Publié le 1 février 2018 - par

Enceinte HiRes Audio bluetooth Dodocool DA150 et Raspberry Pi

La disponibilité sur du matériel grand public de la norme Hi-Res Audio, qui rapproche le son numérique du son analogique, méritait un passage via le Raspberry Pi. C’est chose faite avec le test de cette enceinte Dodocool DA150. Vous trouverez également dans cet article des infos sur la norme Hi-Res Audio.

Intéressé par la mention Hi-Res Audio apparaissant sur cette enceinte, j’ai demandé à mon contact chez Dodocool de m’en envoyer une pour pour la tester sur Raspberry Pi, cet article vous est donc proposé avec la mention :

============= Article sponsorisé =============

Dodocool propose un code réduction pour cet article aux lecteurs de framboise314. Et comme d’habitude je n’ai pas d’affiliation avec Amazon et je ne touche rien sur les ventes.

Cliquer pour avoir la définition des niveaux

Enceinte Dodocool HiRes-Audio DA150 sur le Raspberry Pi

La norme HiRes-Audio

La Japan Audio Society (JAS) a défini la norme Hi-Res Audio. Cette norme s’applique aux appareils analogiques et numériques. Elle définit les performances minimales de ces appareils, pour qu’ils enregistrent ou reproduisent des fichiers audio en haute résolution.

Les appareils répondant à cette norme sont identifiés par le logo ci-contre.

 

Les fréquences en Hi-Res Audio

Alors que la norme Hi-Fi imposait que les appareils reproduisent fidèlement les fréquences comprises entre 20Hz et 20KHz, La norme Hi-Res étend cette plage de fréquence à 40KHz. La norme indique :

Analogique

  • Microphone (réponse dans les hautes fréquences) : 40 kHz ou plus
  • Amplification (réponse dans les hautes fréquences) : 40 kHz ou plus
  • Enceinte / casque (réponse dans les hautes fréquences) : 40 kHz ou plus

Numérique

  • Formats d’enregistrement : fichiers FLAC, WAV 96 kHz / 24 bits ou plus
  • Interfaces entrée/sortie : 96 kHz / 24 bits ou plus
  • Formats lisibles : fichiers FLAC / WAV 96 kHz / 24 bits ou plus
  • Pour les appareils d’enregistrement à disque dur, soit FLAC soit WAV
  • Traitement du signal : 96 kHz / 24 bits ou plus
  • Conversion N/A : 96 kHz / 24 bits ou plus

Quels appareils ?

La norme Hi-Res Audio correspond donc à tous les équipements analogiques pouvant enregistrer et/ou reproduire une plage de fréquence au moins égale à 40KHz (Micro, casque, enceinte…), ainsi que tous les équipements numériques pouvant traiter et/ou convertir les signaux codés en 24 Bits à une fréquence minimum de 96 kHz.

Quels signaux ?

 

 

Si on est pointilleux, on voit sur ces courbes que le Hi-Res Audio est un cran au dessus dans la reproduction des sons. Seuls les musiciens ou audiophiles pourront nous donner leurs impressions qui restent souvent subjectives, en fonction de l’enregistrement, de l’appareil de lecture, de l’ampli, des enceintes et… du lieu d’écoute. Pas simple !

Quels fichiers ?

Il n’y a pas à proprement parler de type de fichiers High Res pour l’audio, mais plusieurs : FLAC, WAV, ALAC, AIFF, DFF, DSF… Pour appartenir à la classe Hi-Res, ils doivent être encodés en 24 Bits (sauf pour les formats DSD dérivés du SACD, dont le fonctionnement sur 1 Bit est différent).

Attention, arnaque!
Méfiance sur le web : certains fichiers qu’on présente comme Hi-Res sont parfois des CD ré-encodés avec un échantillonnage et un bitrate supérieurs… Ils ne présentent aucun intérêt et sont parfois vendus bien cher…

Tout ça… pour ça !

Bon, si on reste plus terre à terre, l’oreille du -jeune- humain (qui ne s’est pas flingué les tympans avec la zique issue de son smartphone ou de son lecteur MP3) perçoit les sons jusque 20KHz. Après, avec l’âge, ça se dégrade et la fréquence maxi diminue. Si en plus vous fréquentez assidument les boîtes de nuit ou les concerts de hard rock, si vous bossez dans un milieu ambiant bruyant… ça ne peut qu’empirer. Du coup, comme “Les Numériques“, on peut se poser la question de la pertinence de cette norme. Après c’est un peu comme le 4K, on adhère ou pas… Ici ce n’est pas le sujet et je laisse les plus ronchons que moi disserter là dessus 😉

L’enceinte Dodocool DA150 Hi-Res Audio

Déballage

L’enceinte est arrivée bien emballée dans une enveloppe costaude. Une fois celle-ci enlevée est apparue une boîte en carton épais, un coin était un peu abîmé (à droite) mais rien de dramatique.

Dans la boîte l’enceinte est elle même enveloppée dans un sachet à bulles qui la protège des chocs.

Pas de souci de ce côté là non plus, le matériel est en bon état.

Au fond de la boîte le (fin) manuel utilisateur et la carte de garantie. La petite boîte blanche sur la droite contient la dragonne et le câble.

La dragonne est en caoutchouc (silicone ?) épais elle se monte sur l’enceinte avec des boutons.

Montage de la dragonne

Pas besoin d’outil, le montage est simple .

Une fois en place, la poignée est fixée solidement à l’enceinte et reste mobile.

L’ensemble est agréable, pas trop lourd et esthétique (enfin, c’est juste mon avis 🙂 )

Présentation de l’enceinte DA150

 

L’enceinte mesure une vingtaine de centimètres de côté pour 50mm d’épaisseur environ.

Sur la face avant  3 “boutons”. Pour régler le volume ou passer à la chanson suivante on utilise les boutons +  et  . Le bouton o   permet de prendre un appel ou de mettre en pause.

A l’arrière une plaque regroupe l’interrupteur A/M, la prise de rechargement et les connecteurs.

  On peut insérer une carte micro SD ou une clé USB comportant de la musique enregistrée. Il est également possible de raccorder l’enceinte via un cordon jack 3,5mm.

Les haut-parleurs

  L’enceinte comporte deux haut parleurs et son volume permet d’obtenir des basses intéressantes pour une taille réduite. J’ai l’habitude, mais je suis toujours époustouflé par le volume de basses que les constructeurs atteignent aujourd’hui avec un volume aussi réduit…

La notice

Comme beaucoup de notices jointes à des appareils de provenance asiatique, celle-ci comporte une version française traduite “à la hache”, ou alors avec un logiciel de traduction des années 1980… je ne sais pas. Enfin, avec un peu de perspicacité et quelques essais, on arrive à s’en sortir.

Les caractéristiques

  • Modèle : Dodocool DA150
  • Couleur : Gris foncé
  • Matériau : Alliage d’aluminum et plastique
  • Bluetooth version V4.1 – profils supportés HFP, HSP, A2DP, AVRCP
  • Fréquences : 2.402GHz – 2.480GHz
  • Portée : jusqu’à 10m
  • Puissance Max : 2 x 3W
  • Plage de fréquences : 20Hz – 45kHz
  • Haut-parleurs : 2 haut-parleurs à large bande
  • Sensibilité du microphone : -40 dB±3dB
  • Batterie : Intégrée 3.7V/1200mAh lithium
  • Écoute musicale, conversation téléphonique : jusqu’à 6 heures
  • Tension de rechargement :  5V continu
  • Courant de charge : 450mA ± 50mA (Indiqué par une LED rouge en face avant)
  • Port de rechargement : Micro-USB
  • Temps de rechargement : Environ 4 heures
  • Capacité micro SD maxi :  jusque 32Go
  • Capacité clé USB maxi :  jusque 32Go
  • Dimensions :  180 x 120 x 50 mm
  • Poids : Environ 620g

Connecter l’enceinte Dodocool DA150

A un smartphone

Avant de passer aux choses sérieuses, j’ai choisi de tester l’enceinte DA150 en la connectant à mon téléphone (Samsung Galaxy S8).

A la mise sous tension de l’enceinte une LED bleue clignote sous le bouton central pour vous inviter à connecter l’enceinte.

Sur le smartphone Android, l’enceinte apparait dans les appareils détectés par le système. Cliquez (tapotez) sur le nom de l’enceinte.

Android lance la procédure d’appairage.

L’enceinte DA150 est appairée avec le S8.

Tapotez sur le nom de l’enceinte pour terminer la connexion. L’enceint fait entendre quelques notes et à partir de ce moment vous pouvez l’utiliser pour écouter de la musique ou répondre au téléphone, grâce au microphone qui est intégré.

Quand vous réglez le volume à partir du téléphone, c’est un logo Bluetooth qui figure à côté du curseur.
Pas de souci pour connecter l’enceinte au téléphone et écouter de la musique. Les titres présents sur mon téléphone sont en MP3, ou proviennent d’un site de streaming. La qualité de la musique est correcte mais ne permet pas de tester le Hi-Res… (à ma connaissance)

A un Raspberry Pi

Pour tester la lecture de fichiers Hi-Res, j’ai choisi de confier la tâche à un Raspberry Pi 3, comme il se doit.

Après le démarrage de l’enceinte et le clignotement de la LED bleue, cliquez sur le logo BlueTooth dans la barre supérieure de Raspbian Stretch, et sélectionnez Add Device :

Après un moment la liste des dispositifs Bluetooth à proximité s’affiche.

Passez la souris sur la ligne de l’enceinte DA150. Son adresse MAC s’affiche.

Cliquez sur la ligne pour appairer l’enceinte.

L’appairage se lance

Lorsqu’il est terminé Cliquez sur OK pour connecter l’enceinte DA150

La connexion avec le Raspberry Pi est complète. Pour envoyer le son vers le Bluetooth, faites un clic droit sur l’icône du Haut-parleur dans la barre supérieure, puis sélectionnez dodocool-DA150 dans la liste qui s’affiche.

Cliquez pour agrandir

J’ai téléchargé de la musique Hi-Res (gratuite) et utilisé Audacious pour la lire. Pour installer Audacious :
sudo apt-get audacious

Cliquez pour agrandir

La lecture des fichiers FLAC et AIFF se passe bien. Le son est riche, les percussions ressortent nettement et les graves sont profondes pour une enceinte de cette taille. La lecture de vidéo sur YouTube fonctionne également avec un son de qualité tout à fait convenable.
Ce n’est pas de la Hi-Res sur des enceintes de monitoring de studio (à ce prix là il ne faut pas rêver…)  mais pour un usage portable ou pour des démos Raspberry Pi, cette enceinte sera la bienvenue.

Conclusion

Cette enceinte reproduit l’audio Hi-Res avec une bonne qualité sonore allant normalement au-delà de la qualité des MP3s et même des CDs. Il faut cependant utiliser des fichiers enregistrés en Hi-Res pour bénéficier de cette qualité. Elle dispose de plusieurs emplacements pour des cartes ou clé USB mais elle est surtout compatible avec le Raspberry Pi sur lequel elle se connecte sans difficulté. La portée testée avec un Pi 3 reste classique, un peu moins de 10 mètres en intérieur (cloisons en placoplatre).

La batterie au lithium 1200mAh intégrée, assure près de 6 heures de lecture (ça dépend du volume sonore 🙂 ). Elle peut se recharger (avec le câble USB)  pendant l’écoute de musique.

Pour les accros au téléphone, un microphone intégré permet de téléphoner en mains libres, et ainsi de ne pas perdre d’appel. Lors d’un appel, la musique s’arrête automatiquement

Au jour où j’écris ces lignes (01/02/2018) l’enceinte DA150 est vendue 31,99€. Le code promo pour une remise de 30% est  9C4F6I8O . Il est valable jusqu’au 6 février 2018 sur ce lien :   http://amzn.to/2Fl90Jf

Sources

 

 

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. Auteur de plusieurs livres sur le Raspberry Pi publiés aux Editions ENI.

7 réflexions au sujet de « Enceinte HiRes Audio bluetooth Dodocool DA150 et Raspberry Pi »

  1. Dodutils

    “Il n’y a pas à proprement parler de type de fichiers High Res pour l’audio”, en fait si, il y en a 2 qui doivent obligatoirement être supportés : FLAC et WAV à 96kHz/24bit.

    Mais cette norme ne couvre pas le périmètre des performances accoustiques donc on peut obtenir le logo Hi Res avec un ampli et des enceintes moisies.

    Par contre je ne vois pas quels codecs audios sont supportés en BT donc du coup on ne sait pas si le Hi Res couvre le périmètre du BT ou uniquement celui des cartes SD.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      merci pour ce retour
      effectivement il semble que le HiRes en Bluetooth soit encore à ses débuts…
      http://www.frandroid.com/marques/sony/418826_sony-concept-ajoute-laudio-hi-res-meme-en-bluetooth
      Je n’ai pas l’oreille assez affinée pour juger mais la qualité musicale lors des tests a été confirmée par plusieurs personnes à qui j’ai fait écouter cette enceinte…
      L’objectif ici était bien de vérifier qu’elle était utilisable avec le Raspberry Pi
      cordialement
      François

      Répondre
  2. Tof

    “Support wireless profile: HFP, HSP, A2DP, AVRCP”, donc le BT de base pour l’audio… Ça reviendra à lui balancer de l’équivalent de mp3 entre 128 et 320Kbps tout au mieux…
    Et même si je balance ce genre de signal à ma vieille chaîne Hi-Fi qui sort sur des enceintes Cabasse à large-bande, ça n’en fera pas pour autant un son “Hi-fi” non plus.

    On voit bien là la limite de la norme Hi-Res Audio. Il suffit de mettre un décodeur FLAC dans un appareil qui ne pourra gérer le reste au niveau qualité audio, même pas au niveau de la hi-fi, et on peut alors s’affubler d’un beau logo Hi-Res.

    Répondre
  3. Yann

    Hello,

    je ne suis pas du tout spécialiste audio, mais j’avoue, j’ai parcouru l’article en raison de la jolie prise de vue particulièrement centrée sur le produit en question !
    Hé-hé-hé, ils sont très forts en marketing chez DDC !
    Désolé François, fin de semaine… tout ça… ^_^

    Yann

    Répondre
  4. jenramac

    Bonjour,

    Même si notre oreille ne peut pas percevoir les sons au-delà de 22 kHz (sauf pour certains surdoués), les signaux de fréquences supérieures ne vont-ils pas se combiner avec les premiers de façon à modifier l’enveloppe du son et de ce fait “modifier” le son et la perception que l’on en a ?

    Bonne journée

    Répondre
  5. Larsène

    Bonjour François,

    Un petit hors sujet, pour te proposer peut-être un article centré sur un usage d’un Raspberry comme contrôle d’accès d’un bâtiment de 6000m² en remplacement d’une centrale Primion antérieure : gestion de portes, tâches programmées, gestion d’une centrale Galaxy Honeywell raccordée, gestion par interface web intégrée ou par commandes SMS….

    Ce qui était à la base un projet personnel, de découverte de Python et d’un usage original d’un raspberry pourra peut-être intéresser tes lecteurs – et peut-être trouverais-je un petit coup de main pour ce qui me reste : la reprise et programmation des lecteurs de badges RS485 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.