Publié le 12 juillet 2015 - par

Hackable Magazine et Open Silicium sont disponibles

hackable_open_silicium_juillet_2015_250pxJ’ai regroupé dans le même article ces deux revues Hackable Magazine et Open Silicium, sorties toutes deux début juillet. Publiées par les Éditions Diamond (Colmar) elles sont toutes deux dirigées par le même rédacteur en chef, Denis BODOR.
La première Hackable Magazine est d’un niveau technique abordable par des débutants pour certains articles et par des électro-informaticiens avancés pour les autres. (L’électro informaticien navigue entre informatique et électronique…)

hackable_7_couverture_600px

Au sommaire de ce numéro la MakerFaire de Paris qui a fait la part belle à nos Raspberry Pi et Arduino favoris.


 arduino_1_6_5La sortie de l’IDE Arduino version 1.6.5 permet d’utiliser un certain nombre de « dérivés » des cartes officielles.  Il est aussi possible d’ajouter le support pour des cartes supplémentaires en ajoutant des dépôts comme celui d’Adaftuit par exemple, avec le support des cartes de la marque (Flora, Metro, Trinket, Gemma…)

Suivent ensuite quelques pages à propos des tensions internes que connait Arduino ce qui se traduit par l’existence de deux sites web :
Arduino LLC et Arduino.ORG… avec à la clé des histoires de droits sur la marque, le logo, la nouvelle carte Arduino Zéro Pro…

Ah… quand il commence à y avoir des histoires de gros sous, le libre, l’open-source et autres prennent une claque derrière la tête ? (enfin, c’est juste mon avis)

hackable_sommaire

 acheter_raspberrypi2Alors pour cette question fondamentale, j’ai une réponse :

N O N

 Pourquoi ? Parce que je pense qu’on ne peut acheter q’UN Raspberry Pi 2 😉
(voir l’article sur le Raspberry Pi et le sexe des anges)

Dans cet article vous trouverez le résultat d’un certain nombre de tests (CPU, mémoire) pour aboutir à une réponse de Normand : ça dépend pour quoi faire avec votre RasPi.
Pour les fans de framboise (qui a dit de carotte ?) la réponse est OUI 😉

foudre_3Juillet-Août est une époque propice aux coups de foudre… et pas que sur les plages !

Cet article vous propose la réalisation d’un détecteur de coup de foudre. Il repose sur l’utilisation d’un circuit spécialisé de type AS3935.

Complété par l’antenne adéquate (qui a dit comme Sheila ?) et fabriqué par Playing With Fusion en direct ou sur ebay.

Un Arduino et un module RTC complètent le montage et le résultat apparait sur un écran LCD 4 x 20 caractères.

 foudre_0 foudre_2

foudre_1Le Sketch (croquis) Arduino est joint à l’article et imprimé comme toujours dans la revue en grosses lettres bien lisibles 😉


arduino_wifi_1L’arrivée sur le marché de composants d’origine chinoise a révolutionné l’approche de l’électronique.

Ces modules comme le ESP-01 sont disponibles pour une misère sur ebay (moins de 3$ port compris) sont basé sur un ESP8266 et une mémoire de 512Ko.

Ils permettent de réaliser une liaison radion à faible coût. Les modules ne fonctionnent qu’en 3,3V et il faudra prendre les précautions d’usage pour un emploi sur Arduino en 5v.

arduino_wifi_0La aussi le sketch est fourni de façon très claire, permettant une mise en œuvre facile de cette solution.


rtl_sdr_2Ceux qui utilisent des récepteurs TNT pour la radio ont remarqué que leurs récepteurs ne sont pas très précis. La fréquence est issue d’un quartz 28,8 MHz dont la qualité (pour tirer le prix vers le bas) n’est pas forcément adaptée à cette utilisation.

Après avoir utilisé rtl_test pour déterminer le décalage de votre récepteur, vous apprendrez comment compenser ce décalage pour obtenir de meilleurs résultats en réception radio.

Vous verrez aussi comment utiliser la fréquence des GSM pour calibrer votre installation.

rtl_sdr_0 rtl_sdr_1

On continue avec les exploits inutiles (c’est mon avis) : l’essai de Windows sur Galileo 😉

galileogalileo_titreTout commence par le téléchargement de Windows for Intel Galileo, non sans remplir un formulaire d’identification ainsi qu’une acceptation des conditions de la licence (EULA = End User License Agreement ou Contrat de Licence Utilisateur Final (CLUF)).

Ensuite on prépare la carte SD (en passant par la ligne de commande cmd hihihi) avec… Win32DiskImager (ça vous rappelle quelque chose ?)

Enfin après s’être bien agacé avec l’installation, la configuration… on aboutit sur… l’interpéteur de commandes en mode texte (fô pas rêver) qui permet d’après la notice… d’arrêter le système. Ce que Denis a fait sans arrière pensée avant de ranger son (inutile) jouet à 90€ – de quoi se payer 3 Raspberry Pi 😉


seafileSi vous ne souhaitez pas utiliser les services en ligne de Google, Apple ou Dropbox (pour ne citer qu’eux) vous pouvez opter pour un hébergement de vos données sur un NAS.

Cet article vous propose de mettre en œuvre un Raspberry Pi pour créer votre propre cloud avec Seafile.

Après avoir configuré le WiFi, connecté le disque dur, vous installerez Seafile avant de le configurer et… de l’utiliser.

repertoires_raspbianVous débutez en Linux ? Vous venez d’un monde où des icônes plus colorés les uns que les autres présentent l’organisation de votre disque dur sous forme graphique ?

Vous débarquez, un peu perdu dans un monde ou la même chose se présente sous forme de suite de lignes de texte en noir et blanc (parfois avec un peu de couleur…)

Mais comment diable s’y retrouver ? Cet articl pourrait être le début du commencement d’une solution…

Il vous présente une arborescence Linux en expliquant le rôle des principaux répertoires (bin oui on ne dit pas dossier, ici, Monsieur !)

L’article se termine pour l’initiation à l’électronique par quelques montages destinés à faire clignoter une LED (il y en a qui clignotent d’origine 😉 ) à base de 555 (de mon temps….) ou, pourquoi pas de transistors ?

On termine la revue par un article sur le contrôle d’un appareil en 230v à l’aide de relais.

Euhhhhhhh…. oui oui c’est fini… j’ai du rater l’article qui donne son nom à la revue, le hack d’un objet ou d’un appareil… non ?


 open_silicium_15_couverture_600pxOn passe à Open Silicium. Alors là c’est du lourd, du professionnel. De qui effrayer le débutant qui se dit « Tiens ! Une revue sur le matériel en open source… voyons voir… »

A mon avis ce numéro est plus à destination des techniciens et des ingés qui développent des solutions embarquées qu’à destination du grand public. Enfin, vous me direz ce que vous en pensez…

Certes on voit le Raspberry Pi en couverture mais….

open_silicium_15_temps_reel_xenomaiCet article explique comment compiler le noyau Linux standard puis le noyau Linux Xenomai pour la carte cible, et réaliser des tests de latence  pour comparer ces deux noyaux.

open_silicium_15_raspberry_pi_avioniqueVoilà notre RasPi à l’œuvre. Ici il est question de créer un OS respectant la norme ARINC653  à des fins d’expérimentation et de formation sur le RasPi, sachant qu’une plateforme professionnelle est estimée à 50 000€ (remise déduite ;)…

open_silicium_15_lepton_at91samd20Bon, là je me suis dit faut te recycler… je connais ni Lepton, ni la carte AT91SAMD20 🙁

open_silicium_15_introduction_rtnet

 Mise en œuvre de Xenomai sur une BBB avec RTnet. L’article se termine par l’utilisation d’openPOWERLINK sur RTnet…

open_silicium_15_decodage_signaux_gpsCet article décrit comment il est possible de décoder les signaux GPS avec une clé TNT. J’ai croisé des formules d’intégrales que je n’avais plus vues depuis de (très) nombreuses années 😉

open_silicium_15_licences_logiciels_libresPlus accessible, cet article fait un état des lieux des différentes licences des logiciels libres. A lire si vous utilisez ou souhaitez diffuser un logiciel sous l’une de ces licences.

open_silicium_15_developpement_pilote_USB_HIDDans cet article vous trouverez les bases nécessaires au développement de drivers (pilotes) pour des périphériques USB. L’exemple choisi est le gros bouton rouge (arrêt d’urgence par exemple).

open_silicium_15_simulez_peripheriques_pythonIci vous apprendrez comment simuler vos périphériques série en Python.

Conclusion

Autant j’ai apprécié le numéro de Hackable, autant le numéro d’Open Silicium m’a semblé décalé et pas du tout adapté à ce que je recherche en achetant une revue. Les articles de Hackable Magazine je peux les mettre rapidement en œuvre, alors qu’Open Silicium m’emmène dans un domaine pour lequel je n’ai pas de besoin, ni de moyens (en temps et en finances…).

Enfin… c’est juste mon avis et vous pouvez ne pas être d’accord et le dire dans les commentaires ci-dessous …

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

5 réflexions au sujet de « Hackable Magazine et Open Silicium sont disponibles »

  1. Ping : Hackable Magazine et Open Silicium sont disponi...

  2. Laurent F

    Sauf erreur de ma part, les éditions Diamond se trouvent à Sélestat et non à Colmar. Cela reste l’Alsace, mais pas dans le même département :).

    Répondre
  3. Denis Brion

    J’ai été un peu chagriné par Open Silicium de ce trimestre ci: le précédent faisait découvrir la programmation en C de la Tiva ARM et laissait entrevoir une suite (ce qui était alléchant), tandis que Hackable de la même période montrait sa programmation sous Energia. J’arrive à comprendre qu’il arrive beaucoup de cartes à bas prix sur le marché, et qu’une -voire deux – revues ne puissent pas se fixer sur une carte et un constructeur donnés . Cependant, la complexité de cette carte mériteraient qu’on s’y attarde un peu, même si on arrive à faire des choses interessantes en s’aidant du tutoriel de Texas -orienté Windows, cependant-, du blog de patolin http://patolin.com/blog/2013/07/07/osciloscopio-con-stellaris-launchpad-actualizacion/ -aussi orienté windows- et des liens entre l’arduino et un PC sosu Linux (python2-x + matplotlib+ pyserial) de balau https://balau82.wordpress.com/2011/03/26/capturing-an-analog-signal-with-arduino-and-python/. J’ai ainsi pu faire un ‘oscilloscope’ -l’écran est confié à un PC : il n’y aurait pas d’obstacle majeur à le confier à un RPi, si on a … un écran- capable d’échantillonner par rafales 60 fois plus vite qu’un arduino (ou 20 fois plus vite qu’une carte son de PC) en 30 lignes de Python et 150 lignes de C++….

    Répondre
  4. Béranger C

    Bonjour,
    c’est le premier message que je laisse ici et j’en profite pour féliciter Francois pour son remarquable travail.
    Les articles proposant comme Hackable d’essayer la programmation de GPIO du Raspberry en pilotant du 220V via une carte relais se multiplie… mais le béotien que je suis (pardon d’avance) n’a pas encore compris si on peut utiliser une carte relais pour piloter une tension moindre. Concretement j’aimerais piloter mes vannes d’arrosages (aujourd’hui controler par un programmateur qui leur envoie du 24v continu seulement): est-ce que le meme montage marcherait (ie, qui peut le plus -piloter du 220v- peut le moins ?) ?
    Merci

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      bonjour
      merci pour ce retour
      oui un relais qui est capable de commuter du 220v peut commander du 12 ou du 24v sans problème
      soyez attentif au courant consommé par les vannes qui va passer dans les contacts…
      cordialement
      François

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.