Publié le 17 octobre 2017 - par

Deezzy, un lecteur Deezer pour le Raspberry Pi.

Albert développe actuellement DEEZZY, un player DEEZER compatible Raspberry Pi. Il souhaite promouvoir le player qu’il est actuellement entrain de développer. Il souhaite également faire appel à des contributions extérieures pour l’améliorer et le faire évoluer. Le projet utilise le SDK natif Deezer, et est développé en C++ avec une partie interface graphique en Qml.

DEEZZY un player  DEEZER sur le Raspberry Pi

Le but du player est de rester simple, par défaut il joue la « user flow » playlist de l’utilisateur, et son interface est compatible avec les écrans tactiles.

Toutes les infos, ainsi qu’une photo du player en action sont disponibles sur la page github du projet.

En savoir plus sur DEEZZY

Deezzy est un lecteur Qml / C ++ léger utilisant le SDK natif Deezer (entre autres plateformes, il supporte ARM Linux).

Deezzy sur un écran tactile Tontec 3,5″

Deezzy n’a pas de gestion de recherche/playlist, son but par défaut est de diffuser la radio de flux de l’utilisateur, à moins que vous ne l’ayez lancé avec une URL spécifique de l’album/liste de lecture.

Les outils

Support des plates-formes

Deezzy a été développé et testé initialement sur une boîte Ubuntu 16.04LTS, puis construit et testé avec succès sur un Raspberry Pi 2 avec un écran tactile Tontec 3,5 pouces. Dans la mesure où le SDK natif Deezer et le SDK Qt sont des plates-formes croisées, Deezzy devrait être facilement portable vers Windows / MacOS.

Compiler Deezzy sur Raspberry Pi

!! Tout d’abord, vous avez besoin d’un compte utilisateur Deezer
afin d’obtenir un identifiant utilisateur valide !!!

Téléchargez le SDK natif Deezer et copiez le repo deezzy (les deux doivent être dans le même répertoire):

Enregistrez votre application ici si vous voulez avoir votre propre identifiant d’application, ou gardez l’identifiant de l’application deezzy (« 247082 ») et autorisez votre application en obtenant votre jeton d’accès en suivant la procédure suivante (utilisez les procédures : basic_access, email, manage_library). Avec ces informations, mettez à jour l’en-tête private_user.h avec vos USER_ID, USER_ACCESS_TOKEN et le USER_CACHE_PATH de votre choix.

Assurez-vous que les prérequis Qt / Qml et pulseaudio sont installés:

Exécutez le script de compilation rpi (nécessite CMake et GCC6):

[Facultatif] Répertoriez vos périphériques audio et sélectionnez celui par défaut:

Lancez le service pulseaudio

Exécutez le binaire de deezzy en mode de flux radio ou donner une adresse de deezer

Support de Docker Raspbian expérimental :

Albert a fait quelques tests initiaux pour exécuter deezzy dans un conteneur docker, afin de simplifier la gestion du déploiement et des dépendances. Dans le répertoire docker, vous trouverez des scripts utiles pour générer et exécuter une image prédéfinie. Pour l’instant la partie gui est gérée, mais la partie pulseaudio n’est pas fonctionnelle, donc toujours pas de son pour l’instant 🙁

Interface réduite Desktop, qu’on peut placer dans un coin du bureau

Comment aider au développement de Deezzy ?

Albert recherche bien entendu des développeurs pour l’aider à avancer dans le développement de DEEZZY.

Après si vous n’êtes pas développeur rien ne vous empêche de donner un coup de main dans la mesure de vos compétences. Par exemple, même si je peux écrire un programme en C ou en Python, je suis loin de pouvoir participer au développement d’applis sous Linux. Alors ? Eh bien je participe à ma manière. En traduisant des docs ou des interfaces (je l’ai fait pour le projet TeraTerm), ou encore en écrivant des docs (c’est souvent ce que les développeurs ont du mal à faire, ils sont dans leur monde, leur objectif c’est que l’appli fonctionne. Ils livrent des sources et… dém…-vous 🙂

en fait vu sur Framasoft :

Comment les non-programmeurs peuvent contribuer aux projets open source

How non-programmers can contribute to open source projects

Duncan McKean – 4 juin 2013 – Blog personnel
(Traduction  : «  Anonymes  », nos excuses car un bug Framapad empêche de citer tous les traducteurs/ices que nous remercions au passage)

Beaucoup de gens intéressés par l’idée d’apporter leur aide à des projets open source mais n’ayant absolument aucune compétence en programmation m’ont demandé ce qu’ils pouvaient faire. Eh bien, voici quelques moyens pour ces non-programmeurs de contribuer à de tels projets.

Il est important de noter qu’il est bon de contribuer aux projets des logiciels que vous utilisez. Ainsi, vous pourrez vous-même bénéficier de vos contributions.

Utilisez le logiciel

Le meilleur moyen de contribuer à des projets open source est d’utiliser les produits eux-mêmes. Écrivez votre livre avec Libre Office Writer. Dessinez vos images avec Krita. Créez des choses à imprimer en 3D avec FreeCAD ou Blender. Réservez vos tickets de concert en ligne via Firefox. Faites vos comptes avec Grisbi. Jouez à Flightgear, Battle for Wesnoth, Vega Strike, UFO  : Alien Invasion.

Traquez les bugs

Maintenant que vous utilisez le logiciel, vous pouvez éventuellement rencontrer des bugs quand vous essayez de faire quelque chose. Ou alors, le logiciel peut avoir un comportement autre que celui qui était attendu.

Entrez en contact avec les développeurs et prévenez-les. Les développeurs travaillent sur les retours de leurs utilisateurs, ceci les aide à perfectionner le produit. De plus, les sources étant libres, les bugs sont en général rapidement corrigés.

Chaque projet aura un lien pour signaler un bug. Allez-y, identifiez-vous et décrivez ce bug dans les détails. N’oubliez pas d’indiquer quelle version du logiciel vous utilisez ainsi que les caractéristiques de votre ordinateur.

Écrivez de la documentation

Contribuer à écrire la documentation d’un projet pour le rendre plus clair et plus simple à comprendre.

La plupart du temps, les développeurs sont trop occupés à coder et la documentation a besoin d’un peu d’attention. Vous pouvez la mettre en forme afin qu’elle soit plus claire, ajouter des images ou des tutoriels. Si certaines parties du projet ne sont pas claires, il suffit de demander sur les listes de diffusion. Ainsi, lorsque vous recevrez une réponse, vous pourrez l’ajouter à la documentation. Dès que les personnes qui maintiennent le projet saisiront ce que vous faites, leurs réponses seront encore plus efficaces et utiles.

Traduisez

Il y a beaucoup de personnes dans le monde qui utilisent ce projet et certaines d’entre elles pourraient ne pas parler la langue dans laquelle celui-ci a été distribué. Si vous parlez couramment un langage peu connu, contactez les développeurs/l’équipe de documentation et offrez vos services. Vous pourriez participer à la traduction de l’interface, de la documentation ou encore du site web.

Offrez vos compétences

Regardez les projets individuels et voyez ce dont ils ont besoin. Vous pouvez apporter quelque chose  ? Vous êtes designer sonore et pourriez créer quelques sons pour un jeu vidéo open source  ? Concepteur d’interface  ? Vous pourriez aider en remaniant l’interface utilisateur pour la rendre plus ergonomique. Il est également possible de lancer des entreprises viables utilisant ou formant aux logiciels open source.

Vous pouvez aussi contribuer à la culture du libre en publiant ce que vous créez sous certaines licences Creative Commons. Vos créations peuvent ainsi aider à promouvoir le logiciel pour lequel elles ont été créées. Ceci inclut  :

  • les images  ;
  • les programmes  ;
  • les tutoriels  ;
  • les manuels d’installation et de documentation  ;
  • les livres.

Utilisez la licence CC BY-SA pour que chaque réutilisation de votre travail soit elle aussi placée sous licence libre, CC BY si la façon dont il est réutilisé vous importe peu. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet sur le site des Creative Commons.

Prêchez la bonne parole

Aider à la prise de conscience des projets open-source est très important. N’agressez pas tout le monde, faites juste savoir quels projets vous utilisez. Créé avec MyPaint sous LinuxMint. Écrit en Sigil sous Ubuntu. Je suis fier d’utiliser WordPress. Toutes ces mentions sont utiles.

Faites des dons

Enfin, leur donner de l’argent. Avec de l’argent, le projet peut embaucher des développeurs supplémentaires qui pourront corriger des bugs plus rapidement, créer de nouveau outils, les améliorer pour vous. Certains projets proposent des dons occasionnels, alors que d’autres vous permettent de payer de petites sommes mensuellement. C’est une meilleure idée car cela aide les développeurs à mieux gérer leurs revenus quand ils savent quelle somme d’argent ils reçoivent de façon sûre.

Soyez professionnel

L’une des principales critiques faites aux logiciels open source est le manque de professionnalisme. Peu importe la manière dont vous contribuez à un projet open source, mettez un point d’honneur à le faire de façon professionnelle. L’élévation du niveau de qualité d’un projet commence avec ses utilisateurs. Assurez-vous que vous agissez de manière professionnelle lorsque vous discutez de projets avec d’autres et créez des contributions de qualité quand vous utilisez des logiciels open source.

Maintenant que vous savez tout ça, lancez-vous et allez aider à rendre les projets open source comme DEEZZY géniaux.

Chiche ?

Sources

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d’origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j’ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. Auteur de plusieurs livres sur le Raspberry Pi publiés aux Editions ENI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.