Publié le 9 avril 2019 - par

Une carte Player vidéo LCDIS avec le Raspberry Pi CM3

LCDIS lance CM3 PLAYER, une carte  conçue pour être la plus universelle possible. Sa destination principale est player vidéo industriel embarqué, avec une température de fonctionnement étendue. Elle est prévue pour attaquer directement des écrans LVDS.

Une carte Player Vidéo à base de CM3 Raspberry Pi par LCDIS

LCDIS : la société

LCDIS est basée à Croissy-sur-Seine (78). C’est un distributeur d’afficheurs qui intégre un bureau d’études développant tout type de cartes pour piloter ces afficheurs.

LCDIS a été créée en 2004 avec la volonté d’apporter sur le marché français une réelle spécialisation dans le domaine de la visualisation. Ses activités sont volontairement centrées sur l’afficheur et son environnement.

LCDIS propose des produits standard mais aussi des produits spécifiques. La solution peut être élaborée à partir de produits existants. Mais en cas de besoin, il est possible d’apter les produits ou de les développer intégralement.

LCDIS développe ses propres cartes d‘interface et propose à ses clients des cartes spécifiques.

La carte Player Raspberry Pi CM3

CM3 PLAYER est un nouveau produit dans la gamme de cartes de pilotage d’afficheurs TFT. La carte est conçue en France, avec comme objectif la fiabilité, la pérennité et la souplesse. Sa fabrication est également entièrement française à partir de composants actifs et passifs de grandes marques.

La carte CM3 PLAYER est basée sur le Compute Module CM3+ de la fondation Raspberry Pi. La disponibilité est garantie au moins jusqu’en Janvier 2026.

CM3 PLAYER a été conçu pour être un produit d’usage le plus universel possible dans diverses applications telles que PID, DID, PLV. Sa destination principale est un usage de player industriel embarqué, impliquant pérennité et température de fonctionnement étendue. Toute autre application est envisageable puisque le client est libre de ses choix logiciels.

En utilisant l’écosystème Raspberry, il devient très simple de développer votre application métier sur la carte. La programmation se fait simplement par le port micro-USB sans débrancher le module CM3+.

Le port LVDS peut piloter des écrans en simple ou double canaux avec une résolution maximale de 1920×1080.

CM3 PLAYER intègre 4 ports USB à la fois externes et internes. Les ports d’extension en I2C, SPI ou UART permettent de brancher facilement des cartes d’extension ou de s’interfacer avec des équipements existants.

La conception de type “carte métier” permet de proposer des personnalisations matérielles avec une grande souplesse, donc à coût modéré et sans nécessiter de fortes quantités. Il est possible d’ajouter des fonctions requises dans votre domaine telles qu’une seconde sortie LVDS clonée, des protections d’alimentation actives dans le cas d’alimentation batterie, une alimentation PoE, un switch Ethernet etc…

Caractéristiques générales

  • Alimentation 9-36VDC
  • Ethernet 100BT
  • LVDS simple ou double canaux
  • 4 x USB (type A doublés par MOLEX 53261)
  • Extensions : I2C, SPI, UART, 6 x GPIO
  • Amplificateur classe D 2 x 2.5W
  • Module CM3 avec eMMC ou SDCARD externe
  • Hauteur totale < 10mm
  • Température de fonctionnement -20°c à +70°c
  • 4 trous de fixation pour dissipateur thermique
  • Dimensions 155 x 80 mm

Conclusion

Nouvelle incursion du Raspberry Pi dans le monde industriel. Cette carte “Player Vidéo” est destinée à être utilisée dans des afficheurs soumis à des contraintes que ne rencontre pas le matériel grand public.

Le choix du Raspberry Pi 3 sous sa forme CM3 montre que la framboise a atteint un maturité suffisante pour s’inviter dans les produits professionnels.

Une carte 100% française propose une alternative de choix aux cartes asiatiques. Un ingénieur expert en électronique embarquée assurera le support Linux si le projet d’un client en a besoin.

La framboise a été vendue à plus de 25 millions d’unités. 30% des ventes de Raspberry Pi sont faites à destination des entreprises…

Sources

CM3 PLAYER : carte embarquée avec Compute Module 3 à sortie LVDS

 

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. Auteur de plusieurs livres sur le Raspberry Pi publiés aux Editions ENI.

4 réflexions au sujet de « Une carte Player vidéo LCDIS avec le Raspberry Pi CM3 »

  1. romaxx

    J’ai failli développer une carte similaire, mais après réflexion j’ai abandonné le CM3 car les perfs video du Pi, meme le CM3+ sont très limitées, un codec H264 qui date, pas de support du VP9.. bref.. autant dire qu’il y a des concurrents bien plus intéressants et puissants https://www.toradex.com/. Si l’ingénieur de chez LCDIS qui a conçu ça peut nous expliquer pourquoi.. ? 🙂

    Répondre
    1. Gaël Protois

      Bonjour,

      La cible est d’offrir une performance suffisante pour un usage général de diffusion de contenu vidéo dans des applications industrielles, autres que celles du particulier en home cinéma exigeant. L’industrie aime ce qui est stable et éprouvé. Il y a toujours plus récent et plus performant, mais est-ce pérenne, est-ce stable, est-ce debuggé ? Toutes ces questions rentrent en ligne de compte au moment du choix de nos clients cibles. La course au codec ne va pas avec la stabilité.

      Nous connaissons TORADEX. Leur prix n’est pas amical, et le support est strictement payant. L’écosystème Raspberry est étendu et gratuit.
      Notre carte permet de faire un single board computer industriel / professionnel à partir d’un élément populaire. On l’utilise sur une carte porteuse sérieusement conçue et faite pour durer dans le temps, et de plus facilement personnalisable.
      C’est aussi pour cela que nous ne sommes pas partis sur des cœurs SOM IMX6 ou autre car le support driver est largement moins étendu et autrement plus onéreux à développer si le driver n’existe pas.

      A votre disposition

      Gaël Protois

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.