vous d’être connecté à Internet.
  • Assurez-vous que le clavier est connecté.
  • Ouvrez un terminal (F4)
  • Dans le terminal, tapez la commande ci-dessous sur une seule ligne (sensible à la casse) :

Exemple d’installation pour RecalBox

  • Assurez-vous d’être connecté à Internet.
  • Assurez-vous que le clavier est connecté.
  • Appuyez d’abord sur F4. Appuyez ensuite sur ALT-F2 pour entrer en mode terminal.
  • Utilisateur : root Mot de passe : recalboxroot
  • Dans le terminal, tapez la commande ci-dessous sur une seule ligne (sensible à la casse) :

Si vous n’installez pas les scripts

Que se passe-t-il si vous n’installez pas les scripts et que vous basculez l’interrupteur “SAFE SHUTDOWN” présent sur le circuit imprimé en position ON ?

Vous pourrez mettre sous tension le Raspberry Pi avec l’interrupteur POWER (mettez le en position ON). Par contre cet interrupteur ne jouera pas son rôle quand vous le remettrez sur OFF : le Raspberry Pi restera alimenté.

Il en sera de même pour le bouton RESET qui sera sans effet. Vous appuierez dessus mais le Raspberry Pi continuera de fonctionner normalement !

Attention !
Si vous mettez l’interrupteur “SAFE SHUTDOWN” en position ON  il faut impérativement mettre les scripts en place pour avoir un fonctionnement normal des interrupteurs du boîtier.

Configuration manuelle

Pour ma part j’ai opté pour une installation manuelle car je n’ai pas de console de rétrogaming installée sur mon Raspberry Pi de test (et puis j’aime bien savoir ce que ça fait quand ça installe 🙂 ). Tapez

pour récupérer le fichier install.sh que vous rendrez exécutable avant de le lancer. Il installera alors  gpiozero et ajoutera le fichier SafeShutdown.py dans /opt/RetroFlag.

Modifiez ensuite le fichier /opt/RetroFlag/SafeShutdown.py (faites en une sauvegarde avant !) pour enlever la suppression de l’émulateur de retrogaming emulationstation. (killall emulationstation  && le && permettant d’enchaîner les commandes…)

Les fichiers sont disponibles en téléchargement ici.

SafeShutdown.py :

Redémarrez le Raspberry Pi et votre système Raspbian est prêt pour fonctionner avec le boîtier SuperPi Case. Il réagit maintenant aux actions sur les boutons A/M et RESET.

Le modèle SuperPi Case “seul”

C’est exactement le même modèle que je viens de décrire. Il est simplement livré seul, sans manette de jeu et la boîte est donc plus petite.

On retrouve la même protection en carton que dans le modèle “DeLuxe”

Le boîtier est 100% identique.

Seule différence notable : les vis et les pieds caoutchouc ainsi que le tournevis sont à l’intérieur du boîtier, dans un sac en plastique. Le tournevis cruciforme est plus court que celui de la version “DeLuxe”. Pour le reste, l’installation et la configuration de Raspbian sont rigoureusement identiques.

Conclusion

Un boîtier agréable pour héberger un Raspberry Pi 2 ou 3. Une fois les utilitaires installés, le fonctionnement devient complètement sécurisé, puisque le système s’arrête proprement grâce aux scripts lancés quand on manipule les boutons…

J’ai apprécié

  • La facilité de montage
  • La facilité de configuration de Raspbian et le fonctionnement parfait des interrupteurs
  • L’espace de rangement des cartes micro SD
  • L’accessibilité à toutes les prises du Raspberry Pi.

J’ai noté peu de points négatifs :

  • L’accès au bouton RESET qui n’est pas protégé. Un appui intempestif sur ce bouton redémarrera le système, parfois de façon non souhaitée.
  • Un regret aussi pour la plaque de protection des prises USB et Ethernet qu’on est obligé d’enlever pour brancher les connecteurs. Du coup on la pose là où elle tombe et… il y a de fortes chances qu’elle disparaisse (le genre de truc qui m’arrive tout le temps 😀 ). Un petit lien souple entre la plaque et le boîtier aurait évité ce risque.

il reste peu de place pour appuyer sur le cliquet de verrouillage de la prise Ethernet. (ici la prise n’est pas enfoncée en butée pour montrer le peu d’espace disponible). Au premier plan la plaque de protection démontée pour accéder aux prises.

  • Agaçant également (si vous branchez/débranchez souvent le câble Ethernet, le peu de place disponible pour appuyer sur le cliquet de déverrouillage de la prise. J’ai testé (mais c’est le hasard) avec une prise munie d’un protection souple sur le cliquet et même avec des ongles c’est galère 🙂 Bon, après si vous laissez la prise branchée en permanence, ça a peu d’importance…

Je n’ai pas pu tester le ventilateur de 30x30mm que je n’avais pas en stock. SI vous testez cette solution, n’hésitez pas à faire un retour dans les commentaires ci-dessous.

Le modèle SuperPi Case seul est actuellement vendu 19.33€  (promo pendant une semaine jusque 14/1/2019) et la version avec manette de jeu est vendue 24.60€ (promo limitée)

Sources

SuperPi Case modèle “DeLuxe” avec manette de jeu – gamepad

https://www.tomtop.com/fr/p-f1880-1.html?aid=francco

SuperPi Case seul

https://www.tomtop.com/fr/p-f1885-1.html?aid=francco

Téléchargement des utilitaires

https://github.com/RetroFlag/retroflag-picase

 

 

 

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. Auteur de plusieurs livres sur le Raspberry Pi publiés aux Editions ENI.

10 réflexions au sujet de « Super Pi Case, un boîtier “intelligent” pour les Raspberry Pi 2 et Pi3 »

  1. Philippe

    Sympa le boitier. Je suis même presque sûr qu’il vaut mieux acheter le boitier à 19€ pour en récupérer la carte de contrôle et toute la connectique plutôt que de le faire soit même. l’idée est de faire une intégration pour autre chose que RetroPi, Volumio par exemple 😉

    Répondre
  2. Dust

    Bonjour,
    Bon retour d’expérience sur ce produit dont je souhaite faire l’acquisition.
    Une question: pensez vous qu’il y ait suffisamment de place dans le boîtier pou y intégrer une carte d’extension msata ssd+ la mémoire ssd qui va bien.
    En effet je souhaite éviter la corruption de sd card et donc installer OS + Retroflag + roms sur du ssd et faire en sorte d’avoir quelque chose sans branchement qui dépasse. Enfin si possible.
    Merci pour votre retour

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      difficile à dire, je n’ai pas cette carte. La boite à micro SD fait une bosse comme vous pouvez le voir sur les photos et descend pratiquement au niveau du sommet du GPIO…
      désolé de ne pouvoir être plus précis

      Répondre
  3. Ralabeat

    Bonjour,
    j’ai acheté le boitier plus le ventilateur. Tout s’emboîte parfaitement, reste que les vis paraissent d’un diamètre légèrement supérieur aux trous du boitier, mais après un vissage “à blanc” sur les 4 trous, ça rentre sans trop forcer. En revanche le bruit du ventilo est agaçant, évidemment lors des silences du jeu ou d’une vidéo. Je ne l’utilise qu’avec Recalbox et Osmc et j’ai essayé sans. Avec Recalbox l’icône température s’est affichée presque immédiatement (j’étais sur de la N64 avec un overclock). Donc je me résigne à laisser le ventilo. Dommage qu’on ne puisse pas le désactiver simplement avec le bouton reset par exemple. Sinon pour configurer les boutons sous recalbox c’est un jeu d’enfant avec recalbox.conf.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour merci pour ce retour
      je n’ai pas trouvé de ventilateur de cette taille qui soit silencieux, malheureusement
      si un lecteur a un référence de ventilo 30×30 silencieux, jepense que de nombreux lecteurs seront intéressés 🙂

      Répondre
  4. Ludo

    Bonjour,
    Je ne comprends pas bien comment taper le script pour l’arrêt et le reset sécurisé?
    Et ce que cette fonction est active pour recalbox et Kodi?
    Cordialement

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      il n’y a pas de script à entrer, entrez la ligne de commande et les scripts nécessaires s’installent seuls.
      Si vous utilisez recalbox, utilisez l’installation automatique pour recalbox.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.