Publié le 1 juillet 2018 - par

Comment bien souder, un tutoriel sur la soudure

Quand on se lance dans l’électronique avec le Raspberry Pi ou l’Arduino, tôt ou tard il faut investir dans un fer à souder. Bin oui… mais comment souder pour que les connexions résistent ? Lorsque j’ai vu ce tutoriel sur la soudure de MakerSpaces, j’ai tout de suite demandé si je pouvais le traduire pour les lecteurs de framboise314. Andrew, fondateur et CEO de MakerSpaces m’a immédiatement donné le vert ! Merci Andrew 🙂

Cliquez pour obtenir des informations sur les niveaux

La soudure est une opération classique en électronique. Il est impératif d’accompagner les jeunes, enfants et ados lors de ces opérations. La présence d’un adulte est obligatoire.

Comment bien souder : Le Guide du débutant

L’opération pratiquée en électronique est bien une brasure. Mais depuis des décennies les électroniciens emploient le terme de soudure. Je maintiendrai ici cette tradition 😉

MakerSpaces propose en téléchargement un EBOOK gratuit [en anglais] de 17 pages sur cette technique de soudure en électronique.

La version française est disponible sur la page des ebook de framboise314.

Tutoriel sur la soudure

Souder correctement est une compétence fondamentale que tout maker doit maîtriser. Dans ce tutoriel sur la soudure, vous trouverez les connaissances de base sur les fers à souder, les stations de soudage, les types de soudure, le dessoudage et les conseils de sécurité. Que vous construisiez un robot ou que vous travailliez avec Arduino, savoir souder vous sera très utile.

C’est quoi, la soudure ?

Si vous  démontez un appareil électronique qui contient une carte de circuit imprimé, vous verrez que les composants sont fixés à l’aide de soudures. La soudure est le processus d’assemblage de deux ou plusieurs pièces électroniques, réalisé en faisant fondre la soudure autour de la connexion. La soudure est un alliage métallique et lorsqu’elle refroidit, elle crée une liaison solide et conductrice de l’électricité  entre les pièces. Si la soudure peut créer une connexion permanente, elle peut également être enlevée à l’aide d’un outil de dessoudage comme décrit plus bas.


Outils utilisés

La bonne nouvelle lorsque vous décidez d’apprendre à souder, c’est que vous n’avez pas besoin de beaucoup de matériel pour commencer. Vous trouverez ci-dessous les outils et les matériaux de base dont vous aurez besoin pour la plupart de vos projets nécessitant des soudures.

Fer à souder

Un fer à souder est un outil à main qui se branche dans une prise secteur 220 v alternatif et chauffe pour faire fondre la soudure sur des connexions électriques. On trouve aussi des modèles se connectant sur un port USB mais ils n’ont que 8 watts de puissance, ce qui est parfois insuffisant.
C’est l’un des outils les plus importants utilisés pour la soudure et il en existe plusieurs variantes qui peuvent avoir la forme d’un stylo ou d’un pistolet. Pour les débutants, il est recommandé d’utiliser un fer à souder de 15W à 30W. La plupart des fers à souder ont des pointes interchangeables (aussi appelées “pannes“) qui peuvent être utilisées selon le type de soudage à réaliser. Soyez très prudent lorsque vous utilisez n’importe quel type de fer à souder car certains peuvent chauffer jusqu’à plus de 400°C, ce qui est extrêmement chaud.

 

Station de soudage

Une station de soudage est une version plus avancée du stylo à souder autonome de base que nous venons de voir. Si vous pensez faire beaucoup de soudure, c’est ce qu’il vous faut car ces appareils offrent plus de flexibilité et de contrôle des opérations.

L’avantage principal d’une station de soudage est la possibilité d’ajuster avec précision la température du fer à souder, ce qui est idéal pour une grande variété de projets.

Ces stations peuvent également créer un espace de travail plus sûr car certaines incluent des capteurs de température avancés, des réglages d’alerte et même une protection par mot de passe pour la sécurité.

Les pannes de fer à souder

A l’extrémité de la plupart des fers à souder, il y a une partie interchangeable connue sous le nom de panne de fer à souder. Il y a beaucoup de modèles de pannes qui présentent une grande variété de formes et de tailles. Chaque modèle de panne est utilisé dans une situation spécifique et il offre des avantages par rapport aux autres modèles. Les pannes les plus courantes que vous utiliserez dans les projets électroniques sont la panne conique et la panne biseautée.

Panne conique – Utilisée dans la soudure électronique de précision en raison de sa pointe fine. Grâce à son extrémité pointue, elle est capable de fournir de la chaleur à des zones plus petites sans affecter leur environnement.

Panne biseautée – Cette panne est bien adaptée à la soudure de fils ou d’autres composants de plus grande taille en raison de sa large pointe plate.

Image Sparkfun.com

Éponge en laiton ou éponge conventionnelle

L’utilisation d’une éponge vous aidera à garder la panne de fer à souder propre, en éliminant l’oxydation qui s’y forme. Les pointes oxydées deviennent noires et n’acceptent pas la soudure comme c’était le cas lorsqu’elles étaient neuves.

Vous pouvez utiliser une éponge normale humidifiée, mais cela a tendance à raccourcir la durée de vie de la pointe en raison de l’expansion et de la contraction à laquelle elle est soumise. De plus, une éponge humide fait baisser momentanément la température de la panne lorsqu’elle est essuyée.

Une meilleure solution est d’utiliser une éponge en laiton comme celle-ci. La panne n’est pas soumise à de fortes variations de température et s’abime moins vite.

Support de fer à souder

Un support de fer à souder est quelque chose de très simple, mais c’est très utile et pratique sur un établi. Ce support permet d’éviter que l’embout de fer chaud n’entre en contact avec des matériaux inflammables ou ne cause des blessures accidentelles à la main. Il est également possible qu’un fer à souder de forme stylo posé sur un établi roule et tombe sur vos jambes. Au mieux vous gagnez un pantalon abimé, au pire une belle brûlure, soit sur la jambe, soit à la main en essayant de rattraper le fer à souder… La plupart des supports de fer à souder sont équipés d’une éponge classique ou d’une éponge en laiton pour le nettoyage de la panne.

Soudure

La soudure est un alliage métallique qui est fondu pour créer une liaison permanente entre les pièces électriques. Il existe en deux versions, avec ou sans plomb, les diamètres de .032″ (0,8 mm) et .062″ (1,6 mm) étant les plus courants. À l’intérieur du fil de soudure se trouve un matériau connu sous le nom de flux qui aide à améliorer le contact électrique et la résistance mécanique. Le flux de soudure élimine l’oxydation présente sur le cuivre de la pastille et sur le fil. Il permet donc à l’étain de mieux accrocher sur ces matériaux. Il augmente le pouvoir d’absorption par capillarité : l’étain s’insinue dans les plus petites ouvertures, entre les brins des fils… et s’étale spontanément sur une grande surface.

Pour la soudure électronique, le type le plus couramment utilisé est la soudure à la colophane sans plomb. Ce type de soudure est généralement constitué d’un alliage étain/cuivre. Vous pouvez aussi utiliser de la soudure au plomb 60/40 (60% d’étain, 40% de plomb), mais cela devient moins populaire en raison des problèmes de santé engendrés par le plomb (saturnisme), ainsi que de la réglementation. Si vous utilisez de la soudure au plomb, assurez-vous d’avoir une bonne ventilation, de ne pas respirer les vapeurs et de vous laver correctement les mains après usage.

Lorsque vous achetez de la soudure, assurez-vous de NE PAS choisir une soudure à l’acide car cela endommagerait vos circuits et vos composants. La soudure à l’acide est vendue dans les magasins de bricolage et est principalement utilisée pour la plomberie et le travail des métaux.

Comme nous l’avons déjà mentionné, la soudure existe en plusieurs diamètres différents. La soudure de diamètre plus épais (1,6 mm) est pratique pour souder des surfaces importantes plus rapidement, mais elle peut rendre difficile la réalisation de petites soudures . Pour cette raison, c’est une bonne idée d’avoir les deux tailles sous la main pour réaliser vos différents projets.

Troisième main

La “troisième main” est un appareil équipé de 2 pinces crocodile ou plus et parfois d’une loupe et/ou d’un éclairage intégré. Ces pinces vous aideront à tenir les éléments que vous voulez souder avec votre fer à souder et de la soudure. C’est un outil très utile pour tous les “makers”.

Souder en toute sécurité

Maintenant que vous savez quels outils et matériaux sont nécessaires, il est temps de parler des moyens de souder en sécurité.

Les fers à souder peuvent atteindre des températures de plus de 400°C. Il est donc très important de savoir où se trouve votre fer à souder à tout moment. Nous vous recommandons d’utiliser systématiquement un support de fer à souder pour éviter les brûlures ou autres dommages accidentels.

Assurez-vous que vous soudez dans un endroit bien ventilé. Lorsque la soudure est chauffée, les vapeurs dégagées sont nocives pour les yeux et les poumons. Il est recommandé d’utiliser un extracteur de fumées qui est un ventilateur avec un filtre à charbon actif qui absorbe les fumées nocives.

Portez également des lunettes de protection qui protègeront vos yeux en cas de projection accidentelle de soudure brûlante. Enfin, assurez-vous de vous laver correctement les mains lorsque vous avez fini de souder, surtout si vous utilisez de la soudure au plomb.

L’étamage de la panne

Avant de commencer à souder, vous devez préparer votre fer à souder en étamant la panne avec de la soudure. Ce processus aidera à améliorer le transfert de chaleur du fer à souder vers le composant que vous soudez. L’étamage aidera également à protéger la pointe et à réduire son usure.

Étape 1 : Commencez par vous assurer que la panne est bien fixée au fer à souder, et que l’embout est vissé fermement et bien fixé.

Étape 2 : Allumez votre fer à souder et laissez-le chauffer. Si vous avez une station de soudage avec un contrôle de température réglable, réglez-la à 400°C.

Étape 3 : Essuyez la panne du fer à souder sur une éponge humide pour la nettoyer. Attendez quelques secondes que la pointe chauffe à nouveau avant de passer à l’étape 4.

Étape 4 : Tenir le fer à souder dans une main et la soudure dans l’autre. Touchez la pointe du fer à souder avec la soudure et assurez-vous que la soudure s’écoule uniformément autour de la pointe.

Il faut absolument étamer la panne de votre fer à souder avant et après chaque soudure pour prolonger sa durée de vie. Malgré tout, toutes les pannes s’usent et doivent être remplacées lorsqu’elle deviennent rugueuses ou piquées. Elles ne permettent plus de réaliser des soudures correctes et l’argent que vous dépenserez en remplaçant votre panne de fer à souder sera largement compensé par le temps gagné par la suite (pannes, mauvais contacts, soudures sèches etc.)

Comment souder

Pour mieux expliquer comment souder, nous allons vous le montrer avec une application réelle. Dans cet exemple, nous allons souder une LED à un circuit imprimé. (les commentaires de la vidéo sont en anglais mais les images parlent d’elles-mêmes)

Étape 1 : Monter le composant – Commencez par insérer les fils de la LED dans les trous de la carte de circuit imprimé. Retournez la carte et pliez les fils vers l’extérieur suivant un angle de 45°. Cela permettra au composant d’établir une meilleure connexion avec la pastille de cuivre et surtout d’éviter qu’il ne tombe pendant la soudure.

Étape 2 : Chauffer la jonction – Mettez votre fer à souder en chauffe, et s’il est muni d’un réglage de température, réglez-le sur 400°C. Maintenant étamez légèrement l’extrémité de la panne (pour augmenter le contact thermique) et appuyez la sur la pastille en cuivre ET sur le fil simultanément. Vous devrez maintenir le fer à souder en place pendant 3 à 4 secondes afin de chauffer la pastille de circuit imprimé et le fil.

Étape 3 : Appliquer la soudure à la jonction – Continuez de maintenir le fer à souder sur la pastille en cuivre et le fil puis toucher la jonction avec la soudure. IMPORTANT – Ne mettez surtout pas la soudure directement sur la panne du fer à souder mais DE L’AUTRE COTÉ. La jonction doit être suffisamment chaude pour faire fondre la soudure lorsqu’elle la touche. Si la jonction pastille/fil est trop froide, la soudure établira une mauvaise connexion.

 

Étape 4 : Coupez les fils – Enlevez le fer à souder et laissez la soudure refroidir naturellement. Ne soufflez pas sur la soudure car cela provoquerait une mauvaise connexion. Une fois l’ensemble refroidi, vous pouvez couper le fil excédentaire.

Une bonne soudure doit être lisse, brillante et ressemble à un volcan ou à un cône. Il faut apporter juste assez de soudure pour couvrir toute la jonction, mais pas trop pour qu’il ne se forme pas une boule ou que la soudure déborde sur un fil ou sur une pastille de circuit imprimé proche.

Le conseil du pro
Entraînez vous à souder sur des chutes de circuits avec des résistances (ça ne coute pas cher). L’opération doit devenir une sorte de “réflexe” et plus vous pratiquerez plus vos soudures seront jolies 🙂

Comment souder des fils

Maintenant, nous allons vous expliquer comment souder des fils ensemble. Pour ce processus, il est recommandé d’utiliser une troisième main ou un autre type de dispositif de serrage/maintien.

Commencez par retirer l’isolant des extrémités des deux fils que vous voulez souder ensemble. Si le fil est multibrins, torsadez le avec vos doigts.

Assurez-vous que votre fer à souder est suffisamment chaud (faites fondre un peu de soudure dessus, de plus ça améliorera le contact thermique) et touchez la partie dénudée du fil avec la panne du fer à souder. Maintenez-la sur le fil pendant 3-4 secondes. Sur du fil très fin, ou si la gaine du fil est sensible à la chaleur et fond, réduisez le temps de contact.

Gardez le fer à souder en contact avec le fil et mettez la soudure en contact avec le fil (PAS AVEC LA PANNE). Ajoutez de la soudure jusqu’à ce la partie visible du fil soit entièrement étamée (couverte de soudure).
Faites la même opération sur l’autre fil.

Maintenez les deux fils étamés l’un contre l’autre l’autre, déposez un peu de soudure sur la panne du fer à souder (meilleur contact thermique) et touchez les deux fils avec la panne du fer à souder. Cela doit faire la soudure qui s’étale alors uniformément sur les deux fils. Éventuellement ajoutez un peu de soudure si les fils ne sont pas recouverts.

Retirez le fer à souder et attendez quelques secondes pour que la soudure refroidisse et durcisse. Ne soufflez surtout pas dessus ! Utiliser un morceau de gaine thermorétractable thermorétractable pour recouvrir la connexion.

Nettoyage des soudures

L’opération de soudure laisse autour de la soudure des traces du flux qui se trouve au cœur du fil de soudure. Il reste parfois également des “scories”, genre de cendres noires qui détériorent l’aspect du circuit imprimé.
Il existe des solutions de nettoyage comme ce nettoyant de flux de soudure. Son emploi nécessite d’importantes précautions et un respect strict des règles de sécurité :

Dangereux, respecter les précautions d’emploi. Aérosol extrêmement inflammable. Récipient sous pression: peut éclater sous l’effet de la chaleur. Provoque une sévère irritation des yeux. Peut provoquer somnolence ou vertiges. Nocif pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme.

  • P102 : Tenir hors de portée des enfants
  • P210 : Tenir à l’écart de la chaleur / des étincelles / des flammes nues / des surfaces chaudes. – Ne pas fumer
  • P211 : Ne pas vaporiser sur une flamme nue ou sur toute autre source d’ignition
  • P251 : Récipient sous pression : ne pas perforer, ni brûler, même après usage
  • P261 : Éviter de respirer les poussières / fumées / gaz / brouillards / vapeurs/aérosols
  • P271 : Utiliser seulement en plein air ou dans un endroit bien ventilé
  • P410 + P412 : Protéger du rayonnement solaire. Ne pas exposer à une température supérieure à 50°C/122°F
  • P501 : Éliminer le contenu/récipient conformément à la réglementation locale/régionale/nationale/internationale
  • H222 : Aérosol extrêmement inflammable
  • H229 : Récipient sous pression: peut éclater sous l’effet de la chaleur
  • H319 : Provoque une sévère irritation des yeux
  • H336 : Peut provoquer somnolence ou des vertiges
  • H412 : Nocif pour les organismes aquatiques, entraîne des effets néfastes à long terme

Ces produits sont utilisés dans l’industrie, normalement avec les précautions requises (?). Pour une utilisation personnelle, c’est vous qui voyez…

Pour aller plus loin

La soudure est utilisée dans de nombreux autres domaines que celui des makers. Lorsqu’il s’agit de matériel destiné à être soumis à de fortes contraintes ou ne devant pas tomber en panne (spatial, aéronautique, médical, automobile…) des contraintes sévères régissent la réalisation manuelle des soudures (il en reste qui ne sont pas réalisée par des machines 🙂 . Vous pouvez en découvrir un exemple avec ce référentiel du CNES.

Cliquez pour accéder au document .PDF

Vous pouvez également consulter cette “bible” de la NASA, en particulier à la page 72 😉

Cliquez pour accéder au document .PDF

Vous y découvrirez en particulier cette méthode utilisée pour relier 2 fils bout à bout.

Raccordement de deux fils – NASA

Ayant travaillé plusieurs années dans la maintenance informatique/électronique aéronautique embarquée, j’ai toujours été très sensible à ce genre de considération et à la qualité des soudures.

Cliquez pour accéder au document PDF

Pour aller plus loin dans les notions de sécurité lors des opérations de soudure, vous lirez avec intérêt cette fiche de l’INRS qui relève les différents risques susceptibles d’être rencontrés.
(merci à Geo pour ces informations)

Dessoudage

L’avantage de l’utilisation de la soudure, c’est qu’elle peut être facilement enlevée par une technique connue sous le nom de dessoudage. Ceci est pratique si vous avez besoin de retirer un composant pour le remplacer ou d’apporter une modification à votre circuit électronique.

Pour enlever une soudure joint, vous pouvez utiliser de la tresse à dessouder. C’est une tresse en cuivre ou en laiton qui va absorber la soudure par capillarité.

Étape 1 – Placez un morceau de tresse à dessouder sur le dessus de la soudure que vous voulez enlever.

Étape 2 – Vérifiez que votre fer à souder est chaud, appliquez la panne sur la tresse. Ça va chauffer la soudure en dessous, qui sera ensuite absorbée dans la tresse de dessoudage par capillarité.

Dessoudage d’une LED

Vous pouvez ensuite enlever la tresse pour vérifier que la soudure a bien été enlevée. Si besoin, renouvelez l’opération. Éliminez le morceau de tresse utilisé avec une pince coupante. Faites attention en touchant la tresse car elle devient très chaude et vous risquez de vous bruler. 

Facultatif – Si vous avez beaucoup de soudures à enlever, vous pouvez utiliser un dispositif appelé aspirateur de soudure. ou pompe à dessouder. Il s’agit d’un aspirateur mécanique portatif qui aspire la soudure à chaud lorsqu’on appuie sur un bouton. Cela crée une dépression dans le cylindre et la soudure est aspirée.

Pour l’utiliser, enfoncez le piston de la pompe à dessouder jusqu’à son verrouillage. Chauffez la soudure avec votre fer à souder jusqu’à ce qu’elle fonde. Placez la pointe (généralement en téflon) de la pompe à dessouder sur la soudure fondue. Appuyez sur le bouton de déverrouillage pour aspirer la soudure liquide. Pour vider l’aspirateur de soudure, appuyez sur le piston en vous écartant des cartes de circuit imprimé pour éviter les court-circuits. De temps en temps il faudra démonter la pompe et procéder à un nettoyage plus poussé.

Enfin, il existe également des “stations de dessoudage”  automatique. Ici l’action mécanique du piston est remplacée par une pompe à vide. Le niveau de vide est réglable (bouton VACUUM). On peut également régler la température du fer. Le fer est doté d’une panne creuse. Un bouton situé sur le manche du fer permet de déclencher la pompe à vide. Un filtre situé à la sortie de la panne retient les morceaux de soudure et facilite le nettoyage. Son prix est plus élevé que celui de la pompe mécanique.

Conclusion

J’espère que ce tutoriel sur la soudure fournira les informations nécessaires à ceux qui veulent se lancer dans des réalisations nécessitant des soudures, et pourquoi pas dans les associations ou les FabLab. N’hésitez pas à faire un retour de votre expérience avec ce guide. Les commentaires ci-dessous sont là pour ça 🙂

Ne vous arrêtez pas trop vite. Au début c’est normal que vos soudures soient ternes, irrégulières, que la gaine des fils fonde etc. Persistez… Plus vous réaliserez de soudures plus cela deviendra naturel et vous ne vous poserez plus de questions.

Ne lésinez pas sur le matériel. Vous ne ferez pas les mêmes soudures avec du matériel très bas de gamme. Même si certains vous diront que “ça va très bien”, la qualité du fer à souder, de sa panne et celle du fil de soudure que vous utilisez sont primordiaux. Après c’est bien entendu une question de moyens…

Un grand merci à MakerSpaces et à son CEO Andrew qui m’a autorisé à traduire cet article pour les lecteurs francophones de framboise314.

L’article original du tutoriel sur la soudure est sur le site de MakerSpaces, vous pouvez y accéder si vous avez des doutes sur ma traduction 😉

Sources

 

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. Auteur de plusieurs livres sur le Raspberry Pi publiés aux Editions ENI.

11 réflexions au sujet de « Comment bien souder, un tutoriel sur la soudure »

  1. Geo

    s’il est possible d’acheter du flux décapant “pur” (sans métaux de brasure), est-il possible de se fournir en “étain” (alliage) ne comportant aucun flux ?
    Je n’ai jamais réussi à en trouver, peut-être que cela porte un nom spécifique ?
    PS: pour la plomberie, j’en ai trouvé, mais pas pour l’électronique (brasure tendre).

    un article plutôt complet, je rajouterais simplement comme précision que :
    Le flux décapant agit par 3-4 principes pour permettre de réalise une meilleur soudure.
    – il élimine l’oxydation présente, et permet donc à l’étain d’accrocher
    – il augmente/maximise le pouvoir d’absorption capillaire (l’étain est aspiré dans les plus petites aspérités)
    – il permet également à l’étain de s’étaler sur une grande surface de manière spontané, un phénomène qui surpasse la gravité.
    NB: ces 3 points voient leur degré d’efficacité varier fortement tant que le matériau à étamer n’ait pas atteint la température de fusion de l’étain.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      Pour l’électronique, je n’ai jamais vu de soudure sans flux.
      Merci pour les précisions que vous apportez, je vais les intégrer dans l’article 🙂
      et les faire figurer dans la prochaine version de l’ebook
      cordialement
      François

      Répondre
      1. Geo

        alors si ça doit être publié, je me doit de me renseigner sur les terme exacte ^^’
        quelque minute plus tard :
        1) désoxydant, puis, le pouvoir de mouillage (c’est grosso-modo, le pouvoir d’étalement, à l’inverse de l’eau sur une feuille de lotus, l’inverse des gouttes de la rosé du matin sur les plantes)
        2) le pouvoir capillaire (contact de l’étain jusque dans les plus petit recoins, rentrant dans les petites cavités, comme une éponge)
        3) le pouvoir de diffusion ( c’est la tendance à l’homogénéisation de la répartition des différents composés de l’étain sur l’ensemble de la surface, une sorte d’équilibrage de niveaux en taux de concentration, c’est ce même phénomène qui permet l’échange de CO² et de O² entre les poumons et le sang)

        PS: je me questionnais sur l’existence d’étain sans flux, car la quasi totalité des risques sur la santé proviennent des émanations des flux.
        Voici un lien concis exclusivement sur le brasage tendre qui répertories tout ça assez bien, provenant de l’INRS (institu national de la recherche sur la santé et la sécurité au travail)
        http://www.inrs.fr/dms/inrs/CataloguePapier/ED/TI-ED-122/ed122.pdf

        Répondre
        1. François MOCQ Auteur de l’article

          Bonjour
          🙂 merci mais le complément d’info était déjà bien complet.
          Il ne s’agit pas de donner des détails physico-chimiques qui pourraient effrayer de jeunes lecteurs (ou des plus vieux 😀 ). C’est surtout de comprendre que la soudure DOIT s’étaler et remplir les moindre anfractuosités… Après si les personnes sont intéressées, elles feront des recherches plus approfondies.
          je vais aussi ajouter le document de l’INRS. Même si le gars est en train de souder sur ce qui ressemble à un poste de radio des années 60 😀 😀 c’est important d’être conscient des dangers de cette opération
          cordialement
          François

          Répondre
          1. Geo

            je comprend tout à fait… je suis sûrement plus curieux que la moyenne. ^^’

            et leur place en commentaire est donc tout à fait justifié ! 😀
            spécialement les 2 points suivant :
            – beaucoup confondent mouillage et pouvoir capillaire… l’étalement spontané c’est le mouillage, en majeur partie.
            – le pouvoir de diffusion n’a rient à voir avec l’étalement (mécanique), il est à l’image du mélange de sirop dans l’eau. Suivant les alliages et le type de signaux, ce critère peut être décisif.
            On va pas se mentir, les cas concernés se tiennent dans un mouchoir de poche (principalement télécom’ & énergies).

            Un point que j’ai oublié d’évoquer, que j’ai vécu dans mon BTS électronique : les résidus baveux des soudures (principalement résidu de flux) sont parfois conducteurs, et les circuits ne deviennent alors opérationnels qu’une fois nettoyés.

    2. Geo

      Je viens de tomber par hasard sur de l’étain sans flux, pour la première fois, en cherchant une pince spéciale sur le fameux site d’ifixit.
      Ils appels le flux “rosin core” (ou “rosin flux core”).

      l’étain AVEC flux, et AVEC plomb :
      Leaded Solder Wire 63/37 Tin, 4oz
      alliage >> Sn63/Pb37 (étain /plomb) + 2,2% de flux
      point de fusion >> 183°C (361°F)

      l’étain sans flux, ni plomb (lead) :
      Solder ROHS Lead Free Rosin Core (unleaded version)
      alliage >> Sn-96,5% / Ag-3% / Cu-0,5% (étain /argent /cuivre), sans flux (No clean rosin core solder)
      point de fusion >> ?? je le suppose plus haut du fait de l’absence de plomb… mais +10, 20 …200°C, aucune idée
      https://fr.ifixit.com/Boutique/Tools/Solder-ROHS-Lead-Free-Rosin-Core/IF317-067-1

      Puisque c’est le vocabulaire qui m’a fait défaut, je le partage.
      voici donc quelques éléments de vocabulaire pour chercher de votre coté :

      soudure qui contient du plomb >> leaded solder
      …qui ne contient pas de plomb >> unleaded solder / lead free solder / no lead solder / solder without lead / RoHS solder
      soudure sans flux >> No clean rosin core solder / rosin core free solder …

      ATTENTION
      1) L’étain sans flux est particulièrement inefficace pour étamer les métaux crasseux ou oxydés (les pistes, les pannes de fer, les fils…), voyer ce que donne une vielle tresse à dessouder avec un étain classique, alors imaginez sans flux. Il est donc judicieux d’utiliser les 2, le flux pour décaper une première fois si nécessaire, puis l’étain sans flux pour travailler plus sainement.
      2) l’étain RoHS (sans plomb) demande une température plus élevé, parfois, sensiblement plus élevé… certains composants ne supporte pas la moindre intervention à ces températures (exemple: les boutons poussoirs à 2 pattes, cheap). Préférez alors l’étain classique (basse température > autour de 180°C) pour ces quelques cas si vous les rencontrez (ou une simple torsion du câble pour faire contact).

      J’espère avoir fait quelques heureux : )

      Répondre
      1. Geo

        pour comparaison les 180°C nécessaire à la soudure classique, voici un étain sans plomb, avec du flux :
        alliage >> Sn-99,3% /Cu-0,7% (étain /cuivre) + ?? % de flux
        point de fusion >> 230°C (446°F)

        Répondre
      2. Bub

        Attention, “No clean rosin core solder” est à interpréter comme “[No clean] rosin core solder”. No clean veut dire qu’il n’y a pas besoin de nettoyer les résidus de flux, en théorie. Mais le flux est bien là !

        Répondre
  2. ledub

    Bonjour,

    Pour faire plus court que la dernière tentative de dépôt de commentaire.
    Je ne suis pas fan du pliage des pattes des composants pour la simple raison que cela peut rendre plus difficile de dés-soudage.
    Avant de dés-souder, je prends l’habitude d’ajouter un peu d’étain pour augmenter la taille de la bille à enlever facilitant l’extraction complète de cette dernière.
    Le piston de la pompe à dés-souder fait que la carte à réparer peut bouger au moment de son déclenchement alors attention au fer à souder.

    Remarques qui n’entachent pas la qualité de vos articles que je prends plaisir à lire.

    Cordialement,

    LeDub

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      merci 🙂
      ayant travaillé sur du matériel professionnel embarqué (chez Matra) et soumis à des vibrations, j’ai pour ma part appris à plier les pattes des composants avant soudure ce qui disait-on rendait la liaison plus fiable 🙂 et les composants ne sont pas sensés être dessoudés, sauf cas très rares…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.