Publié le 23 mars 2022 - par

DuraCOR Pi : Le premier calculateur de terrain à base de Raspberry Pi CM4

Curtiss-Wright met sur le marché DuraCOR Pi le premier ordinateur militaire à très petit facteur de forme, basé sur un Raspberry Pi CM4, destiné aux applications de défense et d’aérospatial. Une réponse à ceux qui se posent la question de la fiabilité du Raspberry Pi.

DuraCOR Pi : Le premier calculateur de terrain à base de Raspberry Pi CM4

DuraCOR Pi est le premier ordinateur à la norme MIL-STD au format miniature à offrir une compatibilité totale avec l’écosystème logiciel Raspberry Pi et l’écosystème des modules d’extension HAT.

La division Defense Solutions de Curtiss-Wright, un fournisseur de premier plan de solutions d’approche modulaire ouverte (MOSA) a présenté le Parvus® DuraCOR® Pi, le premier ordinateur de mission basé sur un Raspberry Pi (RPi) pour les applications de défense et aérospatiales. L’ordinateur DuraCOR Pi à ultra petit facteur de forme (USFF), entièrement durci pour offrir des performances optimales dans des environnements d’exploitation difficiles. C’est le premier ordinateur de mission à offrir une compatibilité à 100 % avec le vaste écosystème Raspberry Pi dans un boîtier scellé entièrement durci à la norme MIL-STD. Basé sur le module de calcul industriel Raspberry Pi 4 (CM4), le DuraCOR Pi fournit aux concepteurs de systèmes de défense et aérospatiaux une unité empilable offrant une compatibilité totale avec tous les logiciels développés par plus de 7 millions d’utilisateurs de l’environnement RPi. Assez petit pour tenir dans la paume d’une main, l’ordinateur de mission DuraCOR Pi, conçu par Curtiss-Wright pour fonctionner dans les environnements les plus difficiles, pèse moins de 230g et mesure 30,5 x 63,2 x 84,8 mm.
Le DuraCOR Pi USFF peut également être combiné avec le commutateur de réseau Parvus DuraNET® 20-11, également miniaturisé, qui offre des fonctions de gestion de niveau 2+ pour les logiciels Ethernet de classe opérateur, y compris la prise en charge du protocole PTP (Precision Timing Protocol) IEEE-1588v2.

De plus, DuraCOR Pi supporte l’expansion des E/S via un connecteur standard RPi 40 broches HAT. L’unité DuraCOR Pi peut être facilement étendue avec un ou plusieurs modules HAT grâce à un système d’expansion flexible en « anneau » qui permet d’empiler des anneaux de modules supplémentaires sur le boîtier de l’unité. Pour prendre en charge les options d’E/S communes et le développement d’applications HAT, les E/S et signaux GPIO et série du connecteur HAT 40 broches sont également accessibles via un connecteur MIL-STD-38999 sur le panneau avant de l’unité.

Conclusion

Même si le « maker » ne va pas utiliser ce module, je pense que cet article est une réponse à la question que j’ai souvent, à savoir : « Est-ce que le Raspberry Pi est fiable ? Est-ce que je peux l’utiliser dans l’industrie?… »

Pensez bien que si un calculateur militaire embarqué utilise un Raspberry Pi, il devrait aussi fonctionner dans des environnements moins sévères 🙂

Sources

https://www.curtisswrightds.com/news/press-release/raspberry-pi-powered-ultra-small-form-factor-rugged-mission-computer.html

https://www.lembarque.com/article/curtiss-wright-propose-le-premier-ordinateur-militaire-de-terrain-fonde-sur-un-module-raspberry-pi

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. Auteur de plusieurs livres sur le Raspberry Pi publiés aux Editions ENI.

4 réflexions au sujet de « DuraCOR Pi : Le premier calculateur de terrain à base de Raspberry Pi CM4 »

  1. CDBI72

    En effet, moi le premier, je me posais des questions sur son utilisation industrielle
    à sa création, il était destiné à l’enseignement.

    Répondre
  2. Ping : DuraCOR Pi : Le premier calculateur de terrain à base de Raspberry Pi CM4 – Jhc Info

  3. Pyk35

    Disons que le CM4 change tout en supprimant la carte SD. Avec un CM4, on obtient un produit qui peut prendre sa place dans l’industrie reste tout de même à faire attention aux terres qui peuvent drainer des cochonneries pouvant perturber le RPi.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      bonjour Cédric
      merci pour ce retour
      effectivement le problème des terres/masses a toujours été source de soucis en indus !
      Sur le bureau j’ai un proto breadboard de pilotage de moteur pas à pas avec un driver A4988 et un Pi 4 et quand j approche les mains du câblage, le moteur vibre ou avance…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Complétez ce captcha SVP *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.