Publié le 30 août 2018 - par

Console portable “Do It Yourself”

Quoi de mieux pour reprendre l’année qu’une petite console de jeu, histoire de s’occuper et de s’amuser. Le petit plus de cette console ? Elle est à fabriquer soit même ! Rien de bien compliqué grâce au tutoriel ci-après.

Matériels

Pour réaliser ce projet dans les meilleures conditions qui soient, il est utile de se procurer tout le matériel nécessaire.

Tout le petit matériel listé avec les liens ci-dessous provient principalement de Chine. Ils sont moins chers, d’assez bonne qualité et ils sont vendus par lot (3-5-10-…). Pas de stress en cas d’erreur dans ce cas-là 😉

Ces derniers viennent du web-marchant AliExpress, pour citer Guillaume : ” Je commande tout mon matériel chez eux, je n’ai jamais eu de soucis, tant à livraison qu’à la qualité. Le délai de livraison est de 14 jours à peu près.”

Quantité Descriptif Prix
1 Waveshare 5 pouces 35€
1 Raspberry Pi 3 ou 2B 36€
1 Dongle Wi-Fi Edimax (Seulement utile pour le RPi 2B) 11€
1 Carte micro SD 32Go (16Go minimum) 12€
1 Teensy LC 20€
1 Module de charge 3.30€
2 Batterie LG INR18650HG2 15€
1 Bouton PS4 (en sachet) 1.70€
1 Connecteur USB Type A 1.37€
2 Joystick PS2 1.06€
1 Interrupteur 2 positions 0.82€
2 Mini haut-parleurs 1.5W 2.27€
1 Ampli PAM8403 Stéréo 0.79€
2 Boutons poussoirs 6x6x5mm 0.46
12 Boutons poussoirs silicones 7.8×7.8x5mm 0.78
1 Potentiomètre B103 10K 16x2mm 0.85€
2 PCB prototypage 6×8 4.38€
1 Micro USB type B femelle 0.57€
1 Prise audio jack 2.63
  TOTAL 139.45€

NDLR: Les prix sont susceptibles de varier à la hausse ou à la baisse depuis la publication de cette article.

Pour les fils de couleurs utilisé dans la création de la console, ils viennent d’un câble 25 broches comme celui-ci 

 

Impression 3D

Voici les fichiers nécessaires à l’impression de la coque. Pour les personnes qui ne disposent pas d’imprimante 3D il existe différent services en ligne (par exemple FreeLabster pour n’en citer qu’un) qui permette de faire imprimer votre fichier chez un particulier.

Les boutons (logiciel)

Commençons d’abord par téléverser le programme dans le Teensy LC, il servira à envoyer les signaux des boutons de la console au Raspberry Pi.

  1. Télécharger et installer le logiciel Arduino, disponible ici pour Windows et ici pour Mac.
  2. Télécharger et installer le logiciel Teensyduino, disponible ici avec les instruction d’installations. Ce logiciel permet de faire communiquer le logiciel Arduino avec le Teesy LC.
  3. Télécharger le code à téléverser sur le Teesy.
  4. Brancher le Teensy à votre PC.
  5. Ouvrir le fichier Teensy_LC.ino préalablement téléchargé.
  6. Une fois le logiciel Arduino ouvert, sélectionner le menu (en haut à gauche de l’écran) Outils => Type de carte => Teensy LC
  7. Toujours dans le menu “Outils” sélectionner le port. Utilisé le port COM ou est branché le Teensy.
  8. Maintenant que tout est prêt il suffit de téléverser le code sur le Teensy au moyen du bouton “Téléverser” en haut à gauche.

 

Les boutons (matériel)

Chaque bouton dispose de deux pattes d’un côté qui servent de signaux d’envois (lorsque que l’on appui sur le bouton), les autres pattes servent de masses. Toutes les masses de tous les boutons sont à raccorder ensemble.

       

 

 

Assemblage des  boutons sur chaque PCB

 

 

 

Assemblage

Une fois les boutons terminés, l’assemblage devrait  ressembler à cela.

Pour tenir l’ensemble il est conseillé d’utiliser des vis M2.5×8. Veuillez à être très prudent, les supports destinés à accueillir les vis sont assez fragile.

Conseil : “nettoyer” le trou des supports à l’aide d’une mèche à fer du bon diamètre.

 

Câblage

Le câblage se révèle assez simple. Il vous suffira de suivre les schémas et le tour est joué. 

Teensy

Comme vous pouvez le constater tous les boutons ont une masse commune, sauf les joysticks, ces derniers sont alimentés en 3.3v fourni par le Teensy.

Le Teensy est raccordé sur une prise USB du Raspberry au moyen des points de soudure suivante : PP49, PP45, PP44 et la masse au-dessus du PP44.

N’oubliez pas de contrôler vos soudures et la polarité 🙂 

Câblage du son

La masse de l’ampli sera relié au PP6, le canal gauche au PP25 et le droit au PP26. L’ampli sera alimenté par le Raspberry en 5v. Prenez une section plus grosse pour l’alimenter, sinon le son risque de grésiller 🙁

Port USB déporté

Les points de soudures sont cette fois ci les PP50, PP41 et PP36.

Alimentation

Présenté comme cela, ça ne parait simple, mais une fois devant cela prend un peu plus de sens. Contrôler bien vos soudures (qu’elle ne touchent pas d’autre composant par exemple).

NB : la carte de charge d’origine n’existe plus, les trous de fixations sur la coque sont donc obsolètes. A vous de bricoler quelque chose pour fixer cette carte.

Utiliser des fils avec une section plus grosses sur le PP2 (5v) et PP5 (masse) du Raspberry Pi pour éviter les pertes de tension.

Recalbox

Recalbox est un OS permettant l’émulation de différentes consoles de jeux vidéo. Pour l’installer je vous conseille de suivre un des nombreux tutoriels disponible sur le net, même si cela n’est pas bien compliqué.

Il sera nécessaire de modifier le fichier config.txt pour faire fonctionner l’écran. Voici le fichier config.txt déjà configuré.

Il faudra également accéder à recalbox.conf et remplacer global.videomode=CEA 4 HDMI par global.video=default. Cette modification aura pour but de forcer recalbox à prendre en compte les paramètres du fichier config.txt

Votre console est maintenant prête, il ne reste plus qu’à jouer ! 🙂

Sources

https://www.instructables.com/id/GamePi-the-Handheld-Emulator-Console/

Share Button

À propos Tom ALACID

Etudiant en BAC Pro SN (Electronique, informatique, électricité) option Réseau - Electronique industriel embarqué. Passionné par les nouvelles technologies. J'essaye au maximum de partager mes connaissances et acquis, au cours de mes articles et vidéos.

4 réflexions au sujet de « Console portable “Do It Yourself” »

  1. dyox

    Bonjour,
    Même si le sujet ne m’intéresse pas, la liste des composants par contre , elle, m’intéresse. Il est toujours bon de savoir ce qu’il se fait ou pas ! J’ai l’impression de lire le twitter de Dodutils.

    Petite astuce : si vous avez un service informatique ou une benne de recyclage au boulot, prenez les batteries de laptops HS. Généralement, sur les 6 ou 8 18650, il y en a au moins 2 de mortes. Une batterie li-ion ne doit pas passer en dessous de 2.4V. Puis on achète un testeur/chargeur qui nous dit leurs capacités.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.