A propos

Bonjour,

francois_mocq_250x379Je m’appelle François.
Linuxien depuis des années, je ne pouvais qu’être intéressé par l’annonce du Raspberry PI, un ordinateur à 35€ qui ferait tourner Linux ?

Qui je suis?

D’où viens-je?

Dans quel état j’erre?

Vous devriez trouver les réponses ci-dessous.

 

 


Boîte Philips Electronic Engineer

Boîte Philips Electronic Engineer

Né dans un coron d’une cité minière du Pas-de-Calais, au pied du terril de Calonne-Ricouart, en 53 (qui a dit « avant Jésus-Christ » !!?) je suis passionné d’électronique depuis l’âge de 10 ans. J’aidais un oncle à distribuer le journal pendant mes vacances et avec l’argent gagné j’achetais « Le Haut-Parleur » ou « Radio-plan », les revues de référence de l’époque pour les électroniciens. A 12 ans, pour Noël 1965 mes parents m’ont offert la boite Philips Electronic Engineer. Ce fut le début d’une passion qui dure encore aujourd’hui pour l’électronique et les nouvelles technologies. Cette boîte contenait une plaque de montage avec des supports à ressort, permettant de monter : amplificateur, clignotant, sirène, orgue … et même poste de radio petites et grandes ondes (PO/GO) ! (ci-dessus le poste de radio à 3 transistors !).

Philips- transistor au germanium AC126

Philips- transistor au germanium AC126

Les transistors (au germanium) de l’époque étaient si précieux qu’ils étaient livrés en boîte carton individuelle. Il y avait 2 transistors AC126 (BF à tout faire) et un transistor Haute Fréquence AF116. S’y ajoutaient résistances et condensateurs, écouteur piézoélectrique pouvant tenir lieu de micro, condensateur variable pour la radio, diode, potentiomètres… Tout ce qu’il fallait pour découvrir l’électronique !

Dans les années 70, j’ai conçu et réalisé ma première horloge constituée de circuits TTL logiques, montés en compteurs, avec un affichage à tubes Nixie, sur 6 chiffres et système de remise à l’heure manuelle. Elle était synchronisée sur le 50hz du secteur. La photo de pendule à tubes Nixie ci-dessous est mensongère, mon horloge n’était pas habillée de bois vernis, une simple plaque de circuit imprimé beaucoup moins présentable… Mais je n’en ai pas gardé de photo.

Pendule à 6 chiffres - tubes Nixie

Pendule à 6 chiffres – tubes Nixie

Ruban perforé utilisé sur les terminaux de l'IUT de Béthune (1971-1972)

Ruban perforé utilisé sur les terminaux de l’IUT de Béthune (1971-1972)

J’entre à l’IUT de Béthune en 1971, en Génie Chimique, je continue malgré tout à rester en contact avec l’électronique et la radio, par l’intermédiaire des radio-amateurs du Pas-de-Calais.  Mais surtout c’est à l’IUT à partir de 1971 que je découvre la programmation (Fortran) sur des machines de l’époque, centre de calcul à Lille, terminaux à Béthune, rubans perforés pour enregistrer les programmes…. J’avais trouvé dans « Le Haut-Parleur » des commandes utilisées sur les machines UNIX de l’époque, et avant de taper mon programme j’ai tapé ma première « commande » : whoami ! et ça a fonctionné.

Terminal informatique équipé d'un perforateur/lecteur de ruban (au premier plan)

Terminal informatique équipé d’un perforateur/lecteur de ruban (au premier plan)

Les stagiaires que je forme sont toujours étonnés d’apprendre que cette commande que je leur fais saisir sous Linux aujourd’hui fonctionnait déjà il y a … plus de 40 ans !

Devenu chimiste après l’obtention d’un DUT de Génie Chimique option pétrochimie (obtenu en 1973 pile au moment de la crise du pétrole!), je bifurque vers l’électronique (1974) en suivant une formation à l’école technique de Rochefort (Armée de l’Air). Après cette formation (1 an) et une spécialisation de 3 mois,  je travaille sur les avions Jaguar de l’escadron 1/7 Provence de Saint-Dizier, pendant 5 ans, à la maintenance SNA (Systèmes de Navigation et d’Armement).

Jaguar de l'escadron 1/7 Provence - Base aérienne de Saint-Dizier (52)

Jaguar de l’escadron 1/7 Provence – Base aérienne de Saint-Dizier (52)

J’interviens sur les postes radio VHF et UHF, IFF, centrales gyroscopiques, aides au pilotage, calculateur de navigation, Tacan, VOR

elec appli 1Pendant ces 5 ans, je pratique non seulement le dépannage sur avion, mais comme dans la plupart des services électroniques de l’époque, des dépannages aussi divers que variés… (aspirateurs, postes de radio, télévisions….). Je continue aussi l’électronique pour mes loisirs, réalisant mon premier allumage électronique qui équipera la Fiat 124, mon véhicule de l’époque.

Je participe au concours de la revue Électronique Applications : trouver une application originale de l’UAA180, un afficheur linéaire à LEDs.  Je propose un anémomètre dont la partie tournante était constituée de demi balles de ping-pong, collées sur des barres coupées dans du circuit imprimé, et montées sur un resolver de récupération utilisé pour fournir une tension proportionnelle à la vitesse du vent… J’ai gagné un prix, mais je ne sais plus lequel (?).

TI57C’est à cette époque également que j’investirai dans une TI57. Le mot investir est juste si on compare le prix de ce joujou à mon salaire de l’époque. J’ai beaucoup appris sur la programmation et passé des heures avec cette merveille.

La TI-57 avait une capacité de 50 pas de programme et 8 mémoires. Il n’y avait pas de négociation entre le nombre de mémoires et le nombre de pas de programme, c’est-à-dire que l’on dispose toujours de 50 pas de programme quel que soit le nombre de mémoires utilisées, contrairement à d’autres modèles de calculatrice programmable.
La TI-57 avait une mémoire volatile c’est-à-dire qu’une fois éteinte, elle ne gardait pas le programme en mémoire. Elle avait toutes les fonctions de base d’un ordinateur à savoir : tests, branchements conditionnels, boucles, sous-programmes (jusqu’à 2 niveaux).
Cette calculatrice, comme la plupart des modèles TI de cette époque, n’utilisait que des « Battery Packs » contenant deux accumulateurs Ni-Cd de taille AA et un petit circuit électronique chargé de monter la tension de sortie aux 9V nécessaires à la calculatrice. Ce qui permettait, moyennant modifications et soudures, d’utiliser une pile 9V classique à la place.
Son prix s’élevait en France pour l’équivalent d’environ 45 Euros.
Elle fut produite jusqu’en 1983.

Après cette période aéronautique, je travaille pendant 4 ans dans la radiocommunication  et péri-téléphonie chez Matra.

Matra ER150 - Radiotéléphone intégrant un Z80

Matra ER150 – Radiotéléphone intégrant un Z80

Deux ans de cours du soir microprocesseur (Lycée Branly – Lyon – 1981/1982) m’amènent vers la micro-informatique (Motorola 6800 et successeurs, mais surtout Z80 de Zilog sur lequel je travaille chez Matra pendant 2 ans (c’est l’époque de l’assembleur, de l’hexadécimal et des EPROM programmées avant de partir chez le client…). Mon prof d’informatique de l’époque, Arsène Perez Mas m’a donné le goût, l’envie de comprendre la micro-informatique, mais aussi les bases du développement logiciel « bien fait ». J’essaye à mon tour de faire passer ce message. J’ai aussi utilisé très longtemps pour former des électroniciens son ouvrage : Électronique Pratique, encore vendu aujourd’hui.

ZX81_01A l’apparition d’un des premiers micros personnels abordables, le ZX81, je serai bien entendu parmi ses utilisateurs. Basé sur un Z80, cette machine utilisait une simple TV pour l’affichage, et un magnétophone à K7 (j’avais un Philips N2214) pour les sauvegardes. Cette merveille (pour l’époque) coûtait 75€ et on disposait pour ce prix d’un processeur Z80 cadencé à 3,25 MHz disposant de 1 Ko de mémoire vive pour les programmes et l’affichage….

Philips N2214

Philips N2214

Pour les plus jeunes qui doivent se dire que j’écris n’importe quoi, je confirme en toutes lettres : trois virgule vingt cinq mégahertz et un kilo octet de mémoire. On était loin des gigas à cette époque !

ZX81_rampackBien entendu, comme sur l’image ci-dessous, on pouvait équiper son ZX d’une extension mémoire de 16Ko, qui ouvrait les portes vers les « grands programmes »…

J’équiperai mon ZX81 d’un « vrai clavier », un clavier professionnel de récupération équipé de « vrais » boutons poussoir, que je recâblerai pour qu’il fonctionne avec le ZX81. Je réaliserai aussi un programmeur d’EPROM (qui sera publié par une revue sous le nom de ProgEPROM), une carte d’extension RAM de 16 Ko…

Carte mère du ZX81

Carte mère du ZX81

Sur la carte mère du ZX81 ci-dessus, on distingue les quelques circuits intégrés utilisés, et à droite le modulateur chargé de transformer l’image TV générée par le ZX, en signal UHF à destination de l’entrée antenne de la TV.

ZX81_04ZX81_03

On voit qu’il fallait avoir de l’imagination pour jouer au Flight Simulator de Psion sur le ZX81, vu la faible résolution de l’affichage, mais je vous garantis qu’on y arrivait. Il ne fallait quand même pas trop se fier aux superbes illustrations ornant les boites des jeux (à gauche).

C’est aussi l’époque de l’installation d’antennes de radiocom en haut des pylônes (12 à 40 mètres) des dépannages de points de relais l’hiver en scooter des neiges ou en 4×4.

SECAPAAprès un licenciement économique par Matra en 1983, je travaille chez SECAPA à Dardilly (69). Cette entreprise est spécialisée dans la conception et la construction (dans l’usine de Dardilly, c’était pas encore en Chine) de terminaux spéciaux pour l’industrie, dont des terminaux graphiques (les 1020 ont une définition de 1024×1024 pixels … en 1985!). SECAPA intervient aussi en informatique industrielle, ce qui me vaudra de nombreux déplacements dans le sud de la France (au sud d’une ligne Bordeaux/Strasbourg) et en Italie.

Bac Motorola Exorciser - A droite la carte UC

Bac Motorola Exorciser – A droite la carte UC

J’interviens sur des systèmes de production à base de bacs Motorola Exorciser (production de bandes magnétiques, biscuits (Papou) aliments pour bétail, aliments pour chiens (Mac’Ani), tests de pompes pour le nucléaire (Guinard), machine de lecture automatique des mouchards de camions, systèmes de découpe optimisés pour l’industrie textile, pilotage de métiers à tisser….). Ces systèmes sont interfacés avec des systèmes de production industrielle. En 1985 SECAPA éprouve des difficultés économiques qui l’amèneront un peu plus tard à la fermeture. Comme je forme en double les techniciens qui entrent dans l’entreprise, j’ai eu des personnes sortant de l’AFPA en formation. Certains m’ont parlé de leur formation et me disaient que ma méthode se rapprochait de celle qu’ils avaient connue en stage. Au vu des difficultés de SECAPA, je postule à l’AFPA, où après des tests techniques, pédagogiques et psychotechniques (ouf) je suis embauché, à partir de juin 1985, sur le Creusot, pour participer à la reconversion des anciens de Creusot-Loire qui vient de fermer.

Micro-Professor - Kit d'apprentissage de la micro à base de Z80

Micro-Professor – Kit d’apprentissage de la micro à base de Z80

Les premières formations auxquelles je participe (TMMSI = Technicien de Maintenance des Micro Systèmes Informatiques) m’amènent à former d’abord des électroniciens sur plusieurs mois (principes de base, filtres passifs, redressement, filtrage, différentes classes d’amplification, logique combinatoire et séquentielle …) pour aboutir à une formation à la micro-informatique sur des kits Z80 (image ci-contre). Programmés en assembleur traduit en hexadécimal, ces kits ont permis à beaucoup de futurs technicien de comprendre ce qu’un microprocesseur a dans les tripes.

Carte mère d'IBM PC

Carte mère d’IBM PC

C’est à cette époque que je construis mon premier PC. Combien coûte un IBM PC de l’époque ? Environ 25000Fr (pas loin de 4000€ !). Machine inaccessible pour un particulier (ramené à 1985, ça représente plusieurs mois de salaire), une seule solution, monter son PC ! Comme beaucoup de passionnés à l’époque, j’ai acheté une carte mère (clone de la carte IBM) nue, sans supports ni composants, avec ses deux EPROM contenant le BIOS chez PENTASONIC, pour la modique somme de 500Fr (80€), et puis patiemment, petit à petit j’ai récupéré les supports de circuits intégrés et les composants que je pouvais récupérer, acheter ceux qui n’étaient pas disponibles… et réalisé les quelques 2000 soudures permettant d’assembler les composants sur la carte! en suivant scrupuleusement le schéma et le plan de câblage fourni.

IBM PC d'origine

IBM PC d’origine

Finalement, après des mois d’attente, MON PC a démarré, j’ai récupéré un vieux boîtier d’IBM PC hors d’usage qui a accueilli ma carte mère et j’ai enfin eu mon PC. Il était équipé de deux lecteurs de disquettes 5″1/2, de 64Ko de mémoire mais surtout il fonctionnait! C’était l’époque où le dépannage du PC se faisait à la sonde logique, à l’émulateur de micro-processeur, à l’oscilloscope, et où le technicien changeait le composant en panne, alignait le lecteur de disquette avec une disquette étalon, ou encore changeait une touche du clavier (clavier qui coûtait alors 2500Fr = près de 400€ !). Mais pas de regrets, cette époque est révolue, nous sommes à l’ère du jetable. Simplement la génération de techniciens qui a connu cette époque a une connaissance pointue du fonctionnement d’un système informatique.

Carte radioamateur (1985)

Carte radioamateur (1985)

Fin 1985 je passe les épreuves du certificat d’opérateur et j’obtiens le droit d’utiliser une station radioamateur, utilisable dans les bandes VHF/UHF et au dessus. Quelques années plus tard, l’autorisation sera étendue à la bande des 50MHz. Je reçois l’indicatif F1GYT. J’expérimente beaucoup sur les antennes (construction de yagis et de paraboles), construction de récepteur Météosat, automatisation du suivi des satellites amateurs par un PC pilotant les moteurs du mat d’antennes, construction et exploitation d’une station packet-radio (AX25).

Intervention sur le système d'orientation verticale des antennes

Intervention sur le système d’orientation verticale des antennes

Le pylône de 12 mètres en construction

Le pylône de 12 mètres en construction

J’aurai par exemple le privilège d’écouter Claudie André Deshayes, creusotine d’origine, quand elle survolera le Creusot dans la station spatiale Mir, et utilisera à cette occasion la station radioamateur à bord de la station (R0MIR). Vous pouvez écouter un appel de Claudie lors d’un de ses passages. (Merci à F6BVP d’avoir autorisé l’utilisation de cet enregistrement)

Minitel Magazine - 11/1986

Minitel Magazine – 11/1986

Un peu plus tard, en 1986, le PC est en plein développement, mais en France, c’est le Minitel qui tient la vedette. La revue Minitel Magazine lance un concours consistant à proposer un service minitel innovant, projet qui doit être réalisable, bien documenté avec les différents menus, la navigation, etc. Intéressé par l’astronomie et la poursuite des satellites amateurs, je propose CROC, Centre de Renseignements sur les Objets Célestes. J’obtiendrai le 2ème prix du concours (snif!) : Un ordinateur Djintel tournant sous CP/M, un minitel et un pack de développement pour les solutions Videotext (Minitel). Le Djintel est équipé d’un microprocesseur…. Z80 ! Encore lui ! et m’assurera de longues soirées laborieuses.

Article de Minitel Magazine - Novembre 1986

Article de Minitel Magazine – Novembre 1986

La copie de l’article vous permet de voir la remise des prix. Oui c’est moi, en bas à gauche avec mes lots dans les bras et … plein de cheveux! La personne qui m’a remis mon prix est en tout à fait en bas à droite, il s’agit de Monsieur Roland Moreno, qui était membre du jury. Disparu en avril 2012, il était l’inventeur de la carte à puce que vous utilisez quotidiennement. J’ai pu discuter avec lui, c’était quelqu’un de très abordable et très simple.

Mon travail évolue, les techniciens en informatique sont de moins en moins électroniciens, de plus en plus changeurs de sous ensembles. La séparation entre les spécialistes du hardware et les spécialistes du software s’amenuise. Les entreprises veulent des techniciens polyvalents. Le réseau apparait, l’industrie intègre les PC dans les chaînes de production. Je bascule donc vers des formations industrielles (TSMSI indus = Technicien Supérieur de Maintenance et Service industriel), où le C est de rigueur, bien qu’il reste de l’assembleur pour les traitements rapides… Temps réel, gestion de process, pilotage de robot, régulation de débit, de pression, niveau température, PID deviennent mon pain quotidien.

Elektor – Janvier 1997

Pour mettre en application ces compétences, je participe au concours international d’Elektor, en 1996. Il s’agit de proposer une réalisation innovante et opérationnelle. A l’issue de la délibération du jury,  les participants sont classés par pays et tous participent au concours international qui regroupe tous les concurrents. Je propose une réalisation nommée Multimet, qui comprend un « dongle » d’acquisition numérique sur 12 bits, intégré dans une DB25 et relié au port parallèle du PC. Le programme (que j’ai mis en freeware, et dont le source est disponible en open-source) est écrit en langage « Borland C ». Il est destiné à faire l’acquisition des données présentées sur la prise BNC équipant l’arrière de la DB25, et à les afficher.

  • sous forme de voltmètre (numérique et analogique),
  • sous forme d’oscilloscope(avec possibilité d’enregistrer et de rejouer les enregistrements),
  • et enfin il sert de data-logger (enregistreur de données) pouvant enregistrer de 10000 échantillons par seconde à 1 échantillon toutes les 18 heures.

La taille du fichier de données est limitée par la capacité mémoire en mode rapide, par la taille du disque dur en acquisition lente…  Je remporte le 5ème prix international (un logiciel EAGLE de conception de circuits imprimés). Multimet est publié dans toutes les éditions d’Elektor (allemand, anglais, néerlandais, français…). Vous pouvez consulter les articles en français et en anglais en cliquant sur les liens, et télécharger le logiciel sous forme de fichier .zip.

Elektor - Janvier 1997 - Multimet - Copies d'écran

Elektor – Janvier 1997 – Multimet – Copies d’écran

J’ai été contacté pour autoriser l’utilisation du logiciel en vue de la réalisation d’un ECG (Électrocardiographe) de faible coût, ensuite pour son intégration dans un système de détection des aflatoxines (2 appareils à faible prix, destinés aux pays émergents). Comme c ‘est un freeware, j’ai volontiers donné mon accord. Pas de nouvelles par la suite pour l’ECG, par contre le détecteur d’aflatoxines, a été publié dans le « Journal de la chromatographie« . Les exportateurs de graines séchées (graines d’arachides, maïs, blé, céréales diverses, amandes, noisettes, noix, pistaches, figues, dattes, cacao, café, manioc, soja….) doivent vérifier que ces toxines extrêmement cancérigènes sont absentes des produits livrés, sinon le lot entier est refusé. Multimet est utilisé pour enregistrer les informations fournies par le détecteur. La référence à Multimet est sur la dernière page de cet article.

Pendant que nous sommes dans le logiciel libre, je mentionnerai également ma participation à la traduction de Tera-Term en 2010. Avec l’abandon de l’hyper-terminal par Microsoft à partir de Windows Vista, il a fallu trouver un remplaçant à cet outil utilisé pour paramétrer un modem, se connecter en console sur routeurs, switch, à un serveur en SSH… Le logiciel open-source Tera-Term (près de 2 millions de téléchargements en octobre 2012) répond bien à cette attente, malheureusement les seules versions disponibles étaient en Anglais, Japonais ou Allemand. J’ai donc consacré quelques heures à la traduction en français de Tera-Term. Vous pouvez télécharger la version française du fichier .lng en bas de la page d’accueil de Tera-Term.

Également dans la traduction de documents, je donne un peu de temps pour la traduction de la revue The MagPi à laquelles je participe quand je peux (traduction et relecture d’articles). Voyez l’article sur The MagPi.

raspberry_pi_francois_mocq_250Et puis comme j’aime beaucoup écrire, j’ai consacré les week-ends et les vacances des 6 derniers mois de 2013 à la rédaction d’un livre. Le projet proposé aux éditions ENI, spécialisées en informatique a été retenu, et le livre est sorti début mars 2014. Il est resté classé en tête des ventes sur le site ENI pendant presque 6 mois…

Près de 600 pages parfumées à la framboise314, puisque ce sont les commentaires des lecteurs du blog qui ont en partie guidé la rédaction de cet ouvrage.

Après ce marathon de l’écriture, je vais pouvoir me replonger dans la technique…

Dans la série des traductions réalisées (toujours avec l’accord des auteurs) pour faciliter l’accès aux lecteurs francophones j’ai traduit début 2014 ja carte des composants du Raspberry Pi : RaspMap, le générateur de commandes pour la caméra : Raspicam ainsi que le script rpi-clone qui permet de cloner une carte SD d’un Raspberry Pi en fonctionnement.

 raspi2_couverture_211x250px  couverture_esp_250px

La sortie de la série Raspberry Pi B+, A+ puis Raspberry Pi 2, m’a amené à reprendre le livre pour y ajouter les chapitres correspondants. Il a aussi fallu prendre en compte les cartes HAT, cartes d’extension apparues avec cette nouvelle gamme.

Sorti en mai 2015, le livre kit_eni_kubii_250pxest resté plusieurs mois en tête des ventes chez ENI. Il a été rejoint par un kit concocté par ENI et KUBII, comprenant le nécessaire pour démarrer avec le Raspberry Pi. Il est sorti dans sa version espagnole (ci-dessus à droite) le 14 janvier 2016.

A la date où j’écris ces lignes (février 2016) le livre raspberry Pi 2 et le kit occupent toujours les deuxième et troisième places des ventes, 10 mois après la sortie 🙂 .

Vous pouvez me retrouver sur Google+

Share Button

119 réflexions au sujet de « A propos »

  1. Julien

    Merci François pour tous ces détails sur ton parcours : c’est passionnant ! Ces souvenirs sont un exemple pour les plus jeunes qui découvrent l’électronique et n’imaginent pas la patience qu’il faut avoir pour *comprendre* les choses. Tu es bienvenu chez nous (Valbonne, 06) quand tu veux ! Julien, co-fondateur et président de Pobot.

    Répondre
  2. Clem

    Bonjour,

    Merci pour ce Blog, qui j’espère, recevra un nombre croissant de lecteur.
    Je me permet juste de suggérer la mise en place d’un flux RSS afin d’en faciliter le suivi.

    Bonne continuation.

    Répondre
  3. Alexandre

    Bonjour François,
    Heureux possesseur d’un Rasp depuis peu, je prends plaisir à suite ton Blog.
    Je ne sais pas si tu connais, mais j’ai trouvé deux articles intéressant sur le Rasp sur le blog http://youresuchageek.blogspot.fr/
    – Howto Raspberry Pi: Monitor your Raspberry Pi with Observium!
    -Howto: Raspberry Pi Root NFS share – boot your System over NFS share and definitively deal with Flash data corruption
    A+
    alexandre

    Répondre
    1. admin

      Bonjour Alexandre,

      Merci pour ce lien qui pourra intéresser d’autres visiteurs. Non, je ne le connaissais pas et je vais visiter ce site et sans doute l’ajouter sur la page de lien.
      A bientôt
      François

      Répondre
  4. Francis MERCK

    Bonjour François,
    En lisant votre présentation j’ai l’impression de me voir.

    Comme vous j’ai commencé avec la boite de Philips « Electronic Engineer » lu les revues « Haut parleurs / Radio plan / Elektor (beaucoup plus tard) »
    Après des début sur les cartes d’initiation (afficheur hexadécimal sauvegarde sur lecteur de cassette) mes enfants étaient les premiers en 1981 à utiliser le ZX81 avec son extension mémoire de 16k.

    ……………. Et cette année pour pâque, mon fils ainé vient de m’offrir un Raspberry PI, et voilà que le vieux recommence à bidouillé en suivant les conseils de François.
    C’est aussi ma passion pour les nouvelles technologies qui a poussé mon fils à se lancer dans l’informatique.

    C’est un plaisir de vous lire, bonne continuation.

    Amicalement
    Francis

    Répondre
    1. admin

      Bonjour Francis
      Oui étonnant parallélisme ! Pour info mon fils ainé est aussi informaticien ;o)
      Amusez vous bien avec le Raspberry et n’hésitez pas à poser des questions.
      Cordialement
      François
      ps : vieux ? quel vieux ?

      Répondre
  5. Didier FLAMENT

    Bonjour cher Admin.( et cher Om)
    Je présume que d’autres sont passés avant moi pour vous adresser
    les félicitations d’usage quant à la qualité de votre site, mais vous me direz
    les félicitations sont toujours appréciables et lorsqu’elles sont légion, elles
    devraient avoir raison de votre humilité.
    Ce qui m’amène à ce contact sont (entre autres) les derniers articles relatifs à
    la « greffe » d’un HDD externe de boot et de stockage de données.
    Les radio-amateurs, outre la radio électricité et l’informatique, ont aussi un
    sujet de discussions qu’est la météo !
    Le pourquoi: La « Framboise » tourne ici avec un serveur météo, installé par les
    sources, et ce à partir d’un logiciel exceptionnel (de conception américaine)
    qui, à mon sens, ne doit pas avoir d’équivalent sous win! au regard de la
    multitude des fonctions embarquées, quoique certaines stations sont équipées
    d’un datalogger permettant qu’elle ne soit pas raccordée 24/7 à un pc. Il
    convient de modifier certaines sources de manière à récupérer les données
    enregistrées durant la nuit principalement, mais ceci est une autre affaire,
    nétant pas programmeur!, d’où l’utilité du Pi
    Ce serveur météo et sa station UHF, alimentent un serveur apache qui redistribue
    les diverses données temps réel et statistiques, sur les pc du réseau.
    L’administration se fait à partir d’un netbook, lui-même ayant le même serveur
    embarqué, au cas où …., juste la base de données sqlite à importer du PI (ce
    que je fais régulièrement), à régénérer et relancer le serveur ….
    La maintenance du système et de la base de données sqlite se font à distance en
    SSH, mettant à profit le serveur SSH du PI.
    Sur la base de cette description, la vélocité du système est satisfaisante,
    avec une carte SD de classe 10.
    Là où vos articles m’intéressent est que je ne connaissais pas les restrictions
    de durée de vie des cartes SD. Au regard des nombreux enregistrements effectués
    chaque 5 minutes et des nombreuses pages html générées ainsi que des divers
    graphes…. il me semble que la durée de vie risque d’être courte et rapidement
    atteinte, surtout avec un fonctionnement 24/7 !
    Je vais donc me pencher sérieusement sur la question, avec une inconnue:
    incidence du ralentissement engendré par la liaison usb du HDD.
    Comme tous les pc tournent ici sous linux, une remarque m’était venue à l’esprit
    au sujet de la préparation du disque « greffon ».
    De façon courante, je pratique régulièrement un « partimage » de mes différents
    systèmes, au moyen d’un cd de boot SRCD (Système Rescue CD), avec également
    Gparted et bien d’autres utilitaires. Il est donc possible de cette façon, de
    préparer ce disque de manière plus rapide qu’en ayant recours au PI ….
    Le seul bémol est que lorsque tout sera opérationnel, il ne me sera plus
    possible de procéder à un partimage du système, car partimage ne gère pas
    l’ext4, la solution de substitution sera de passer par « Clonezila »
    Voilà mon cher Admin, mes remarques à votre excellent et bien utile travail
    d’administrateur, et donc de formateur.
    Vos remarques sont fondées, d’autant plus que les capacités du Pi sont
    multiples, et que les utilisateurs issus du monde Win ne sont pas habitués au
    monde linux, à ses lignes de commandes qui plus est avec Débian! , un peu
    vieillot à mon goût, mais cependant la référence en la matière.
    Au fait je n’ai pas pensé à regarder si le fs était en ext3 ou4 !
    J’ai lu que « Ubuntu » fourbissait ses armes, préparant un environnement adapté
    au Pi, mais avec un processeur ARMV7. Vous comprendrez que je suis fan de
    Ubuntu, plus particulièrement en KDE!
    Je pense que votre site doit faire partie des références, tout au moins dans la
    langue de Molière et je lui souhaite longue vie.

    Cordialement, Didier /F5INI ( et cordiales 73’s … les initiés comprendront)

    Répondre
    1. admin

      Bonjour Didier,
      Merci pour ce long et intéressant commentaire !
      J’essaye de faire de mon mieux pour transmettre les connaissances accumulées au fil des années à travers ce blog. Et les encouragements et félicitations sont le moteur du blog, c’est bien la seule récompense que j’en tire mais j’en suis très heureux ! (Enfin si un riche amateur vaut investir quelques millions d’euros, je suis partant, bien entendu !)
      Pour votre souci, il faudrait essayer de transférer le RFS dans une partition ext3, et modifier la config pour utiliser ce file system… Vous me direz ce que vous en pensez.
      Je n’étais pas au courant du projet Ubuntu, je vais m’y intéresser.
      Cordialement
      et toutes mes 73s également
      François / F1GYT

      Répondre
      1. Didier FLAMENT

        Bonjour François, et merci pour votre réponse.
        Jusqu’alors tous mes systèmes Ubuntu, ont été installés en ext3 essentiellement
        en raison de la réalisation périodique d’images de sauvegarde au moyen de
        partimage (l’essayer c’est l’adopter!).
        Par contre je ne vois pas la possibilité d’installer un fs ext4 sur une
        partition formatée en ext3, de surcroît tune2fs ne permet qu’une conversion
        ascendante et non pas descendante.
        En fait, l’installation du système sur un hdd externe ne
        me pose de problème en ext4.
        Afin de continuer le backup système qui est ici une habitude, deux solutions
        s’offrent à moi:
        – utiliser clonezila pour effectuer cette opération en substitution de
        partimage, dont l’avantage est de ne copier que les données effectives.
        – partitionner mon hdd externe, de manière à avoir une partition système+data
        météo (estimation 10 à 15Go), une partition backup conséquente, celui-ci étant
        effectué au moyen de « dd ou dcfldd » ……
        De toute façon mes différentes installations linux, sont toujours effectuées en
        partitionnement manuel de manière à avoir la possibilité de scinder /, home,
        usr,var ….
        Comme le Pi est dédié à la météo, je ne souhaite pas effectuer cette modif sur
        un disque externe sur le système actuellement en service, ceci pour des raisons
        de continuité du service.
        Je passerai donc par un autre Pi (au prix où ça coûte, HI), de manière à
        tester cette nouvelle config et à basculer entre les deux systèmes rapidement,
        essentiellement par l’exportation de la base sqlite et la régénération de
        cette dernière, qui prend tout de même un peu de temps au regard du volume de
        données à restaurer, avec les historiques, les mini, maxi, …… et ce en
        fonction de la rapidité de la « framboise » qui n’est pas une bête de course,
        mais bien pratique pour un système 24/7.
        Enfin s’agissant de Ubuntu pour une future version dédiée au Pi avec un
        processeur Armv7, je tiens ces infos d’un article spécifique Pi ( Planète
        Linux N° 73, p21), et j’espère que la ram sera également boostée!
        Voilà mon cher François, ma façon de voir les choses, avec mes modestes
        connaissances, et en collaboration avec Christophe de F4CJH qui de son côté
        continue à travailler ne serait-ce que pour payer ma retraite …. ..
        Merci encore pour votre disponibilité et vos compétences.
        Avec toutes mes amitiés.
        Didier

        Répondre
        1. admin

          Bonjour Didier
          Je me suis mal expliqué. Tout à fait d’accord qu’il est impossible de « redescendre » une partition ext4 en ext3.
          Je pensais à créer une nouvelle partition en ext3, y recopier l’intégralité du Root File System et ensuite modifier le fichier fstab pour que le RasPi utilise ce RFS en ext3 (http://www.framboise314.fr/booter-le-raspberry-pi-sur-un-disque-dur-usb/#Modifier_fstab). Dans la ligne de fstab, vous indiquez : La partition à monter, le point de montage et le TYPE de partition…
          J’ai aussi « déterré » le Planète Linux N° 73 et j’y ai retrouvé l’info sur Ubuntu que j’avais effectivement zappé.
          Bon amusement avec vos framboise314, Didier.
          Cordialement
          François

          Répondre
          1. Didier FLAMENT

            Bonjour cher François,
            Merci pour votre réponse qui a suscité quelque étonnement à sa lecture.
            Je suis fan de Linux, et plus particilièrement de Ubuntu depuis la 8.04
            (uniquement en LTS), et j’ai toujours privilégié le type ext3, même si l’ext4
            est maintenant la règle depuis quelques années, uniquement pour permettre la
            sauvegarde de mes systèmes au moyen de partimage. Clonezilla aidant, il est
            maintenant possible d’utiliser l’ext4, mais il me parait moins intuitif que
            partimage, un peu comme vous j’ai mes habitudes ! par contre il ne me serait
            pas venu à l’esprit d’avoir un fs en ext4 sur une partition formatée en ext3 et
            montée en tant que tel.
            Progresser étant aussi parfois changer ses habitudes, je vais donc m’orienter
            vers clonezilla pour rester en ext4. Il faut dire que je n’ai pas approfondi
            outre mesure la connaissance des différents systèmes de fichiers, la
            transition de win à linux étant assez brusque, avec de nombreuses choses à
            découvrir, par contre une chose est certaine, je ne ferai jamais marche arrière!
            Voilà mon cher François ma vision des choses, de même je ne changerai jamais
            ma manière de faire s’agissant du principe de réaliser une image de mes
            partitions, tout au plus en changer la méthode.
            Autre info, en parallèle avec un de vos articles (présentation de matériel) sur
            le refroidissement des Cpu, Gpu et régulateur, le Pi que j’utilise ici est
            refroidi par l’ajout d’un ventilo de processeur (12V) sur le boîtier, le débit
            et donc l’efficacité, étant modulés en jouant sur la tension d’alimentation.
            Ainsi dans l’état actuel une alimentation en 3.5V, me permet de baisser la
            température du processeur de 12 à 15°C, ce qui est appréciable lors d’une mise
            à jour système ou lors de l’installation d’un programme par les sources ( Wview
            météo qui tourne ici a tout de même demandé une bonne vingtaine de minutes
            pour la compilation du système, avec un cpu à 100%)
            Avec toutes mes amitiés.
            Didier

  6. Kanzy

    Bonjour,

    J’ai besoin de quelques explications sur Astersik afin de mieux le maîtriser. En effet, je n’arrive pas à maîtriser les appels entrants et Sortants. Pour le reste, les poste tour correctement en interne.
    Pourriez-vous me dire quelles sont vos conditions à ce sujet. Merci

    Cordialement

    Paul Kanzy

    Répondre
    1. admin

      Bonjour
      Posez simplement vos questions…. J’y répondrai si je peux
      Voyez la configuration des routes inbound et outbound pour l’accès à l’extérieur. Vous êtes connecté sur une FreeBox?
      Lisez les articles sur le PBX Asterisk Partie_1 et Partie_2
      Cordialement
      François

      Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Dominique
      Bien sûr que c’est d’accord pour le lien ! Le but est de partager les connaissances…. et le blog est en libre sans restriction sauf usage commercial.
      En échange je vous propose un lien dans la page de lien vers http://arduino103.blogspot.fr/.
      Bonne journée
      Cordialement
      François

      Répondre
      1. Dominique

        Pas de problème pour le lien permanent et vice versa.

        Si un échange de lien permanent de type Logo en dessous du logo MCHobby vous intéresse? (Et vice versa). Je n’ai jamais fait une telle proposition et refusé bien d’autres… mais vous semblez au moins aussi engagé que moi dans l’open-source et je suis ravi de vous croiser.
        Les docs sur le Wiki de MCHobby sont par ailleurs librement accessible (dans l’esprit Open-Source).
        C’est comme cela que je l’ai voulu car comme le disais Asimov « Le savoir partagé doit permettre une prise de décision éclairée ».
        Sinon, totalement ouvert à la discussion… si cela vous tente. Bonne continuation à Framboise314 et merci pour votre engagement.

        Répondre
      1. admin Auteur de l’article

        Oups ah oui c’est vrai
        Il a baissé à 30.99€ chez Kubii
        Mais il était à ce prix quand le blog a démarré l’an passé
        Merci pour la remarque
        Cordialement
        françois

        Répondre
  7. Edouardo GONCALVES

    Hello François,
    Un petit coucou d’un ancien élève de l’AFPA!
    Ton site est vraiment sympa et je me tâte depuis des mois (ou plus!) pour m’acheter un Raspberry (et un Arduino).
    Le problème, c’est trouver le temps pour en faire de belle chose après 😉
    Tu es toujours à l’AFPA au fait?

    Edouardo

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Salut Edouardo
      Merci pour ton message !
      ben oui toujours à l’AFPA…
      c ‘est vraiment un outil sympa ce RasPi et effectivement on peut faire plein de choses avec, de nouvelles idées arrivent tous les jours!
      Amitiés
      François

      Répondre
  8. Bastien

    Bonjour,

    J’apprécie grandement votre site qui est une vraie mine d’information sur le raspberry. Dernièrement, j’ai vu que vous alliez faire un test de la carte PiFace, avez-vous une idée de date à laquelle l’article sera publié ?

    Merci

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Bastien
      Je travaille depuis plusieurs mois sur un projet qui va sortir bientôt (l’annonce sera sur framboise314…) et qui m’a fait prendre du retard sur les tests. La PiFace fonctionne bien et j’ai eu l’occasion de la mettre en œuvre sans problème. L’interface graphique permet une prise en main rapide.
      Cordialement
      François

      Répondre
  9. ODA

    Bonjour,

    Né en 1956, je vous suis de peu 😉

    J’ai partagé plusieurs de vos passions / expériences prof. pour me réorienter dans le domaine de la santé en 1976. Mais je garde une botte secrète et une passion sans limite pour les OM, les « zordinateurs » de toutes sortes ( tiens ! pas d’expérience sur PICK SYSTEM ? ), et toutes les bidouilles du monde de la débrouille technique.

    Bonne continuation, 73′

    Répondre
  10. Ack

    Bonjour François et merci pour ton site. Je suis nouveau dans le monde du Raspberry et ton site m’a beaucoup aidé à me familiariser avec la bête d’autant que je ne provient pas du monde informatique.
    Je continue a lire ton blog car tu donnes pas mal d idée pour utiliser le Raspi. C’est vraiment une bonne initiative.

    Merci

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour
      Bienvenue dans le monde du RasPi alors !
      et … bon amusement parce qu’il y a de nombreuses possibilités à découvrir et à tester
      Cordialement
      François

      Répondre
  11. Jérôme

    Bonsoir,

    Je me permets de vous contacter pour vous signaler que j’ai pris la liberté d’ajouter votre site dans le section « LIENS » du site http://www.raspberrypi.fr, n’hésitez pas à me contacter si vous voulez que votre site soit supprimé ou modifié. Félicitation pour votre blog.

    Bonne soirée

    Répondre
  12. MDav

    Bonjour,
    Nouveau possesseur d’un raspberry pi mod B, je possède très peu de connaissance sous linux pourtant j’ai très envie de m’y mettre. Je suis impressionné par vos réalisations et merci de nous faire partager cet enthousiasme surtout pour des personnes comme moi qui démarre avec le raspi. Mes premiers pas consistent à essayer de visualiser une image en provenance d’une webcam Philips SPC900 et je dosi dire que déjà e suis dans les soucis. En effet mon raspi détecte bien la caméra (lsusb me permet de le constater), mais je n’arrive pas à visualiser d’image. j’ai:
    rapsbian, j’ai installé Motion que j’ai paramétré suivant les conseils du site http://www.generation-linux.fr/index.php?post/2013/03/18/Diffuser-une-webcam-%C3%A0-partir-du-Raspberry-Pi-(grace-%C3%A0-motion)
    puis j’ai aussi installé VLC pour essayer de détecter une image, mais cela sans succès.
    Si vous pouvez m’apporter quelques pistes pour faire fonctionner ma webcam je suis preneur. merci de votre retour
    Cordialement

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour MDav
      Au risque de vous décevoir, la Philips SPC900 et le Raspberry Pi ne font pas bon ménage. C’est cette caméra que j’utilise sur mon PC. Bien entendu je l’ai testée sur le Raspberry Pi avec guvcview. Ça fonctionne en 160×120 mais dès que je change la résolution il n’y a plus personne . Et quand je relance l’appli, elle me dit que la caméra … n’est pas là ! Cela semble confirmé par http://elinux.org/RPi_USB_Webcams.
      J’ai branché une HP HD-2200 sur le Raspberry Pi avec le même guvcview et elle fonctionne en 1280×720 à 25i/s. Je n’ai pas testé avec motion.
      Essayez avec un autre modèle de webcam ?
      Cordialement
      François

      Répondre
      1. MDav

        Bonjour, je viens de tester la webcam Logitech C270 et effectivement tout s’arrange, elle fonctionne en 1280×720 avec guvcview mais ce module n’est pas très réactif car quand je veux changer les paramètres de la caméra les commandes réagissent avec beaucoup de lenteur (j’utilise l’environnement du LXDE), est-ce normal cette lenteur. Il faut aussi que je comprenne les différents paramètres de « motion » car je voudrai tester l’application du raspberry pour faire de la vidéo surveillance, j’ai vu que cela pouvais fonctionner. Pour l’instant , mes premiers pas avec motion ne sont pas concluant car je semble saturer le processeur… donc à suivre …
        Cordialement
        MDav

        Répondre
        1. admin Auteur de l’article

          Bonjour
          c’est lent aussi avec la HD-2200. Quand on modifie les paramètres l’affichage-caméra reste vert un moment avant de revenir…
          Merci de nous tenir au courant
          Cordialement
          François

          Répondre
  13. MDav

    Bonsoir François,
    Effectivement je viens juste de terminer le test avec guvcview (que j’ai découvert aujourd’hui) et même conclusion. J’ai aussi une TOUCAM mais c’est à priori le même pb. Je crois que je vais investir vers une Logitech C270 qui selon le tableau de compatibilité fonctionne bien (lien http://elinux.org/RPi_USB_Webcams) merci de votre rapide réponse et à bientôt sur le forum
    Cordialement
    MDav

    Répondre
  14. 4lcet

    Bonsoir,

    je suis tombé sur votre site en cherchant de la documentation après avoir craqué pour un Raspberry Pi.

    Merci d’avoir collecté toutes ces informations et de mettre votre savoir à disposition.

    J’ai lu votre « historique » à l’instant et je dois dire que vous m’avez envoyé du rêve (comme disent les jeunes): n’étant certes pas de la même génération (1986), j’ai le souvenir des magazines et de certains contextes décrits, vous avez mis les mots sur la perte graduelle des connaissances « en amont » des ex-TMMSI (aujourd’hui GMSI) notamment sur la séparation électronique/informatique
     » la génération de techniciens qui a connu cette époque a une connaissance pointue du fonctionnement d’un système informatique « : absolument d’accord avec vous et c’est ce qui manque sur les formations similaires à ce jour, il n’y a plus de compréhension à la base. Plus nécessaire ?…

    Vous avez forcé mon respect (s’il le fallait encore) quand j’ai lu le parcours que vous avez eu en assemblant votre IBM à l’époque. Quand je compare votre démarche et la mienne (assemblage basique de composants normalisés, pour le « même » résultat), il y a un univers…

    On est des enfants pourris gâtés aujourd’hui 😉

    Bref, excusez moi pour ce message peut être atypique mais je me devais de le dire.

    Je file sur le Raspberry maintenant 😉

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Merci pour ce message
      J’ai été formé par des gens qui m’ont communiqué cette envie de « transmettre » le goût et l’envie de découvrir la technique. La démarche m’a plu, alors je continue sur leur lancée. c’est une façon de leur rendre hommage….
      Cordialement
      François

      Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Jérôme
      Tu risques de devoir changer de nom de site c’est déjà arrivé car la fondation se réserve l’utilisation de son nom…
      Cordialement
      François

      Répondre
  15. Pierre-Marie

    Bonjour François,

    Merci pour votre site,
    Je voudrais votre avis sur un projet domotique gestion de température d’une maison pièce par pièce.
    Je souhaite mesurer la température avec des DS1820 et controler les radiateurs par fil pilote via un DS2408. Le programme a été réalisé en python. Avec les accès à la bdd MYSQL pour le stockage des températures et la lecture des paramêtres, je trouve la boucle de gestion trop longue .
    Pouvez-vous me donner une orientation pour améliorer mon projet?
    En vous remerciant d’avance,

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Pierre-Marie
      Projet intéressant avec la technologie 1-wire !
      Difficile de vous aider avec ces informations. Il faudrait voir la structure du programme, à quelle fréquence vous voulez balayer la boucle… A quelle fréquence estimez vous que la lecture des paramètres et la commande envoyée sur le DS2408 doivent se produire ? Pour de la régul de température, avec le volant thermique des pièces, on n’a pas forcément besoin d’une réactivité à la seconde …?
      N’hésitez pas à me recontacter pour en discuter
      Cordialement
      François
      Le Creusot - Le marteau-pilon

      Répondre
  16. Pierre-Marie

    Bonjour François,

    Voici quelques informations supplémentaires sur mon projet.
    J’échantillonne toutes les 20s avec un delta de 0.5 degré autour de la température de consigne.
    L’installation prévue comprend 5 capteurs intérieurs + 1 extérieur pour un affichage sur LCD tactile (gestion LCD non effectuée pour le moment).
    Je relève la température de chaque capteur ainsi l’horodatage dans la bdd.
    Le résultat de la comparaison entre la consigne de la bdd de gestion et la température relevée me sert à la régulation.
    Ultérieurement, je prévois de géré l’écran en C.

    Mais pour partir proprement, je vais faire un autre programme de gestion car l’actuel contient un peu beaucoup de code de test actifs.

    J’ai su que vous étiez à l’iut, dommage…

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Pierre-Marie
      Ben oui une boucle de 20secondes… on a le temps de faire des milliers de choses… Une fois que vous avec vu que ça fonctionne, il faut certainement repenser votre algorithme. Dans les progs en python ça m’arrive souvent d’ajouter des pauses pour calmer un peu le jeu car ça va trop vite :-).
      Vous utilisez quel écran? le PiTFT?
      Cordialement
      François

      Répondre
      1. Pierre-Marie

        Bonjour François,

        Mon écran est un STM32DISF4-LCD. http://www.farnell.com/datasheets/1671412.pdf
        A l’origine, mon idée était d’utiliser des images BMP pour les menus. Mais j’aurais un petit problème quand il faudra donner les températures des pièces. J’ai pensé au framebuffer mais là je me lance dans une croisade avec le noyau linux? Je ne veux pas charger le bureau X pour ne pas entamer les ressources car j’ai oublié de dire qu’il y a aussi un serveur apache pour la gestion à distance.
        Bien que pour le moment, je n’y sui pas encore, mais les idées germent.

        Auriez-vous une idée pour gérer l’écran sans lancer le bureau et afficher les informations et menu?
        Merci d’avance,

        Répondre
        1. admin Auteur de l’article

          Bonjour Pierre-Marie
          Là vous vous aventurez sur des terres qui sont inconnues pour moi. J’ai dans mes projets un PiTFT que je vais n=bientôt mettre en service mais le STM32…?
          Cordialement
          François

          Répondre
  17. CHRISTOPHE

    Bonsoir à tous, quand je tape sudo motion j’obtiens :

    pi@raspberrypi ~ $ sudo motion
    [0] Processing thread 0 – config file /etc/motion/motion.conf
    [0] Motion 3.2.12 Started
    [0] Motion going to daemon mode
    [0] Exit motion, cannot create process id file (pid file) /var/run/motion/motion.pid: No such file or directory

    Comment dois-je faire pour créer le dossier /var/run/motion et mettre motion en groupe propriétaire ??

    Merci de votre aide car je débute en informatique…

    Cordialement, CHRISTOPHE

    Répondre
      1. MDav

        Bonjour,
        Ayant moi-même installé « motion » il y a quelques semaines j’ai eu ce type d’erreurs et j’ai effectivement essayé de remédier au pb en créant le dit dossier, or ce n’était pas le problème! Le vrai problème venait du fait qu’au début je n’avais pas la bonne webcam, puis ensuite j’avais une webcam compatible mais le paramètre caméra (v4l2_palette) n’était pas correct. Depuis tout marche correctement (ma camera Logitech C270). A voir si ce n’est pas un pb similaire?
        Cdlt
        MDav

        Répondre
        1. CHRISTOPHE

          Merci pour ta réponse MDav, j’ai commandé la caméra raspberry HD, je la reçois dans quelques jours, je te dirais si effectivement ça a résolu ce message d’erreur qui m’empêche de lancer MOTION… A +

          Répondre
          1. MDav

            Bonjour Christophe,
            Mon installation est liée à l’utilisation d’une webcam si tel était ton cas tu peux déjà vérifier si la caméra que tu utilisais était compatible à cette adresse http://elinux.org/RPi_USB_Webcams (ou l’on peut aussi vérifier la compatibilité avec d’autres périphériques et le pi). En ce qui concerne l’utilisation d’un module caméra pi avec motion il existe déjà des tuto sur framboise (mais peut-être l’as-tu déjà vu). Bonne suite…
            Cdlt
            MDav

    1. MDav

      Bonjour,
      Désolé j’ai fais un premier commentaire mais pas au bon endroit je crois 🙁
      Donc comme je disais j’ai aussi installé motion il y a quelque semaines et j’ai eu ce pb (voir mon premier commentaire). Actuellement motion fonctionne vraiment bien car il est lancé en tâche de fond (daemon) et dans ce cas il n’y a pas besoin de le relancer ensuite car ce serait comme le démarrer une deuxième fois (du moins il me semble car mes notions linux démarrent juste). Avez vous essayé de lancer motion en tâche de fond (1) déclarer la variable « daemon = on » en début du fichier « motion.conf » et ensuite (2) documenter la variable « start_motion_daemon=yes » du fichier motion qui est dans « /etc/default » et rebooter le raspberry.
      Voilà modestement (car je débute), quelques info qui m’ont permis de résoudre les problèmes similaires
      Cdlt
      MDav

      Répondre
  18. Macros

    Bonjour,

    Je trouve votre site très complet et je viens d’acheter votre livre aux éditions ENI. En le parcourant je me suis posé des questions.
    pages 476 paragraphe 2.5 vous dite que le module RPi GPIO n’est pas prévu pour des applications en temps réel. Je suis enseignant physique chimie et « informatique : grand débutant » et dans le cadre d’une formation, je dois réaliser une projet. Je voulais utiliser le Raspberry pour en faire d’abord dans un 1er temps un détecteur de présence, ou suivre la température d’une transformation chimique (par exemple une cinétique) à l’aide d’une thermistance. Mais si j’ai bien compris, le système linux ainsi que démarrage du début du processus sont aléatoires?
    Je voulais aboutir à un interface d’acquisition anologique numérique. Pour mesurer des sons, des tensions, des champs magnétiques, faire des spectres dans l’infra rouge des différentes lumineuses, si la Raspberry ne travaille pas en temps réel et si on ne sait pas quand va commencer le programme ( problème des attributions des priorités des programmes gérés par Linux).
    Je vous remercie par avance de l’attention portée à mes questions. Si par vos connaissances vous pouviez m’apporter un peu d’aide j’en serai ravie.

    Très cordialement

    Macros

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour
      Effectivement Raspbian n’est pas temps réel. Mais ça se ressent quand on a des contraintes « fortes » de temps (pilotage de fusée, gestion d’une centrale nucléaire…). Pour une capture de température (ou autre), lorsque vous lancez le programme ou lorsque vous capturez une mesure, il peut y avoir un retard causé par un autre programme plus prioritaire, mais rassurez vous, ça se joue sur des millisecondes. Quand on pilote un servo moteur de radiocommande, il peut y avoir un peu de perturbations (le servo grogne un peu et il y a quelques à-coups), par contre pour un suivi de température de réaction chimique, vous ne devez pas être à la milliseconde ? Dans ce cas, le RasPi fera merveille.
      Pour ce qui est de la capture d’infos analogiques, le RasPi devra forcément être assisté par un circuit extérieur car il ne gère que le numérique. L’utilisation d’un Arduino (c’est un exemple) qui est lui programmé en « dur » car il n’a pas de système d’exploitation évite tout problème de temps… Le RasPi ne sert dans ce cas qu’à traiter les données ou à les afficher…
      J’espère vous avoir aidé, n’hésitez pas à me solliciter si vous souhaitez plus d’infos
      Cordialement
      François

      Répondre
      1. Hervé

        Bonsoir,

        Je vous remercie pour vos informations très précieuses. Je vais les mettre en application.
        Pour la carte analogique numérique que pensez-vous de celle-ci la carte Gertboard?

        Cordialement

        Hervé

        Répondre
  19. Bertrand

    Bonjour et merci pour votre tutoriel.

    Je viens de terminer le tuto mais impossible de se connecter à la page web sur le port 8080.

    Voici ce que je peux vous dire, quand je lance la page web:

    pi@raspberrypi ~ $ motion
    [-1242291360] [NTC] [ALL] conf_load: Processing thread 0 – config file /etc/motion.conf
    [-1242291360] [ALR] [ALL] conf_cmdparse: Unknown config option « max_mpeg_time »
    [-1242291360] [NTC] [ALL] motion_startup: Motion mmaltest Started
    [-1242291360] [NTC] [ALL] motion_startup: Logging to file (/tmp/motion.log)
    pi@raspberrypi ~ $

    Au niveau du fichier de log:

    [-1243028640] [NTC] [ALL] [Apr 06 21:24:33] motion_startup: Using log type (ALL) log level (ALR)
    [1] [ALR] [VID] [Apr 06 21:24:33] mmalcam_start: MMAL Camera thread starting… for camera (vc.ril.camera) of 1280 x 720 at 2 fps
    [1] [ALR] [VID] [Apr 06 21:24:33] mmalcam_start: MMAL Camera using video capture
    [1] [ALR] [VID] [Apr 06 21:24:33] MMAL Camera cleanup
    [-1242717344] [NTC] [ALL] [Apr 06 21:27:07] motion_startup: Using log type (ALL) log level (ALR)
    [-1242717344] [EMG] [ALL] [Apr 06 21:27:07] become_daemon: Exit motion, cannot create process id file (pid file) /var/run/motion/motion.pid:
    [-1242291360] [NTC] [ALL] [Apr 06 21:28:09] motion_startup: Using log type (ALL) log level (ALR)
    [-1242291360] [EMG] [ALL] [Apr 06 21:28:09] become_daemon: Exit motion, cannot create process id file (pid file) /var/run/motion/motion.pid:

    Quand je tape cette commande:

    pi@raspberrypi ~ $ motion -n
    give that:
    [-1242320032] [NTC] [ALL] conf_load: Processing thread 0 – config file /etc/motion.conf
    [-1242320032] [ALR] [ALL] conf_cmdparse: Unknown config option « max_mpeg_time »
    [-1242320032] [NTC] [ALL] motion_startup: Motion mmaltest Started
    [-1242320032] [NTC] [ALL] motion_startup: Logging to file (/tmp/motion.log)
    mmal: mmal_vc_component_create: failed to create component ‘vc.ril.camera’ (1:ENOMEM)
    mmal: mmal_component_create_core: could not create component ‘vc.ril.camera’ (1)
    Segmentation fault

    Merci d’avance pour votre aide

    Répondre
  20. CHRISTOPHE

    Bonjour, j’ai perdu mon mot de passe pour me connecter au Raspberry, comment faire pour réinitialiser ??
    Merci pour votre aide….

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour msg
      pareil pour moi ! j ‘avais commencé par des jeux sur la TI57
      et après sur le ZX81
      Pour les commentaires sur le blog il y a des jours avec plus de 20 demandes
      de renseignement, de dépannage…
      j’ai du mal à suivre…
      Cordialement
      François

      Répondre
  21. Jérôme Beauchet

    Bonjour et merci pour votre site !

    Il aura été une mine précieuse de renseignements, et surtout un bon point de départ pour mes recherches.
    De nombreux articles m’ont été utiles, notamment ceux concernant les caméras… mais ils sont trop nombreux pour tous les citer. C’est aussi pourquoi je poste ici. Encore merci !

    Au début, mon projet consistait à monter une simple caméra IP motorisée, à bas coût.
    A l’aise dans les technos objets plutôt que dans l’électronique, j’ai choisi le PI plutôt que l’Arduino comme contrôleur… pour finalement lui ajouter des ports E/S analogiques et numériques, et me frotter à un peu de robotique !
    Vous trouverez ici un résumé de mes aventures !

    Vous l’avez compris, j’ai moi aussi été enthousiasmé par ce PI.
    Maintenant que vous m’avez appris l’existence du revB+, je sens que je vais replonger : ce serai bien plus élégant de faire décoder le flux h264 du pi par un pi !

    Cordialement,

    Jérôme

    Répondre
  22. kikonk

    Bonjour François,

    Je suis novice en Raspberry mais j’adore le concept !

    J’ai un model B et je souhaiterais ouvrir ma porte de garage et mon portail (433mhz) avec mon iPhone en ordonant à mon Raspberry de cliquer sur la télécommande (une ancienne qui reste fonctionnelle même si elle est tombée et que je n’ai plus que le circuit imprimé et la pile).
    Mon idée serait de souder 2 fils sur les microswitchs de la télécommande et de dire au Raspberry de fermer puis de rouvrir le circuit après 1 seconde !
    La télécommande enverra le signal cripté qui ouvrira mon garage et mon portail !

    Je n’ai aucune base en électronique mais je me débrouille… avec un peu d’aide.

    Est-ce que quelqu’un veut bien partager ce projet avec moi ?

    Merci

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      un raspi fera le boulot avec un relais par exemple…
      le forum de la framboise314 va ouvrir incessamment sous peu…
      ce sera l’endroit idéal pour proposer votre projet !
      Cordialement
      François

      Répondre
  23. hervé

    Hello,

    Super un forum à venir !
    Je n’utilise toujours pas le PI, car pas d’écran 5 ou 7″ avec touch screen pour de l’embarqué, bien que j’en possède 6 ou 7 😉 Et j’aimerais tester la puissance du banana PI.
    Je n’avais pas encore vu que tu étais OM ! Alors 73’s de F1SLU né d’in ch’nord aussi.
    sympa le parcours. A quand une radio logicielle sur le PI ?
    Hervé

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Hervé
      Le forum a démarré, on verra s’il se développe…
      Pour la radio j’ai deux DVB-T et des générateurs DDS http://www.ebay.com/itm/AD9850-DDS-Signal-Generator-Module-0-40MHz-2-Sine-Wave-And-2-Square-Wave-Output-/170910337597
      mais surtout… pas du tout le temps de mettre ça en œuvre ! entre le blog, le forum, le bouquin et … le boulot c’est pas simple
      j ai un article en prépa là dessus aussi http://www.hb9fgk.org/raspberry-pi-wspr-2850-km-avec-10mw/
      peut être à la retraite ? …. ..
      J’ai aussi un Beofeng UV-5R avec le cordon USB qui sera peut-être un jour relié au RasPi mais quand…?
      En tout cas merci pour ton message et à bientôt certainement
      salut biloute et 73’s
      François

      Répondre
  24. hervé

    Ah oui, des DDS avec des AD9850 pas chers sur Ebay… Je devrais commercialiser mon montage avec un PIC et des AD9951 😉
    Bonne continuation, j’aime passer sur framboise314 régulièrement.

    Répondre
  25. mathieu

    Bonjour à tous
    J’ai un problème de configuration sur mon pi (512 modèle b)
    En effet je n’est que la sortie hdmi valide, aucun signal en rca (fiche jaune).
    Comment faire (pas a pas) pour activer la soritie rca par defaut. Je suis sur le projet d’un CARPC à base de pi, j’ai installé le média center et tout fonctionne très bien lorsque je branche la prise hdmi sur mon téléviseur. Par contre aucun signal en rca, car je soufaiterais utiliser cette sortie pour y connecter un moniteur tactile de 7 pouce et l’intégré dans ma voiture. Une autre question, comment installer les drivers de l’écran tactile qui possède deux entrée rca une sortie pour un autre écran et une entrée vga. Il est alimenté en 12 volts sur l’alume cigare de la voiture.
    Par avance merci de votre aide. Cordialement Mathieu

    Répondre
  26. Ping : Bon plan – Gagnez 2 Raspberry Pi et plein de trucs sympathiques sur Framboise314.fr – La vache libre

  27. f1grh

    bonjour François,
    félicitations pour le travail accompli.
    j’ai vu un article parlant de toi sur RA.org et pour la petite histoire, je suis inscrit sur le forum sous le pseudo ‘Beepee’
    bonne continuation et merci pour toutes ces infos.

    merci de ne pas publier ce commentaire.

    cordialement et…. 73’s

    Pascal / F1GRH

    Ps. merci pour la photo du ZX81, j’ai commencé avec ça puis l’apple II + ca ne nous rajeunit pas.
    (sourire)

    Répondre
  28. F6DIR

    Bonjour François,

    Quel mine, il y a encore des passionnés et passionnants.
    Bel ouvrage et en plus partageable, oui chapeau bas le petit Tux c’est bien.
    Merci radioamateur.org

    73,
    ex F1CUP, F6DIR .

    Répondre
  29. JB

    Bonjor François,

    Je lis depuis quelques temps vos articles intéressants sur la framboise.
    Et je n’ai pas encore tout lu.
    Avez vous parlé du logiciel CODESYS ?
    Si oui, ne tenez pas compte de ce message, si non voici quelques informations.

    La société 3S Smart Software Solutions développe depuis 1994 un logiciel de programmation appelé CODESYS pour automates programmables et autres équipements programmables.
    Ce logiciel existe en 2 versions (2 et 3). Il est utilisé par plus de 300 équipements d’automatismes (Automates, variateurs, terminaux, micro contrôleurs, …).

    Depuis noël 2013 il existe une version de CODESYS version 3 pour le RaspBerry.
    Ce atelier de développement est téléchargeable gratuitement sur le CODESYS Store. (http://store.codesys.com/mixedsearch/mixed/result/?q=&product_area=32).
    Cette version gratuite est complétement opérationnelle :
    – Programmation avec les 5 langages CEI (LD, IL, FBD, SFC, ST ) et CFC.
    – Pages de visualisation
    – Serveur WEB
    – Serveur OPC
    – Communication Ethernet, Modbus TCP, …
    – Gestion de la caméra, de la carte PiFace, et d’autres modules.

    Sans licence les applications fonctionnent pendant 2 heures, puis il faut relancer la framboise.Ce qui est largement suffisant pour réaliser des essais !
    Avec licence les applications fonctionnent sans interruptions. Cette licence est vendue un peu plus de 35 euros.

    Je pense que cette information peut intéresser les automaticiens.

    Je suis formateur CODESYS et j’utilise dans mon cours 2 RaspBerry B équipés de carte d’entrées/sorties PiFace.

    Merci encore pour votre excellent blog.

    Cordialement.

    Joël

    Répondre
    1. aurelien

      Bonjour, j’aurai souhaité avoir plus de précision concernant les possibilites offertes par codesys et raspberry.
      Pourriez vous m’éclairer?

      Cordialement Aurélien

      Répondre
      1. François MOCQ Auteur de l’article

        Bonjour
        vous pouvez télécharger Codesys ici http://store.codesys.com/codesys-control-for-raspberry-pi-sl.html
        Cette version gratuite est complétement opérationnelle :
        – Programmation avec les 5 langages CEI (LD, IL, FBD, SFC, ST ) et CFC.
        – Pages de visualisation
        – Serveur WEB
        – Serveur OPC
        – Communication Ethernet, Modbus TCP, …
        – Gestion de la caméra, de la carte PiFace, et d’autres modules.

        Sans licence les applications fonctionnent pendant 2 heures, puis il faut relancer la framboise.Ce qui est largement suffisant pour réaliser des essais avant de décider d’un achat !
        Avec licence les applications fonctionnent sans interruptions

        si vous travaillez dans le domaine de l’automatisme, Codesys devrait vous intéresser
        Cordialement
        François

        Répondre
  30. f4ctb joel

    bonjour
    Je suis à la recherche d’infos au sujet de xastir et soundmodem
    Soundmodem fonctionne car en console je vois les trames APRS
    XASTIR fonctionne aussi via le reseau
    mon soucis est de les marier les deux lascars
    si vous avez des infos suis preneur
    f4ctb@yahoo.fr
    73″ et bonne année 2015

    Répondre
  31. Fares

    Bonjour François,

    J’ai découvert votre site récemment avec bonheur, je pense que je vais y apprendre un paquet d’infos intéressantes.

    Néanmoins j’ai vu la bannière « je suis Charlie » dans votre site. J’ai tendance à penser que, comme l’écrasante majorité de tous ceux qui ont repis ce slogan à leur compte, vous ne le pensez pas réellement.
    Si tous ceux qui ont déclaré « je suis Charlie » étaient réellement Charlie et pensaient réellement Charlie, je pense que la situation serait extrêmement préoccupante.

    Personnellement je n’aime pas cette formule, en particulier à cause de l’ambiguité qu’elle renferme. J’ai écrit un message pour m’en expliquer, j’espère que vous prendrez le temps de le lire :
    http://souk-fares.blogspot.com/2015/01/ni-charlie-ni-terroriste-contre.html

    Je voulais vous envoyer ce message en privé. Mais n’ayant pas trouvé votre adresse email, je passe par le forum. Je comprendrais tout à fait si vous décidiez de supprimer ce commentaire (mon objectif n’était pas de faire du prosélytisme sur votre forum). J’espère néanmoins que vous prendrez le temps de lire l’article que je mentionne.

    Amicalement,
    Fares.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Fares
      oui j’ai lu votre article et celui d’O. Cyran
      je ne supprimerai pas votre commentaire car il n’y a aucune raison de le faire…
      je suis Charlie parce que je ne comprends pas qu’on puisse tuer des gens pour ce qu’ils disent.
      Chacun peut penser ce qu’il veut, et le dire mais pas avec une Kalachnikov
      Cordialement
      François

      Répondre
  32. Fares

    Bonjour François,

    Merci pour votre réponse. Je suis évidemment tout à fait d’accord avec vous sur le dernier point : on ne tue pas les gens avec lesquels on est en désaccord.

    Mais ce n’est pas ce que dit la formule ambigue « Je suis Charlie ». J’insiste sur le coté ambigu de cette formule, chacun peut y plaquer la signification qu’il veut. Pour moi, « Je suis Charlie », ça veut dire : « Je ne fais qu’un avec Charlie ». Ca veut dire : « Je partage totalement et sans réserve la ligne éditoriale de Charlie Hebdo ».

    Qu’est ce que la formule « Je suis Charlie » signifie comme position vis à vis d’une politique extraordinairement hypocrite qui consiste d’une part à décréter un deuil national lorsque des journalistes sont assassinés en France, tout en continuant par ailleurs à entrainer et à armer des groupes fondamentalistes religieux dans le but de renverser un régime qui refuse de traiter avec nos multinationales chéries (dont par exemple Total, qui par ailleurs est une entreprise qui ne paie aucun impot sur les sociétés en France) ?
    Pourquoi Charlie Hebdo, ou plein d’autres (comme l’Express par exemple, qui a publié un dossier de 20 pages sur le « djihadisme international » il y a 10 jours), ne jugent pas utile de nous communiquer clairement ce genre d’informations : http://www.upr.fr/actualite/monde/terrorisme-labominable-double-jeu-des-etats-unis ?

    Si demain, Marine Lepen, Nicolas Sarkozy, François Hollande, Dieudonné M’bala, ou des journalistes de l’Express étaient assassinés par des meurtrier, diriez vous tout à tour : « Je suis Lepen », « Je suis Sarkozy », « Je suis Hollande », « Je suis Dieudonné » ou « Je suis l’Express » ? Moi non. Je ne suis aucun de ceux là. Je suis Français, et j’en ai assez que les élus qui prétendent me représenter et que les médias qui prétendent m’informer me prennent pour un con, en faisant de moi un complice de cette politique ( http://souk-fares.blogspot.com/2007/07/chomsky-comparaison-du-traitement.html ).
    Je suis sûr que nous sommes potentiellement des millions dans ce cas.

    Répondre
  33. franck

    Fantastique parcours avec une continuelle remise en question par la formation. C’est une belle histoire, dans l’Histoire, qui nous permet de saisir toute l’évolution de ce domaine au travers des années. Bravo pour cette vie professionnelle très riche !

    Répondre
  34. Seb To

    Bonjour,

    Super site, et en passant très beau parcours ! C’est drôle comme le monde est petit, j’ai vu par hasard que nous étions presque voisins, j’a

    Répondre
  35. Philippe

    Je voulais juste vous remercier.

    Un ami m’avait donné une raspberry il y a un an et demi, et je l’avais laissé de côté, un peu impressionné par le défi.
    Puis j’ai acheté votre livre « Raspberry Pi, exploiter tout le potentiel de votre nano-ordinateur ».
    Votre livre est très bien écrit, très pédagogique, et je le recommande à tous mes amis.

    Je suis sûr qu’il va faire naître de nouvelles vocations électroniques !

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Philippe
      Merci pour ce retour qui me fait vraiment plaisir !
      C’est à destination des débutants qu’il a été écrit et votre message montre que ça va dans le bon sens!!
      Bon amusement avec la framboise
      Cordialement
      François

      Répondre
  36. francois j-l

    bonjour francois

    je voudrais m’inscrire sur le forum mais je n’y arrive pas ,il me dit que je suis déjà inscrit ( c’est bizarre).

    mais je me rappelle pas que je me suis inscrit ,donc que peut-on faire .

    merci ,excuse moi cet ennuies

    ps: j’ai acheter ton livre sur la rpi2 ,il est prêt de ma table de nuit je lis et relis sans cesse .

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      peut être que le nom est déjà utilisé… il faudrait essayer avec un autre nom
      si ça ne marche toujours pas avec cet autre nom, je peux t’inscrire directement
      merci pour le retour sur le livre !
      cordialement
      François

      Répondre
  37. Sébastien

    Bonjour,

    Bravo pour votre site web que je consulte régulièrement.
    Je suis en train de construire un projecteur laser de spectacle couleur avec une console sous raspberry PI.
    Voila je ne sais pas si cela vous intéresse d’en parler sur votre site web? Je pense pas qu’il n’y ai forcement beaucoup de personne qui ont construit ceci.
    Le raspberry pi, permet de superviser le laser (pour le moment il n’y a que les températures et humidités mais je vais rajouter prochainement d’autres capteurs, il y a dans le laser un système de refroidissement à base de 2 TEC)
    J’utilise un serveur apache et des scripts en Perl/CGI.
    On peut obtenir les informations graphiques sur un appareil mobile, ainsi que sur l’appareil mobile que j’ai construis. (une nouvelle version plus jolie avec l’écran officiel va suivre)
    Voici la page web Facebook:
    https://www.facebook.com/Quad-Laser-RGBP-147059915652915
    Merci, et bonne continuation (ps bravo pour la citation sur hackable magazine)

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      bonjour Sébastien
      je connaissais les projecteurs Robe à base de Raspberry Pi
      mais pas encore de laser piloté par la framboise
      Donc oui c’est un sujet intéressant à présenter
      les images sur facebook sont superbes !
      c’est quand vous voulez pour un article (que vous rédigez ou dont vous fournissez la matière au choix de toute façon vous êtes cité comme auteur avec un lien vers votre bol/page facebook…)
      et euh… merci pour Hackable; je l’ai lu mais pas comme il faut puisque je n’avais pas vu la citation 😀
      à bientôt
      cordialement
      François

      Répondre
  38. Anass

    Bonjour,
    Merci pour le travail que vous faites.
    Les R-Pis sont -ils utilisés dans les entreprises ? Est-ce que c’est « pro » d’en utiliser un autre que pour du « bricolage » ?
    Merci pour votre réponse
    Cordialement
    Anass

    Répondre
  39. HUGUET Aurélien

    Bonsoir François,

    J’avais déjà connaissance d’une partie de votre cursus par vos soins, mais je n’avais (honte à moi), lu la totalité ni cette telle précision sur vos connaissances, vos débuts, votre parcours.

    Etant un de vos anciens élèves de l’afpa, et grâce à vous, diplômé d’état sur une création complète d’un système de filtrage web pour entreprise uniquement basé sur du linux en ligne de commande, je me dois de dire ici à quel point vos qualités d’enseignement m’ont été bénéfiques sachant que je suis arrivé en formation n’ayant qu’en linux de simples connaissances de noms et termes mais sortit de chez vous 9 mois après avec un système de filtrage web personnalisé.
    Bravo à vous, François, qui m’avez donné le goût au monde du libre, et m’avez appris d’où viennent les fameux Gigaoctets que l’on utilise à notre « époque ».

    Vous avez été, à mes yeux, autant formateur qu’historien, me donnant envie d’en savoir plus par là même les origines de ce que nous apprenions à utiliser. Un bonheur, une mine d’or, voilà comment j’ai ressenti les principes de votre formation. Une impression de réel transfert de connaissances à travers 2 voir 3 ou 4 époques d’informatique/d’électronique… On s’en sert, c’est bien, on sait comment ça fonctionne, c’est mieux, mais grâce à vous on sait d’où ça vient, et là c’est le bonheur le plus total !!!

    Encore d’immenses remerciements pour votre part à ma formation de TSRIT session 2011-1012. Je me fait très souvent le plaisir depuis de parler de vous et de votre blog autour de moi. De nombreux lecteurs/participants viennent de moi, et je suis fier de partager ainsi ce contact avec vous et avec votre mémoire, vos connaissances.

    Très cordialement, et avec mes sincères sentiments d’amitié,
    Aurélien HUGUET

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Aurélien
      merci pour ce retour qui me fait énormément plaisir. Bon, les chevilles ça va elles tiennent le choc
      Du coup je viens de revoir vos travaux sur Squid pour Acta 😉
      La page va bientôt se tourner puisque courant septembre je vais raccrocher définitivement
      (bin oui je suis plus tout jeune) et pouvoir consacrer tout mon temps à la framboise et au libre 🙂
      Qu’êtes vous devenu depuis tout ce temps ? (vous êtes sorti en avril 2012…)
      Amitiés
      François

      Répondre
      1. HUGUET Aurélien

        François,

        Hehe faites attention à vos chevilles tout de même … Encore quelques messages comme ça, et elles risquent d’éclater .. Haha 😉

        Je dois toujours avoir sur un de mes HDD la copie finale de mon système de filtrage, si je trouve un moment pour mettre la VM sur un serveur de stockage, vous pourrez la regarder de plus près 😉 et même la faire tourner pour en vérifier autant la simplicité que la qualité (là ce sont mes propres chevilles qui ne tiennent plus dans leurs chaussettes … lol)

        Concernant mon devenu et mon devenir, je vous ai envoyé un mail, à Philippe, J-P, et vous même sur vos bal pro afpa … Peut-être ont-elles changé depuis le temps si vous n’avez pas reçu le mail.
        Je ne sais pas si je vous l’avais annoncé, mais je suis papa d’un petit ange de 19 mois. J’habite dans le sud, pas loin d’Aix En Provence.
        Après de nombreuses missions, de nombreux projets (Osiatis, SCC, Airbus Helicopters, Caisse d’Epargne BFC et PACA, etc), puis 4 mois en tant que formateur/manager d’une équipe de 5 techniciens pour une migration vers O365 pour le compte d’une société nationale de 2000 collaborateurs (Groupe Martin Belaysoud Expension : Tereva, Crossroad Aciers, Mabéo Industries, etc), je vais cette après-midi même signer un CDI comme Administrateur Réseaux / chargé de support Niv 2/3 pour le groupe « Interway » (en charge, entre autres des services réseaux et monétaires de MacDo France, KFC France, Dia, etc)…

        Que du bonheur en perspective, donc …

        L’afpa va perdre un excellent pilier, en Septembre. Mais toutes ces longues et consciencieuses années passées à former tout ce grand monde de techniciens ne sont qu’une preuve encore de vos qualités, et je sais qu’aucun de nous ne vous oubliera.

        Amitiés,

        Aurélien H.

        Répondre
  40. Ping : Raspberry Pi 2

  41. yaya ba

    Bonjour,
    J’ai acheté votre livre « Raspberry Pi 2, Explorer tout le potentiel de votre nano-ordinateur ».
    Il est excellent, et me servira de guide pour apprendre aux jeunes africains les bases de l’informatique et ainsi développer la logique et leur pensée analytique.
    Merci pour votre prodigieux parcours.

    Répondre
  42. Jérôme

    Bonjour François,
    J’ai découvert le Raspberry Pi il y a environ deux ans, en faisant mes courses, un magazine parlait de cette carte mère, et j’ai découvert votre site. Un grand bravo et merci à vous pour ce blog en français.
    Je ne suis pas programmateur ni développeur, mais pensez-vous qu’il me soit facile d’utiliser un Pi3 pour créer un système à la maison de surveillance? Car quand je vois ce que font les contributeurs de ce site, ça me donne envie de mettre moi aussi … « les mains dans le cambouis ».
    Envie de me créer un système de surveillance, un mini-serveur pour la création de mon site internet (j’ai déjà fait un site avec quelques pages, que je vais développer avec WP), un serveur d’envoi de SMS via Free, un nouveau mini PC HTPC, un Piphone, etc …
    Tout ce que vous faîtes m’intéresse vivement, et me donne envie, moi aussi, d’y participer.
    Futur acheteur d’un Raspberry Pi3, ou d’un système XU4 Odroid (plus puissant, car Quad Core),
    mais la communauté de Raspberry m’a l’air plus importante, sans compter les applications diverses qu’on trouve sur votre excellent site.
    Bonne journée François.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Jérôme
      merci pour ce commentaire
      effectivement tout ce qui est possible avec une machine sous Linux est faisable avec un RasPi…
      Qu’appelez vous un système de surveillance ? une alarme ? une surveillance vidéo? un système domotique ?
      dans tous les cas vous devriez trouver des solutions adaptables à votre besoin.
      Pour moi le principe c’est de partir d’une solution qui fonctionne et d’adapter ensuite à son besoin particulier en fonction de ses compétences…
      Après quand les compétences augmente, on peut faire profiter la communauté des ses modifications, adaptations…
      Au boulot j’ai un mini serveur par exemple. C’est un Raspberry Pi rev 2 (un des plus anciens modèles avec 512 Mo de Ram et un processeur monocoeur 🙂
      j ai installé dessus un serveur web (lighttpd) avec php mysql et… wordpress
      Dans une page wordpress je récupère la température du CPU et la température de la pièce (sonde DS18B20) ainsi que des images (une toutes les 3 secondes) prises par la caméra pi
      je ne vous dis pas que c’est d’une vitesse extraordinaire, mais ça fonctionne !
      Avec un Pi 3 actuel ça devrait être correcte pour une utilisation modérée.
      Oui le XU4 est plus puissant car il tourne à 2GHz contre 1.2GHz pour le Pi3 et odroid X4 c’est 2 Go de RAM
      Mais le Pi3 a aussi un processeur 4 cœurs 64 bits… http://www.framboise314.fr/raspberry-pi-3-quoi-de-neuf-docteur/
      Par contre la communauté Pi est vraiment active et efficace. Faites un tour sur le forum 😉 http://forums.framboise314.fr/
      J’ai une orange pi qui fonctionne bien elle ne démarrait pas, j’ai mis 6 mois à avoir l’info du pourquoi sur le forum orange
      j’ai branché la caméra elle n’est pas reconnue… retour au forum d’orange et…. bin j’attends
      Je vais sans doute tester Odroid mais pas tout de suite je suis déjà pas mal occupé.
      La retraite approche (eh oui) et je pourrai consacrer plus de temps à la framboise et à la communauté… ça me maintient en forme 😀
      bonne fin de journée
      cordialement
      François

      Répondre
      1. Jérôme

        bonjour François,
        1/ je souhaite faire ceci: Raspberry + webcam + micro + haut-parleur + détecteur de présence + envoi d’alerte email par SMS + envoi de photo par SMS pour savoir qui a pénétré dans mon appart pendant mon absence, + visionner qui est chez moi en direct sur mon smartphone + possibilité de lui parler à distance (tout est décrit sur ce site, pour le fun of course).
        2/ Mettre un site sur Raspberry utilisé comme serveur, just for testing.
        3/Utiliser un Raspberry comme ordi-pc, j’ai adoré l’article sur ce Raspberry caché dans un clavier, il ne manque qu’une caméra pour filmer. Qui se soucirait d’une personne se baladant avec un clavier de pc? Trop drôle, pour de futures caméras cachées.
        4/ Je vois aussi ce Odroid XU4 beaucoup plus puissant que le Raspberry, d’où mon interrogation: puis-je faire la même chose sur ce XU4 que ce qui est décrit comme application avec la framboise? C’est une question bête, mais peur que les logiciels développés pour la Pi ne fonctionne pas sur le XU4, car pas le même processeur ou autre. J’ai bien conscience que l’OS ou software doit être optimisé pour ces nano-machines…
        Alors? Et puis le xu4 est aussi plus cher (3x)!
        5/ Autre chose, pourriez-vous faire un article sur la sécurisation d’un site sous WP svp?
        Et les erreurs (que vous auriez pu faire) à ne pas faire quand on se lance sur WP.
        Ca sort un peu de la Pi, mais cela pourrait intéresser vos lecteurs réguliers du site.
        Pas un TUTO mais une rubrique genre: 15/20 conseils à faire ou ne pas faire pour la sécurité d’un site sur WP.
        Désolé pour avoir été un peu hors sujet sur la fin …
        Bonne journée.

        Répondre
  43. Thomas

    Bonjour. Je souhaite me lancer dans le bricolage électronique. Pour premier projet serait une interface lecteur usb/autoradio. Un ami m’a conseillé la Framboise hors je n’ai aucune idée de comment cela fonctionne et comment réaliser. Pouvez vous m’indiquer la faisabilité du système et une procédure à suivre. Je vous en remercie d’avance.

    Répondre
  44. AlexisM

    Bonjour,
    J’aimerais faire un mur d’image avec 9 télés dans un gymnase. J’ai pris connaissance de Raspberry Pi et j’aimerais savoir comment je pourrais faire cela?
    En attendant votre réponse merci d’avance cordialemement.

    Répondre
  45. LELAN

    Bonjour,
    je souhaite utiliser mon cadeau : un raspberry Pi 3 modèle B afin de déclencher à distance mon chauffage ou l’alimentation de mon chauffe eau électrique.
    Ma maison secondaire ne possède pas de box internet ni de téléphone fixe.
    Actuellement j’utilise un module RTC avec une carte sim free qui ne fournit qu’une voix.
    Je souhaiterais donc piloter mon Pi3 afin de gérer plusieurs sorties.
    Quel est le module gsm que je dois acquérir afin de compléter mon Pi3 ?
    Si quelqu’un a déjà réalisé ce projet, je suis preneur d’informations !
    Je suis novice en Pi3 mais j’enseigne algorithmique ainsi que quelques rudiments de Python.
    Je sais également câbler des relais afin de piloter mes appareils.
    Merci de votre aide,
    Olivier

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Olivier
      cette page n’est pas le meilleur endroit pour poser cette question
      je vous conseille de faire un tour sur le forum où vous trouverez des gens très pointus dans différents domaines 🙂
      http://forums.framboise314.fr/
      Parcourez les sujets existants et si vous ne trouvez pas, posez la question dans le forum qui vous parait le plus approprié
      cordialement
      François

      Répondre
  46. Romain

    Bon, mon Pi 3 est en cours d’installation (un collègue m’a fait « tomber dedans » et m’a dirigé par ici…). Je suis en attente du Pi Zero, de mon fer à souder et de, hum, « deux ou trois » composants en plus. Malheureusement le seul exemplaire du livre « Exploitez tout le potentiel… » que j’ai trouvé en rayon était en mauvais état !

    Raspberry pour Python, Sonic Pi/Minecraft, quelques montages de base LED/capteur, jouer avec les HAT et les kits de véhicules télécommandés, lancer un ballon-sonde dans quelques années…

    Puis certainement de l’Arduino pour descendre un cran plus bas que le Linux/Python car j’ai envie de voir cette partie que mon cursus d’informaticien ne m’a pas vraiment permis d’aborder, interfacer plus directement avec les capteurs, aller plus vers l’élec/électronique… et surtout, comprendre la différence en terme de programmation/utilisation par rapport au Pi – notamment par rapport aux véhicules dont je parle plus haut…

    Merci pour toutes les infos, le blog et les liens !

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Romain
      merci pour votre retour ! C’est toujours un plaisir d’avoir ce genre de message… C’est un peu la récompense du bloggueur 🙂
      Oui il y a tout un monde à explorer entre Arduino et RasPi.
      Fondamentalement le Pi est sous la tutelle d’un Linux et permet d’utiliser TOUT ce qui fonctionne sous Linux (Debian), depuis les commandes de base jusqu’à un serveur DHCP, web, routeur…. on peut s’amuser et la présence de Linux facilite beaucoup les choses.
      Sur Arduino vous programmez dans le dur, pas d’OS, le langage s’approche du C le contrôleur ne tourne « qu’à » 16MHz mais il n’est pas encombré par un OS et… ça décoiffe ! car vous pilotez pratiquement en direct. L’autre avantage de l’Arduino ce sont ses entrées analogiques qui n’existent pas sur le Pi.
      En résumé on ne fait pas les mêmes choses avec l’un et l’autre mais ils se complètent et savent collaborer… un régal
      Bienvenue dans le monde de la framboise
      désolé pour le bouquin abimé… C’est honteux d’abimer les bouquins. Bin oui surtout le mien 😀
      allez ! sans doute à bientôt sur le blog ou le forum
      cordialement
      François

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.