Publié le 12 février 2014 - par

Transformez votre Raspberry Pi en client léger avec rdesktop

windows_rdesktop_250pxHabituellement, on prend la main à distance sur le Raspberry Pi pour l’administrer. Et si on faisait l’inverse ? Si on utilisait le Raspberry Pi pour se connecter à un poste de travail ?

C’est possible, en utilisant rdesktop. Je vous propose de voir un peu plus en détail comment ça fonctionne.

Utilisation du Raspberry Pi en client léger

Circonstances

Dans certaines circonstances, il est nécessaire de mettre à disposition des utilisateurs des machines pas trop chères pour se connecter sur des postes de travail (réels ou virtuels) ou des serveurs. c’est ici qu’intervient le client léger…

Client léger matériel

{{Information |Description={{en|1=A public terminal (the PCExpanion thin client solution) at the Markham Public Libraries.}} |Source=Own work by uploader |Author=Raysonho |Date=July 5, 2008 |Permission= |other_versions= }}

Photo Raysonho – Licence CC

Le client peut être léger… par le poids mais aussi par le prix, comme ce client léger web photographié dans une bibliothèque.

Le client léger se trouve à gauche du pied de l’écran… la petite boite avec 3 LED.

Pas besoin de mobiliser un PC, même ancien pour permettre aux usagers de la bibliothèque de naviguer sur Internet.

Client léger logiciel

En général un client léger logiciel est un navigateur web. C’est le serveur qui se charge de tous les traitements. Les applications tournent sur le serveur et un navigateur web (éventuellement équipé de plugins) se charge d’afficher le résultat à l’écran.

De nombreuses applications professionnelles utilisent ce principe, aussi bien en industrie avec SAP, sans doute le plus répandu des ERP (Enterprise Ressource Planning = Progiciel de Gestion Intégré), que dans la grande distribution ou les collectivités.

Avantages du client léger

Pour l’informaticien, l’intérêt est évident : il n’y a plus à mettre à jour les logiciels sur chaque poste, tout se fait sur le serveur. Mettez à jour l’application sur le serveur et tous les clients qui se connectent disposent d’une version à jour.

L’évolution du système se résume à changer le serveur, les clients légers peuvent continuer à jouer leur rôle.

Les clients légers comportent moins de composants qu’un PC, chauffent moins, donc tombent moins en panne. Il faut moins de personnel pour assurer la maintenance.

Par contre ce mode de fonctionnement nécessite plus de bande passante et c’est le réseau qui est critique : pas moyen de travailler autrement qu’en mode connecté… Pas de réseau… Pas de boulot !

Installer rdesktop

Comme d’habitude commencez par mettre votre système à jour :

sudo apt-get update
sudo apt-get upgrade

La dernière version disponible de rdesktop est la 1.8.1. En attendant que le paquet soit disponible pour Raspbian, nous allons installer la version disponible dans le dépôt Raspbian : la 1.7.1.

sudo apt-get install rdesktop

Après quelques instant Raspbian vous rend la main, rdesktop est installé.

Pour tester si rdesktop est bien installé, lancez le sans paramètre, vous obtiendrez l’aide (en anglais).

pi@raspberrypi ~ $ rdesktop
rdesktop: A Remote Desktop Protocol client.
Version 1.7.1. Copyright (C) 1999-2011 Matthew Chapman et al.
See http://www.rdesktop.org/ for more information.

Usage: rdesktop [options] server[:port]
-u: user name
-d: domain
-s: shell
-c: working directory
-p: password (- to prompt)
-n: client hostname
-k: keyboard layout on server (en-us, de, sv, etc.)
-g: desktop geometry (WxH)
-f: full-screen mode
-b: force bitmap updates
-L: local codepage
-A: enable SeamlessRDP mode
-B: use BackingStore of X-server (if available)
-e: disable encryption (French TS)
-E: disable encryption from client to server
-m: do not send motion events
-C: use private colour map
-D: hide window manager decorations
-K: keep window manager key bindings
-S: caption button size (single application mode)
-T: window title
-N: enable numlock syncronization
-X: embed into another window with a given id.
-a: connection colour depth
-z: enable rdp compression
-x: RDP5 experience (m[odem 28.8], b[roadband], l[an] or hex nr.)
-P: use persistent bitmap caching
-r: enable specified device redirection (this flag can be repeated)
'-r comport:COM1=/dev/ttyS0': enable serial redirection of /dev/ttyS0 to COM1
or      COM1=/dev/ttyS0,COM2=/dev/ttyS1
'-r disk:floppy=/mnt/floppy': enable redirection of /mnt/floppy to 'floppy' share
or   'floppy=/mnt/floppy,cdrom=/mnt/cdrom'
'-r clientname=<client name>': Set the client name displayed
for redirected disks
'-r lptport:LPT1=/dev/lp0': enable parallel redirection of /dev/lp0 to LPT1
or      LPT1=/dev/lp0,LPT2=/dev/lp1
'-r printer:mydeskjet': enable printer redirection
or      mydeskjet="HP LaserJet IIIP" to enter server driver as well
'-r sound:[local[:driver[:device]]|off|remote]': enable sound redirection
remote would leave sound on server
available drivers for 'local':
alsa:      ALSA output driver, default device: default
'-r clipboard:[off|PRIMARYCLIPBOARD|CLIPBOARD]': enable clipboard
redirection.
'PRIMARYCLIPBOARD' looks at both PRIMARY and CLIPBOARD
when sending data to server.
'CLIPBOARD' looks at only CLIPBOARD.
'-r scard[:"Scard Name"="Alias Name[;Vendor Name]"[,...]]
example: -r scard:"eToken PRO 00 00"="AKS ifdh 0"
"eToken PRO 00 00" -> Device in Linux/Unix enviroment
"AKS ifdh 0"       -> Device shown in Windows enviroment
example: -r scard:"eToken PRO 00 00"="AKS ifdh 0;AKS"
"eToken PRO 00 00" -> Device in Linux/Unix enviroment
"AKS ifdh 0"       -> Device shown in Windows enviroment
"AKS"              -> Device vendor name
-0: attach to console
-4: use RDP version 4
-5: use RDP version 5 (default)

Utiliser rdesktop avec Windows XP

Sur le poste XP

On suppose que vos postes sont dans le même réseau (pas seulement physique, hein !).

Ensuite, les postes de travail Windows sont limités à une seule session ouverte à la fois (c’est vrai aussi pour Seven). Fermez la session qui pourrait être ouverte. Si vous ne le faites pas, il y aura des messages d’avertissement pour vous prévenir que quelqu’un essaie de se connecter au poste. Faisons simple dans un premier temps. Quand vous aurez vu comment ça fonctionne vous pourrez vous amuser…

Autorisation de prise en main à distance

La première condition pour pouvoir prendre la main à distance sur un XP, c’est que… ce soit autorisé !

Dans le menu Démarrer  faites un clic droit sur Poste de travail et cliquez sur Propriétés :

rdesktop_copie_ecran_01Ouvrez l’onglet Utilisation à distance et cochez la case qui autorise des utilisateurs à se connecter à distance à l’ordinateur.

rdesktop_copie_ecran_02Par défaut l’utilisateur qui donne cette autorisation est lui-même autorisé à se connecter à distance, et lui seul. Si vous voulez ajouter d’autre utilisateurs :

  • Créez leur un compte sur la machine XP
  • Cliquez sur le bouton Choisir des utilisateurs distants… pour les ajouter.

La fenêtre Utilisateurs du Bureau à distance s’ouvre. Utilisez le bouton Ajouter pour aller valider les utilisateurs que vous souhaitez laisser accéder à distance dans la liste des utilisateurs du poste.

rdesktop_copie_ecran_03Sur le Raspberry Pi

Vous devez être dans une session graphique ! Ouvrez un LXterminal. Lancez le programme rdesktop. Passez lui comme paramètre l’adresse IP de la machine XP.

rdesktop 192.168.1.114

Une fenêtre s’ouvre, son titre rappelle l’adresse de la machine sur laquelle elle est connectée.

rdesktop_copie_ecran_04Remarque :La fenêtre réduite a été conservée ici pour la démonstration. Si vous souhaitez passer en mode plein écran, ajoutez simplement -f à la fin de la ligne de commande (voir aide de rdesktop).

L’utilisateur Linux (pi) est affiché par défaut dans la zone de texte Utilisateur. Saisissez le login et le mot de passe d’un utilisateur autorisé sur le poste XP.

rdesktop_copie_ecran_05Ensuite il reste à valider en cliquant sur le bouton OK. La fenêtre de connexion laisse place au bureau de la station XP. Remarquez le message qui s’affiche : Il se peut que votre ordinateur coure un risque… Les mauvaises langues (et les linuxiens) disent que si un Windows XP est installé sur un ordinateur, il court déjà un risque ! 😆

rdesktop_copie_ecran_06La liaison avec la machine XP se fait en utilisant le protocole rdp. La page Wikipedia de rdp donne plus d’informations sur ce protocole, en particulier :

  • Prise en charge des couleurs 24-bits, équivalent à 16,7 millions de couleurs. (couleurs 8, 15 et 16 bits également gérées.)
  • Chiffrement 128 bits, utilisant l’algorithme RC4. (C’est la sécurité par défaut; des versions plus anciennes peuvent utiliser un chiffrement moins fort.)
  • Prise en charge du son : les utilisateurs peuvent écouter sur l’ordinateur local le son produit par un programme exécuté sur l’ordinateur distant.
  • Projection des fichiers de l’ordinateur local sur l’ordinateur distant par le biais de la session RDP.
  • Projection d’une imprimante locale sur l’ordinateur distant, pour imprimer sur l’imprimante locale des documents ouverts sur l’ordinateur distant.
  • Projection des ports série et parallèle de l’ordinateur local sur l’ordinateur distant.

Vous pouvez maintenant utiliser votre poste XP comme si vous étiez sur sa console.

Pour quitter rdesktop, cliquez sur le bouton Démarrer puis sur Fermer la session.

rdesktop_copie_ecran_07Remarque :N’oubliez surtout pas d’enlever l’autorisation de connexion à distance sur la machine XP, sinon vous laisse grande ouverte la porte qui mène à vos données…

Utiliser rdesktop avec Windows 7

Sur le poste Windows 7

Comme sur le poste XP, il va falloir autoriser la prise de main à distance sur la machine. Cliquez sur le bouton Démarrer (le cercle avec une fenêtre colorée) puis clic droit sur Ordinateur et clic sur Propriétés. Cliquez sur Paramètres d’utilisation à distance :

rdesktop_copie_ecran_11La fenêtre Propriétés système s’ouvre. Cliquez sur l’onglet Utilisation à distance et validez le bouton radio Autoriser la connexion des ordinateurs exécutant n’importe quelle version du Bureau à distance.

rdesktop_copie_ecran_12Si vous devez ajouter des utilisateurs à la liste des personnes autorisées à accéder à la machine à distance, cliquez sur le bouton Sélectionnez des utilisateurs…

rdesktop_copie_ecran_13Avec le bouton Ajouter… allez chercher les utilisateurs à ajouter dans la liste des utilisateurs du poste. Quand c’est fait cliquez sur le bouton OK pour valider vos choix.

Sur le Raspberry Pi

Dans un terminal, saisissez rdesktop suivi de l’adresse IP de la machine Seven sur laquelle vous souhaitez prendre la main.

rdesktop 192.168.1.115

La fenêtre graphique de rdesktop s’ouvre. Choisissez l’utilisateur qui doit se connecter à la machine Seven. (Ici Autre utilisateur, puisque pi est l’utilisateur local sur le Raspberry et n’a pas – dans mon cas – de droits sur la machine Seven).

rdesktop_copie_ecran_08

La fenêtre de connexion s’ouvre, renseignez le login et le mot de passe d’un utilisateur autorisé à se connecter sur la machine Seven, puis cliquez sur la flèche située à côté du mot de passe pour valider.

rdesktop_copie_ecran_09Vous voici sur le bureau de la machine Seven, prêt à utiliser le poste à distance.

rdesktop_copie_ecran_10Pour sortir de la session, la méthode est la même que pour XP.

Remarque :N’oubliez surtout pas d’enlever l’autorisation de connexion à distance sur la machine Seven, sinon vous laisse grande ouverte la porte qui mène à vos données…

Conclusion

Ici, contrairement à la prise de main à distance, une session unique est autorisée sur le poste et vous vous connectez en tant qu’utilisateur du poste. Il n’est pas question de travailler à deux sur le même écran par exemple.

Je vous laisse découvrir les (nombreux) paramètres de la commande rdesktop, vous avez déjà un bon point de départ avec cet article.

La limitation de sessions n’est pas la même sur les serveurs. Rien n’empêche alors d’avoir plusieurs terminaux légers (framboise314) connectés sur le même serveur. De même pour la seule administration de plusieurs serveurs, pas besoin de mobiliser un PC même un peu âgé pour servir de poste d’administration… Pourquoi pas un Raspberry Pi?

Vous verrez que le temps de réaction est tout à fait honnête si on se cantonne dans les tâches administration classiques. Par contre si vous mettez en place des tunnels pour la vidéo et souhaitez regarder des vidéos Youtube ou Dailymotion à distance sur le Raspberry Pi, ce n’est certainement pas la bonne solution.

Comme d’habitude, vos remarques et retours d’expérience seront les bienvenus. Utilisez pour cela les commentaires ci-dessous.

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

61 réflexions au sujet de « Transformez votre Raspberry Pi en client léger avec rdesktop »

  1. Ping : Projet client léger | Pearltrees

  2. Patrice

    Très bon article

    Si vous voulez monter un répertoire de votre raspberry sur le windows, avoir le clavier en fr et une définition de 1270×960 et le tout en tapant la ligne de commande rdesktop monhost, il faut créer un alias dans son fichier ~/.bashrc

    alias rdesktop=’rdesktop -k fr -g 1270×960 -r disk:floppy=/home/pat/Téléchargements/’

    * Attention rdesktop est bugé pour des Windows 2008R2 et Windows 2012 / 2012R2, il faut utiliser freerdp-x11 sinon disparition du pointeur de souris.

    Bravo,
    Patrice

    Répondre
  3. Ping : Transformez votre Raspberry Pi en client l&eacu...

    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Babyss
      peut-être la libération des caractéristiques du GPU va-t-elle débloquer la situation.
      Pour l’instant les performances ne sont pas au rendez-vous
      Cordialement
      François

      Répondre
  4. ben

    Bonjour,
    J’ai testé cette solution il y a un an environ dans un environnement professionnel, le but étant de trouver une solution de client léger à faible coût.
    Malheureusement, le RaspPI n’étant pas équipé qu’un bouton d’arrêt (et/ou de reset), ce n’est pas exploitable. Il existe quelques bricolages mais on ne peut pas vraiment « bricoler » des PC en entreprise et le seul projet de qualité (un bouton reset sur utilise le GPIO), dont vous parlez d’ailleurs dans un article, nécessite de souder le connecteur et il n’existe toujours aucun boitier à ma connaissance qui intègre un bouton.
    Reste la solution watchdog pour surveiller le bon fonctionnement du système et faire un reset en cas de problème, mais ça reste une solution logiciel (je me vois mal dire à nos salariés de débrancher l’ordi si tout est bloqué).

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Cyril
      Effectivement cet A/M du RaspPi est un point faible. J’ai cependant vu un banc test industriel réalisé avec un poussoir relié au GPIO et dans la procédure était mentionné l’appui sur un poussoir pour arrêter le système; puis après extinction d’une LED basculer un inter. Les opérateurs suivnet la procédure à la lettre et le banc test fonctionne depuis près d’un an sans souci….
      Il y a eu quelques cartes alim qui utilisaient également cette méthode.
      Cordialement
      François

      Répondre
      1. Plouis

        Vue la consommation du Raspberry est il vraiment nécessaire de l’éteindre.

        L’onduleur sur lequel était branché le PC avant consommé beaucoup plus.

        L’idéal serait des écran avec un Hub USB intégré. sinon une réglette électrique avec un interrupteur est une bonne solution.

        Répondre
  5. henry-couannier

    Cette utilisation en client léger est prometteuse mais pour la domotique et les smarts buildings , ce qui compte c’est la polyvalence au niveau des interfaces, c’est à dire pouvoir connecter tous les devices usb que l’on veut comme avec un PC (y compris webcam, manettes de jeu , imprimantes scanneurs mais aussi capteurs divers et variés de la domotique) … et là j’imagine que ca doit être assez limité et que ca va etre difficile encore longtemps de se passer d’un OS réduit windows (pour avoir tous les pilotes à jour …) même si on connecte un hub usb au RPI pour avoir plus de possibilités de branchements , non (?)

    il y a une chose que je ne comprends pas bien: pourquoi , lorsque RPI est utilisé en thin client, les peripheriques USB qu’on y connecte ne pourraient ils pas etre reconnus à travers le reseau par le serveur ?

    n’est il pas possible de connecter le RPI à une carte graphique pour pouvoir acceder à toutes les applis videos gourmandes et donc de profiter entierement de toutes les possibilités du serveur distant depuis le RPI en client léger.

    Qu’est ce qui empêche le GPU actuel d’etre à la hauteur , doit il enormement evoluer (et avec lui le prix) pour devenir performant ?

    merci d’avance de os reponses, je decouvre seulement l’existence du RPI d’ou peut etre des questions un peu naives.

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour
      Vous avez raison, les périphériques gérés par le RasPi sont ceux qui figurent dans la compatibility list (http://elinux.org/RPi_VerifiedPeripherals). Pour les autres, sortez vos mouchoirs et/ou mettez les mains dans le cambouis… Et certains périphériques résistent beaucoup ! La faute aux constructeurs qui ne veulent pas diffuser les caractéristiques de leurs appareils au monde libre (?). Pourtant un appareil utilisable sous GNU/Linux sera acheté par les utilisateurs de ce système… Mais ça ne doit pas rapporter assez.
      Par contre un hub USB connecté au Raspbery Pi permet tout à fait de connecter un plus grand nombre de périphériques, dont des disques durs, scannettes code barre, pédalier de dactylos…..
      Lors de l’utilisation en client léger rdesktop ne remonte pas le flux USB. Par contre FreeRDP accepte le flux USB en natif…
      Vous pourrez lire dans le prochain numéro de la revue Programmez! (numéro double d’été) un article dans lequel je présente un hôpital qui utilise le Raspberry Pi en client léger, y compris pour la lecture des scanners et IRM… L’article est en cours je ne peux pas en dire plus. Effectivement le GPU est à la hauteur (il passe le full HD!). Simplement les caractéristiques ont été « libérées » récemment et le retour sur les applis n’est pas encore là. Jusqu’ici il fallait utiliser le binaire fourni par Broadcom, ce qui limitait les possibilités.
      Passez par le moteur de recherche du blog pour retrouver ces infos ou continuez ce fil de discussion si vous ne trouvez pas les réponses.
      Merci de l’intérêt que vous portez à la framboise314.
      A bientôt
      François

      Répondre
      1. henry-couannier

        Bonjour,

        Merci de votre réponse. Je suis enseignant à l’université d’aix marseille. Notre master qui forme des admins réseaux est en train de s’orienter vers les smarts cities. Peut être qu’il serait possible avec quelques etudiants stagiaires de rendre intelligent un batiment de cité-U. L’idée serait d’avoir quelques gros serveurs dans une salle, accessibles depuis des clients légers polyvalents dans les chambres eux mêmes connectés à toutes sortes de capteurs. Peut etre que ca vaudrait le coup de tester une solution RPI la dessus mais je n’ai pas envie d’impliquer des etudiants stagiaires sur un projet impossible…il faut donc que j’ai une perception objective des limites et perspectives de solutions à court terme de la techno. Merci donc encore pour votre réponse. Je ne veux pas vous mettre la pression sachant que vous avez un article qui va etre publié la dessus mais si freeRDP permet de remonter le flux USB est ce que cela veut dire vraiment que cela permet d’utiliser n’importe quel device USB connecté à un RPI lui même en freeRDB sur un serveur windows ?
        Bien cordialement,

        F H-C

        Répondre
        1. admin Auteur de l’article

          Bonjour Frédéric
          Tous les périphériques ne sont pas supportés (Currently, RDP clients permit to redirect certain USB devices like printers and USB flash drives, but the list of supported devices is limited… d’après http://wiki.eltima.com/user-guides/usb-to-ethernet/rdp.html). Tout dépend donc des périphériques que vous souhaitez rattacher au Raspberry Pi… mais les périphériques reconnus par le RasPi devraient fonctionner avec le serveur
          Cordialement
          François

          Répondre
          1. henry-couannier

            Merci de votre réponse.
            Si je lis bien il semble que eltima ait la solution car dans la phrase d’apres celle que vous citez ils disent bien qu’avec leur soft ce sont les ports usb que l’on peut partager et par suite n’importe quel device sur ces ports … interessant même si il faut leur acheter une licence sur le serveur et comme leur soft peut fonctionner apparemment aussi avec un client UNix ca devrait convenir pour RPI non ? quelqu’un a t’il testé?

  6. Plouis

    J’utilise cette solution actuellement en entreprise.
    J’ai installé une dizaine de pi comme client léger.
    Ils sont connecter à un TSE sous 2008 server R2.
    Les pi on tendance à ce figer sous internet explorer dans des pages avec du flash et sous word.
    J’ai oveclocker en mode high et attribuer les 3/4 de la dam au GPU mais rien y change.
    Auriez vous rencontré le même problème et qu’elle solution est envisageable.

    Merci
    Plouis

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour Plouis
      Pour la préparation d’un article qui va paraître ces jours-ci dans le prochain numéro de la revue Programmez! j’ai rencontré plusieurs entreprises qui utilisent le RasPi comme client léger. Aucune ne m’a signalé ce genre de souci. En particulier un centre hospitalier utilise près de 100 RasPi, y compris pour visualiser les IRM, scanners… sans problème.
      C’est peut être lié au client utilisé ? à son paramétrage ? le responsable m’a dit « C’est actuellement rdesktop qui équipe les Raspberry Pi. Une migration vers FreeRDP est prévue. Les affichages sont plus fluides, mais surtout FreeRDP accepte en natif le flux USB… ». Les seuls ralentissements signalés l’ont été lors de visualisation de vidéos sur Youtube par exemple. Par contre je ne sais pas s’ils ont du flash.
      Bonne journée
      Cordialement
      François

      Répondre
          1. Plouis

            Je constate mes premiers dysfonctionnement.

            Le premier vient du clavier.

            le « / » devient un « ! » malgré l’argument : -k 0x0000040C passé sur la commande.

            le second

            dans word toujours lui je n’ai plus le curseur de frappe.

  7. henry-couannier

    Bonjour,

    Je voudrais partir sur une solution plutot freerdp pour plus de possibilités au niveau de la redirection des flux usb, compte tenu de ce que vous avez dit. Par ailleurs tout est en linux dans mon cas; je veux tester Rpi (debian) en client léger sur un PC sous mageia. Pour la procédure d’install j’ai trouvé ca en anglais, datant de 23 juillet dernier et assez technique:

    http://blog.pi3g.com/2013/07/high-performance-rdp-on-the-raspberry-pi/

    me conseillez vous de m’embarquer la dedans ou y a t’il qq chose de plus récent , de plus simple et en français qq part, sait on jamais … (?)

    merci d’avance de votre conseil avisé,

    F H-C

    Répondre
    1. henry-couannier

      Oups je n’avais pas compris que freerdp comme rdp était concu pour faire du remote desktop avec un serveur windows.
      Moi étant donné que ce que je voudrais c’est du vrai remote desktop entre 2 machines Linux l’une d’elle etant le Rpi, et pas du simple ssh pénible en ligne de cmd, la soluition est peut etre du tight VNC qui doit même permettre de faire du rdp dans les deux sens si ja’ai bien compris: http://www.howtogeek.com/141157/how-to-configure-your-raspberry-pi-for-remote-shell-desktop-and-file-transfer/all/
      Vous confirmez? existe il encore meilleure solution ?

      Répondre
      1. henry-couannier

        Non ce n’est toujours pas ce que je cherche car ce n’est pas du vrai client léger sous serveur linux,
        le mot clef que je cherchais etait plutot LTSP

        Répondre
  8. henry-couannier

    Finalement j’ai reussi à tester le RPi en client léger avec un serveur Mageia avec x2Go:
    Je confirme les conclusions de:
    http://www.raspberrypi.org/forums/viewtopic.php?f=36&t=13130

    Une experience sur le web beaucoup plus rapide avec le RPI en client léger qu’avec le RPI en local mais, je n’ai pas reussi à avoir le son et le demarrage des videos sur youtube est vraiment long (30 secondes).

    Etonnant: les fenêtres du navigateur chromium ne sont pas redirigées mais envoyées sur l’écran du PC serveur alors que celles de firefox sont correctement redirigées vers l’ecran du RPI (!!??)

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour
      merci pour tous ces retours
      je suis pris ce WE avec mes petits enfants
      je ferai un test sur mageia la sem. prochaine
      cordialement
      François

      Répondre
  9. henry-couannier

    J’ai réglé les problèmes de son sur le RPI mais je dois maintenant parvenir à faire rediriger le son correctement entre Mageia et le RPI avec x2go

    Répondre
    1. henry-couannier

      Je n’ai pas réussi à avoir le son redirigé sur le RPi de façon stable. En appliquant toutes sortes de recettes et combinaisons de recettes trouvées sur le web j’ai réussi à avoir du son redirigé vers le RPi par intermittence et avec des saccades (mais là je n’en ai plus du tout et je ne sais même pas pourquoi, je n’arrive même plus à retrouver la config qui a fonctionné). C’est le mode Daemon lancé en session per-user (et non system) de pulseaudio qui a fonctionné …
      Il me semble que le mode client léger c’est l’idéal pour le Rpi justement car n’ayant pas de grosse puissance de calcul il ne devrait être qu’un afficheur et serveur de son, lui permettant entre autres d’exploiter des navigateurs puissants du serveur sur lequel il se connecte et les bandes passantes énormes des LANs, mais s’il s’agit de RDP vers du windows comme le propose cet article, on ne s’y retrouve pas au niveau prix car les licences windows qui permettent le RDP sont des versions serveurs tres cheres , ce qui fait que le RPi au final ne fait qu’enrichir Bill Gates. Par contre, du client léger entre un PC linux (offrant une interface utilisateur tres agréable comme Mageia) et Rpi valoriserait parfaitement le RPi. J’imagine idéalement un unique tres puissant ordi dans un smart building hébergeant de multiples machines virtuelles linux (une par utilisateur dans le batiment) chaque machine virtuelle pouvant être accédée à distance par un RPi : avec un RPi par pièce d’appartement et par utilisateur inutile de pouvoir faire du multisessions sur chaque machine virtuelle, donc du Tight VNC devrait faire l’affaire (un utilisateur par machine virtuelle). Mais tout cela n’est envisageable que si le RPi peut vraiment fonctionner comme client léger rapide avec le son et l’image sur un serveur distant Linux, or à ma tres grande surprise je ne vois rien de fonctionnel proposé avec le R-Pi au niveau software correspondant à ce cas de figure et qui n’exige pas de savantes configurations tres chronophages et pour un résultat plus qu’aléatoire pour l’utilisateur non expert en Linux. AU lieu de cela il y a Openelec et Raspbmc qui voudraient remplacer le navigateur web pour tout ce qui est musique et video ce qui restreint enormément les possibilités par rapport à un navigateur web rapide ou toutes les fonctionnalités d’un puissant ordi distant dont on pourrait profiter en client léger. Il y a bien un site dédié au projet RPi client léger (http://rpitc.blogspot.fr/), mais il n’est pas d’abord tres facile, les messages restent sans réponses dans le forum et j’ai plutot l’impression qu’il se concentre sur toutes les solutions de Remote desktop vers windows (?!) .. et je ne sais pas si le son passera aussi bien que l’image avec les images proposées au téléchargement … et j’ai peur de perdre beaucoup de temps à tester toutes les possibilités une par une… le feedback des connaisseurs du Rpi serait le bienvenu sur toute cette problématique.

      Répondre
      1. henry-couannier

        Finalement j’ai pas tout compris mais j’ai reussi à faire transmettre le son correctement entre Mageia et RPi : Mageia sautait automatiquement sur son sink par défaut qui sont ses hauts parleurs locaux au lieu de ceux du RPi, … pavucontrol et paprefs installés à la fois coté client (RPi) et serveur (Mageia) permettent de mieux comprendre ce qu’il se passe. Au debut Mageia ne voyait pas vraiment la carte son du RPi mais un « dummy output on pi » (?) mais apres plusieurs stop et restart du démon pulseaudio coté RPi (serveur de son), Mageia(client) a fini par le voir « bcm2835 ALSA on pi@…)… je ne sais pas pourquoi elle n’etait pas vue des le début.

        Répondre
  10. henry-couannier

    j’ai oublié de préciser que pour l’image (y compris video sur youtube) x2go marche tres bien entre Rpi et serveur sous Mageia/KDE. Il n’y a (que ?) le problème du son qui reste à résoudre..

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour
      Un grand merci pour toutes ces précisions. Je n’ai pas avancé beaucoup cette semaine sur les essais Mageia/RPi car Orange a mis plusieurs jours a rétablir ma ligne téléphonique coupée physiquement (c’était la totale : plus de téléphone / plus d’Internet). c’est revenu hier dans la journée…
      Si des lecteurs du blog ont expérimenté ce genre de connexion, j’espère qu’ils pourront vous venir en aide
      Très cordialement
      François

      Répondre
  11. Sebastien

    Bonjour,

    Merci pour cet article et les nombreux témoignages.
    Nous déployons actuellement des clients légers reposant sur la solution Ulteo OVD (libre) qui permet de « mélanger » des applications GNU/Linux et Windows.

    Nous pensons tester cela sur du Rpi… le seul besoin est un navigateur supportant le HTML5.

    Répondre
  12. henry-couannier

    Avec x2Go , xfce (au lieu de KDE coté Mageia) le son est parfait , le plein écran fonctionne (ca bugge avec KDE), la navigation assez rapide mais même en overcloquant à 900 MHz, le nombre d »images par seconde des videos youtube est faible et donc c’est assez saccadé, ceci quel que soit le taux de compression et qualité d’image choisis. c’est beaucoup plus rapide par contre si on renonce à transmettre le son. Pourtant le % d’utilisation de memoire et CPU par x2go_client et pulseaudio ne montent pas à plus de 15%! Je me demande s’il est possible de faire un reglage du type Adjust display refresh rate (proposé par xbmc) sans être sous xbmc…cela pourrait peut etre améliorer les choses comme cela le fait sous raspbmc ou les videos sont relativement fluides…

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour
      oui tous les essais de ce type avec des videos youtube montrent des difficultés avec ces vidéos.
      Si vous souhaitez publier le résultat de vos essais sur framboise314, c’est avec plaisir que je vous ouvrirai un compte d’auteur…
      Cordialement
      François

      Répondre
      1. henry-couannier

        Merci de la proposition, pourquoi pas … je vais d’abord l’utiliser pendant une semaine pour tester la stabilité. Là je suis sur du CPL et sur la chaine HiFi du salon le RPI apporte toute la musique que je choisis comme d’habitude sur Deezer ou en surfant sur youtube. Le surf est fluide et la musique est nickel. En fait en scrollant avec la souris on peut augmenter ou diminuer la taille des fenêtres youtube et on voit alors en temps réel la video passer de quelques images par secondes pour une grande fenêtre à une video quasi fluide pour une petite fenêtre. La résolution la plus faible que propose youtube (240p, dommage qu’il n’y ait pas moins) est de toutes façons adaptée pour le petit écran que j’ai choisi. Par contre j’ai renoncé à utiliser un ecran VGA que j’avais car l’ adaptateur convertisseur (numérique/ analogique) HDMI/VGA que j’ai acheté sur amazon n’a pas fonctionné entre le RPi et cet écran. Il y a bien des demos sur youtube qui pretendent que c’est possible mais je n’ai pas du essayer le bon produit.
        Je vais rajouter caméra RPi pour video surveillance avec zoneminder et multicapteurs de domotique sur ce RPi client léger en essayant de faire reconnaitre tous les devices à distance par le serveur et je publierai quand tout sera intégré, stable et fonctionnel. 😉

        Répondre
  13. toutoune

    Bonjour et merci pour cet article très bien rédigé,

    J’ai installé quelques Pi comme clients RDP vers W2008. Ca fonctionne très bien, sauf le pavé numérique qui fail un peu: les raccourcis clavier alt+1(ou 2,3,4,etc.) ne fonctionnent pas. Ce qui est bizarre, c’est ce Si je désactive le pavé numérique, le raccourci clavier alt+1(ou autre) offre le résultat attendu.. J’utilise bien l’option -k fr pour exécuter rdesktop.

    J’ai vu qu’il était possible de modifier le clavier rdesktop en éditant le fichier /usr/share/rdesktop/keymaps/fr mais je n’ose pas le modifier par manque de compétences.. Quelqu’un aurait une solution ?
    Bien Cordialement,
    Tony

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Tony
      Il n’y a pas beaucoup de risques
      Sauvegardez le fichier avant de faire quoi que ce soit
      il vous suffira de le remettre en place si vous avez des soucis
      Allez-y ! c’est en essayant et en faisant des bétises qu’on apprend
      cordialement
      François

      Répondre
  14. Nicolas13012

    Bonjour,

    J’aurais besoin de vos lumières svp. Je cherche a faire des tests sur un RaspBerry Pi. J’ai installé Raspbian, j’ai fais les manips :
    sudo apt-get update
    sudo apt-get upgrade
    sudo apt-get install rdesktop

    Choses qu’il m’a bien fait, cependant quand je tape la commande : « rdesktop 192.168.1.254 » Il me ne connecte pas et me trouve une erreur ( je ne me rappel plus tout à fait du message). D’après tout ce que j’ai pu lire il n’en faut pas plus pour arriver sur mon BAD Windows SRV 2012 ( j’ai aussi essayé de joindre d’autres pc en Win8 et Win 7 et même choses. Je précise que les PC entres eux peuvent atterir sur les BDA )

    Pouvez-vous me dire ce que je fais mal si vous avez déjà été confronté dans ce genre de cas ? Ma ligne est-elle incomplete ? Faut-il prévoir des choses a installés sur mon serveur qui va héberger la session RDP, etc… D’avance merci.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      je n’ai pas eu le temps de tester aujourd hui
      je teste dès que possible
      – 192.168.1.254 c’est l’adresse du serveur 2012 ?
      – il y a quoi comme réponse après la ligne de commande ?
      cordialement
      François

      Répondre
      1. Nicolas13012

        Pour être honnête avec vous je ne me souviens plus de la réponse après la ligne de commande et comme j’ai essayé plein de choses j’ai désinstallé Raspbian entre temps pour mettre d’autres choses. Du coup je suis entrain de remettre le système en place et dès que j’ai le message je vous en fais part. Et oui 192.168.1.254 est bien l’IP du SRV 2012.
        Merci pour votre aide.

        Répondre
        1. Nicolas13012

          J’ai trouvé, il faut obligatoirement que l’interface graphique soit installés sinon il n’arrive a ouvrir un BaD. A part ça c’est nikel. Il me reste plus qu’a mettre en place une commande qui execute direct mon BaD de manière transparente pour l’utilisateur sans qu’il se rende compte qu’il est sur du linux.
          Encore Merci !

          Répondre
  15. Nicolas13012

    Bonsoir François,
    Savez vous s’il est possible d’automatiser le « startx » dans raspbian ?

    je m’explique avec rdesktop tout fonctionne cependant lorsque je ferme ma session bureau a distance Windows je retombe sur le bureau raspbian et je ne veux pas.

    en gros un script qui dirait : si rdesktop est fermé, lancé startx (ou a nouveau rdesktop)

    Répondre
  16. François MOCQ Auteur de l’article

    Bonjour Nicolas
    Expliquez moi un peu plus :  » lorsque je ferme ma session bureau a distance Windows je retombe sur le bureau raspbian » donc startx a été exécuté et tourne puisque vous êtes sur le bureau Raspbian (sinon vous seriez en mode texte seul).
    En fait vous voulez que rdesktop ne se ferme jamais ?
    Cordialement
    François

    Répondre
  17. TEMBELY

    Bonjour, je suis le responsable commercial de notre société Leader TIC seize au Mali, précisément à Bamako.
    Mes questions:
    – Il y a t’il un serveur spécifique pour monter cette solution ?
    – En général nous utilisions les serveurs HP pour tous nos enveloppements, vous nous conseilleriez quelle genre de serveur de cette famille? Par exemple 30 Windows avec RaSPi comme client léger.
    Cordialement.

    Répondre
  18. marcth25

    Bonjour,
    J ‘ai installé plusieurs RPI dans ma PME, je n’utilise pas de windowmanager car trop compliqué (lxde,xfce, …), j’ai donc crée un petit script sous dialog qui demande qu’elle machine il faut lancer (car MV), ensuite, le RPI va interroger les serveurs de MV (en ssh sans mot de passe / sous vbox) et va lancer la MV qui correspond à l’util ((le RPI ne sait pas au départ ou se trouve la MV, ce qui est génial comme çà on peut mettre la MV ou on veut sans rien dire), ensuite le RPI contrôle le démarrage (vbox en headless) et récupère le port RDP « à chaud » et peut afficher la MV correspondante, à la fin lorsque l’util quitte XP, le menu revient sous dialog et propose l’arrêt du RPI (le matin les personnes mettent sous tension le PI avec une prise avec interrupteur, çà ne pose pas de soucis du tout).
    Pour le RPI, boot,connection auto avec inittab sous mingetty, dialog, puis startx et rdesktop directement, c’est nickel.
    J’ai juste le soucis du son.
    Sinon pour moi, le RPI s’oublie totalement !, c’est super et çà marche depuis plus d’un an. Les serveurs de MV sont des PC normaux avec des quad-cores et carte SAS additionnelle + disques SAS en raid0.

    Répondre
  19. marcth25

    -suite- (marcth25)
    au cas oû (si çà intéresse des gens):
    Je fais ce genre de chose en bash (petite partie des scripts):

    « partie dialog » (permet de faire des menu à la Debian, ils devrait d’ailleurs l’utiliser pour la config du RPI, ce serait mieux 😉 … çà peut marcher en bash et/ou sous X !
    DIALOG=${DIALOG=dialog}
    if [ $choixmenu = « menu » ]; then
    choixmenu= »arret-tempo »;
    $DIALOG –colors \
    –timeout 300 \
    –title « Menu principal » –clear \
    –yes-label « Lancer » \
    –no-label « Autre choix » \
    –yesno « Bonjour,\n\nCette station est prévue pour démarrer la machine virtuelle:\n\Z4\Zb\Zr »$mv »\Zn » 9 70
    case $? in
    0) choixmenu= »lancemv1″;;
    1) choixmenu= »menu1″;;
    255) choixmenu= »arret-tempo »;;
    esac
    fi

    après,dialog, lance un script, avec (en gros):
    portaffmv=`ssh eb@192.168.1.$ipsmv ‘vboxmanage showvminfo | grep TCP/Ports`;
    portaffmvc=${portaffmv:29:4};
    et
    tsmv1=`ssh eb@192.168.1.$ipsmv ‘vboxmanage list runningvms’`;
    trsmv1=`echo $tsmv1 | grep -o $param1`;
    pour le lancement:
    startx rdesktop -k fr -f -N -5 -P 192.168.1.$ipsmv $portaffmvc;

    sinon, rien ne m’empêche de faire un ctrl-c sur mon script et de lancer startx à la main, seul, qui lancera lxde (j’ai viré lxdm par rcconf pour avoir un accès direct).
    marcth25

    Répondre
  20. Ping : Transformez un Raspberry Pi en client léger - PC Virtuel

  21. BRESIL

    Bonsoir,
    Je fait des tests avec le raspbery pi 2 et le client rdesktop, je ne vois pas comment monter une clé USB avec le client rdesktop connecté. précision : sous le client rdp 6 Windows la personne se connecte sur un bureau a distance et branche une clé usb, la clé monte automatiquement. pouvons nous faire la même chose sous rdesktop ?
    Merci d’avance pour vos réponses

    Répondre
  22. Luc

    Bonjour,

    j’utilise rdesktop pour me connecter à notre serveur Windows Server 2012 R2 Standard.

    Le système fonctionne correctement du moment qu’on désactive l’option d’ombre du pointeur de la souris. J’utilise également l’option -k -x 0x80 au démarrage pour forcer l’ajustement du texte ClearType.

    J’ai par contre des soucis lors de la navigation sur le net, Internet explorer se fige fréquemment et il est impossible de le fermer depuis une station RPI. (Je n’ai pas trouvé le moyen en tout cas)

    J’ai lu des expériences similaires dans les messages précédents, mais aucune réponse n’a été apportée.

    Quand est-il aujourd’hui de vos expériences de navigation sur le net avec Rdesktop? Faut-il changer de client?

    Répondre
    1. Plouis

      Bonjour Luc,

      Beaucoup de blocage avec IE et le flash.
      Je vais tester ta solution des demain.

      Mes serveurs TSE sont des machines virtuelles sur des ecx sans carte graphique.
      L’installation de carte graphique apporte apparemment un gain dans l’affichage selon les test de mon mainteneur informatique.

      Répondre
  23. Slay

    Bonjour Plouis,

    Attention, mettre une carte graphique sur des ESX n’apportera guère d’amélioration à tes TSE/RDS. La raison est que sous VMware le remoteFX/experience utilisateur ne fonctionne pas. La seule chose que tu peux faire c’est mettre ta machine virtuelle en mode pass-through. Mais alors la gros point négatif, tu ne pourras plus sauvegarder ta VM.

    Le remoteFX n’aurait pu fonctionner que si ton hyperviseur était sous Hyper-V.

    Pour résumer, si tu veux bénéficier de réels performances graphiques sur tes VMs il faut que tu passes par Horizon VIEW avec PCOIP. Hé oui les malins! On ne nous dit pas tout !

    ps : très bon article, je suis nouveau sur le site, go to favoris.

    Répondre
  24. willi tchatchouang

    Bonjour,
    Je suis un étudiant dans une école d’ingénieur, je souhaiterais savoir la version du protocole RDP que vous avez utilisé

    Répondre
  25. jcnantes

    Bonjour,
    J’utilisais à une époque des Wyse en tant que clients légers pour me connecter à un pc en Windows7 pro. Depuis je suis passé sous windows 10 pro. Impossible d’utiliser les wyses depuis, je suppose que la version RDP utilisé par le bureau à distance des windows 10 n’est pas gérée par mes Wyse qui commencent à être anciens. Quelqu’un a t-il tester votre solution avec windows 10?
    Merci de vos infos

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      je viens de faire un test (rapide) en autorisant la connexion mais sans l’authentification NLA sur Windows 10 et je me connecte sans problème… j’ai pu faire quelques manips sans aucun souci
      après il faudrait aller plus loin dans les tests mais ça fonctionne de base
      cordialement
      François

      Répondre
  26. AUDIAU

    Bonjour,
    Pour ma part après la lecture de l’ensemble, je n’ai toujours pas trouvé ma solution pour lancer en automatique au démarrage du raspberry le rdesktop, il marche en ligne de commande mais pas quand je l’intègre dans les fichiers autostart du LXDE…

    Si quelqu’un à la solution j’avoue que je suis intéressé.

    Merci à vous tous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.