Publié le 3 février 2017 - par

Freelabster, l’impression 3D collaborative [partie 2]

Dans la première partie de cet article, je vous ai présenté la plateforme d’impression 3D communautaire Freelabster.
Le scénario s’est déroulé jusqu’à la validation de la commande.
Cette deuxième partie reprend un peu avant la coupure, avant de continuer je vous propose un résumé de l’épisode précédent…

Résumé de l’épisode précédent

Contacté par une personne de l’équipe Freelabster pour discuter d’un article de présentation de la startup, j’ai décidé de commander un boîtier pour un Raspberry Pi, histoire de rester dans le sujet du blog.

Après une présentation de Freelabster et du challenge d’impression 3D que lui a proposé l’enseigne Boulanger, j’ai ajouté des vidéos expliquant comment les Freelabsters (imprimeurs 3D) sont certifiés.

J’ai trouvé le boîtier sur Thingiverse et je l’ai choisi parce qu’il permet de monter un ventilateur de 30 mm. J’en avais en stock et ça peut être utile pour pousser un peu un Raspberry Pi en fréquence.

Après avoir transféré les fichiers .STL correspondant au fond et au couvercle, choisi les paramètres (matière, coloris…) Freelabster a calculé un prix (sans doute fonction du volume de matière utilisé ?) et m’a proposé des imprimeurs 3D, chacun indiquant le prix de l’opération (qui peut être différent du prix calculé). J’ai fait mon choix et validé un des imprimeurs.

Validation de la commande chez Freelabster

Je valide donc ma commande de boîtier de Raspberry Pi chez ISA3D qui me propose un prix un peu plus bas que ce qui était calculé. La visite du site m’a rassuré, c’est un revendeur d’imprimantes 3D et de matériel pour les imprimantes 3D. Il doit connaître son affaire …

Mon journal de bord indique maintenant que je suis en contact avec le Freelabster ISA3D et que je peux dialoguer avec lui au travers de cette page.

La cellule Votre projet indique bien 2 fichiers mais le lien qui est dessous Détails des fichiers ne fonctionne pas 🙁 Par contre dans Transaction le lien Votre facture affiche la facture ci-dessous :

J’ai payé 16,50 € alors que la facture se monte finalement à 15,30 € … Que deviennent les 1,20 € trop perçus ? Je ne sais pas…

Dans la partie Messagerie Jean-Luc, mon imprimeur, me tient au courant de l’avancement de ses travaux d’impression et me propose même des photos de mon boîtier ! les voici :

Pour la partie supérieure du boîtier, celle qui va recevoir le ventilateur et :

Pour la partie inférieure, avec les supports pour fixer le Raspberry Pi.

Il y a même une vue avec les deux parties du boîtier réunies.

On est samedi matin, tout est prêt et mon colis est à la poste !

L’imprimeur a du valider que la livraison était en cours car j’ai le bouton de validation de réception de commande qui est apparu.

J’ai aussi retrouvé mon euro vingt manquant. Il apparait en crédit. Ça aussi c’est à suivre après la clôture de la transaction. Je me demande si cette somme va passer en avoir ou être remboursée sur mon compte Paypal. Le trop perçu n’est pas de mon fait mais bien dû à l’encaissement préalable à la conclusion de la vente. Ça aussi ça me chagrine un peu 🙁

Réception des pièces imprimées

Le paquet a été posté samedi matin comme me l’avait annoncé Jean-Luc, mon « imprimeur », et comme c’est indiqué sur l’étiquette Colissimo. J’avais émis un doute sur l’adresse de destination qui était affichée car c’était mon adresse personnelle et pas celle du point de livraison choisi.

Tel Sœur Anne, ne voyant rien venir je patiente… Je ne vais pas passer tous les jours au point de retrait pour voir si le paquet est arrivé… Quand je commande sur d’autres sites, je suis prévenu quand le matériel est disponible… Je patiente encore… Pas de mail, rien… Ce matin (jeudi 2 février)  je contacte l’imprimeur via le tableau de bord et il me dit que d’après le N° de suivi (que je n’avais pas !) le paquet est disponible au point de retrait. Je file chez l’épicier du coin (de la rue 🙂 ) qui me confirme que le paquet est arrivé le mardi 31 janvier 🙁

Damned ! on est jeudi ! Voilà encore une amélioration possible, l’envoi systématique du N° de suivi au client… Allez, le paquet à la main je rentre vite fait pour découvrir ce qu’il contient (les anglais appellent ça unboxing).

Emballage et protection

Bon, le voilà enfin ce paquet 😉

Carton résistant, adhésif large pour maintenir les bords fermés, rien à redire.

Rien à faire, pour ouvrir il faut jouer de cutter.

Des chips en polystyrène apparaissent, Il y en a des deux côtés du paquet. Le boîtier imprimé est bien protégé au milieu.

A l’intérieur un emballage en mousse protège les éléments imprimés.

Tout ça garni d’adhésif (vous remarquerez que je ne cite pas de marque 😉 ) et bien maintenu.

Ahhh voilà le boîtier ! Les couleurs me plaisent bien.

Les pièces imprimées

C’est pas mal, non ?

Le côté alimentation, HDMI, sortie vidéo/son

On voit bien sur cette photo les différentes couches déposées par l’imprimante.

La carte Raspberry Pi 3 se positionne parfaitement sur les trous de fixation et sous le petit rebord destiné à la maintenir.

Tout ça me semble conforme, les deux parties du boitier se raccordent parfaitement.

Validation de la réception

Le résultat étant satisfaisant, je vais valider la réception de commande. Retour au Tableau de Bord.

Une fenêtre demande Avez vous reçu votre commande ? et un bouton permet de valider la réception. Je clique sur le bouton VALIDER LA RÉCEPTION.

Comme cette opération est irréversible, il faut confirmer que le projet a bien été reçu. Après un court instant cette fenêtre apparait :

La commande est marquée archivée. Elle n’apparait pas dans l’onglet COMMANDES ARCHIVÉES tout de suite, il faudra une déconnexion et une re-connexion avant que le projet soit visible dans cet onglet (ci-dessous).

Le lien Détail des fichiers ne fonctionne pas, on ne peut donc pas revoir les fichiers qu’on a envoyés.

Montage du ventilateur

Prévue pour un ventilateur de 30 mm la partie supérieure du boîtier possède une ouverture et quatre trous qui là encore sont parfaitement adaptés. Le cache au dessus du GPIO est ouvert sur la partie qui recevra le connecteur du ventilateur.

Pour la suite le CPU/GPU sera doté d’un radiateur à ailettes, la mémoire recevra un radiateur plat, mais ça, c’est une autre histoire…

Conclusion

Bien… mais peut mieux faire…

Si vous suivez le blog, vous savez que quand ça va je le dis, mais quand ça ne va pas, je le dis aussi 🙂 Freelabster, une startup encore jeune puisque créée en juillet 2016,  propose un service d’impression 3D complet, depuis la  conception jusqu’à la production. On peut effectivement faire modéliser sa pièce par un designer enregistrés sur la plateforme. La plateforme se rémunère en prélevant un pourcentage sur la transaction.

Si globalement le résultat est satisfaisant : mise en relation avec l’imprimeur, délais, qualité de la réalisation… le diable se cache dans les détails. On comprend aussi que la petite équipe qui développe Freelabster a beaucoup à faire et que le site n’est pas forcément la priorité. C’est cependant l’interface à laquelle le client se frotte. S’il est aussi ronchon que moi, il a vite fait de fermer la page et d’aller voir ailleurs. Pour cet article j’ai continué le processus jusqu’au bout malgré plusieurs points qui, sinon, m’auraient fait quitter le site 😉

Voici la liste des détails qui me chagrinent (ça n’engage que moi 🙂 ), à Freelabster de réagir pour améliorer l’expérience de l’utilisateur.

  • En premier lieu c’est la façon de s’inscrire qui ne me semble pas logique… Il faut compléter sa commande avant de se voir demander des « informations complémentaires » qui servent en fait à créer le compte.
  • L’importation des fichiers à imprimer ne semble pas au point. J’ai eu soit deux fichiers identiques, soit un seul fichier lorsque j’en importais deux.
  • Le choix de la matière est délicat quand on ne connait pas le PLA, l’ABS, la résine… Pourquoi choisir l’une plutôt que l’autre ? D’autant que les points d’interrogation censés fournir de l’aide (sous l’image) ne fonctionnent pas. Pourquoi pas une page récapitulative avec l’utilisation prévue du projet, la matière conseillée, les avantages et inconvénients… Ou alors un « expert virtuel » qui à partir d’un questionnaire, d’un formulaire conseille au client la meilleure solution ? Plus long à développer, cette solution pourrait faciliter le choix du client.
  • Pourquoi dire que Freelabster va trouver les propriétaires d’imprimante locaux, afficher une carte… alors que les propositions viennent de toute la France. Même si l’imprimeur accepte le retrait de la pièce sur place, qui va faire 300 Km pour aller chercher 4 grammes de plastique ?
  • Pourquoi calculer un montant prévisionnel et le faire payer au client si les imprimeurs peuvent demander un prix différent ? Dans mon cas, j’ai payé 1,2 € de trop qui certes apparaissent en crédit… Bin… j’avais pas demandé à les donner ces 1,2 €, moi ! Ils deviennent quoi ? Finalement la réponse était dans les CGU (Conditions Générales d’Utilisation) que je n’avais pas lues avant de commander… Vous les lisez, vous ?

  • Petite remarque, pourquoi ne pas proposer les « suppléments » comme la qualité améliorée ou le service rapide parmi les options de la commande ? Quand c’est en fin de commande que je reçois des sollicitations pour gratter encore quelques euros, ça ne déclenche pas chez moi une impulsion d’achat mais un agacement qui parfois me fait abandonner la commande (mais ça c’est mon côté papy ronchon).
  • La dernière chose : Il serait bien que lorsque l’imprimeur a expédié la pièce imprimée, il renseigne le N° de suivi avant de valider l’expédition. Ainsi le client aurait la possibilité de « tracer » son paquet et d’aller le chercher dès la livraison.

Finalement Freelabster  c’est une bonne idée. Il devient possible de créer et d’imprimer en ligne avec des délais courts. La jeunesse de cette plateforme explique les quelques soucis que j’ai pu rencontrer et qui devraient être corrigés…

Sources

On a testé la certification Freelabster

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. Auteur de plusieurs livres sur le Raspberry Pi publiés aux Editions ENI.

19 réflexions au sujet de « Freelabster, l’impression 3D collaborative [partie 2] »

  1. icare

    Bonjour François,
    Merci pour cette description et le coup de pouce à ceux qui osent faire quelques chose.
    C’est à peu près la même chose partout.
    Quelques sites très pro mais c’est le double du prix.

    Répondre
  2. Bernard

    Bonjour Francois

    C’est comme ça qu’on fait avancer les choses, comme toujours le retour est particulierement détaillé et complet et permettra à FreeLabster d’améliorer son site et l’expérience d’achat car tout le monde sait bien qu’un site bancal ou mal ficelé est un site sur lequel on ne revient pas.
    Aujourd’hui le client est habitué aux sites commerciaux carrés , réactifs et sans bug et c’est très important pour les nouveaux arrivants de se faire tout de suite une bonne réputation.
    Je crois que la commande de pièces imprimées va se développer à grande vitesse, il faut juste que les industriels jouent le jeu en fournissant les fichiers .
    Il est possible aussi que l’impression 3D devienne de plus en plus abordable pour le particulier.

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Bernard
      Ils m’ont dit qu’il ont bien pointé les remarques et que les modifs sont en route
      un particulier lors du choix de la matière…
      Ils ont l’avantage d^’être parmi les premiers à se lancer et on ne peut que leur souhaiter de réussir
      Après, de plus en plus d’industriels publient les pièces détachées en accès libre et ça c’est bien 😀
      cordialement
      françois

      Répondre
    2. msg

      Bonjour ,

      Si les fichiers à imprimer ou l’adresse des imprimeurs est diffusée , c’est la mort de ce cite .
      Qui à intérêt à aller sur ce cite si un ami peut vous filer ce fichier que vous pourrez imprimer dans un FABLAB du coin ou en direct chez un imprimeur proche avec qui vous avez déjà commander ?

      La somme trop perçu et un gage pour eux que le client reviendra commander .
      Ils auraient pu attendre que le client fasse son choix de prix pour encaisser , mais François n’aurait certainement pas eu les photos des pièces déjà réalisées .
      Que ce serait-il passer si l’impression n’avait pas plu à François ?
      Un défaut d’impression où l’erreur de départ de la double et même pièce imprimée .
      Ça aurait fait des frais supplémentaires ou c’est pour la pomme de l’imprimeur ?

      Je n’aime pas trop cette économie numérique où il faut passer obligatoirement par un prestataire qui centralise tout , surtout après avoir trouver l’imprimeur avec qui on travaillera certainement tout le temps .

      Ce site ne peut convenir qu’à des clients pressés qui veulent une production en quantité avec des délais courts qu’un seul imprimeur ne peut assurer , soit des professionnels fabriquants ou de la pièce détaché et pas la grande majorité des particuliers .

      Je ne serais pas étonner que des sites comme celui-ci soient tenté de générer une pseudo pénurie sur le temps de disponibilité des pièces commandées afin d’augmenter les frais .
      Pour exemple cette somme demandée pour un projet expess , la pseudo recherche d’imprimeurs sur la carte et le trop perçu à la commande , vont donner des idées à d’autres .

      Bonne chance quand même à cette jeune équipe pour qui le travail sera identique à celui d’un centre de copie et d’impression sur papier .

      Répondre
      1. François MOCQ Auteur de l’article

        Bonjour msg
        ah ah tu veux me piquer mon titre de Papy Ronchon !
        mais je ne vais pas me laisser faire 😉
        il n’y a pas encore des fablab partout et les imprimantes 3D sont encore rares…
        merci pour le commentaire
        cordialement
        françois

        Répondre
  3. Titof

    Merci François pour ce test très bien détaillé ! Passionné par l’impression 3d et possédant une imprimante, je serais assez intéressé pour proposer un service d’impression, ne serait ce que pour améliorer mon matériel …

    Répondre
  4. Damien

    Bonsoir François, et merci pour ce test.
    On voit bien que c’est pas un test acheté par une marque 🙂

    Moi ce qui ne chagrine c’est cette histoire de pré-paiement et de crédit sur le compte, qui au final poussent à l’achat. Si vous ne voulez pas perdre votre 1,2€, il va falloir faire une nouvelle commande (ou avoir un crédit de 30€, et pour ça il faut faire plusieurs commandes….)

    Que valent les prix proposés par rapport à la concurrence ?

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonsoir Damien
      Bin… sur framboise314 même quand c’est un article sponsorisé (et dans ce cas c’est indiqué au début de l’article) je garde ma liberté rédactionnelle. En fait les « mauvais joueurs » refusent l’article s’il n’est pas en leur faveur… donc on ne les voit pas 😀
      Freelabster joue le jeu et ils ont commencé à corriger certaines choses. J’aurai certainement d’autres commandes mais ce reliquat ça m’a chagriné aussi…
      Tarifs Sculpteo pour le fond du boitier seul
      Chez Scupteo pour le fond tout seul on est à 28.18€ en rapide ou à 19.72€ pour une livraison dans 2 semaines ! c’est plus cher pour le fond tout seul que pour le boitier complet chez Freelabster 🙁
      je n’ai pas testé les autres

      Répondre
      1. fred

        Bonjour,
        J’ai fait imprimer exactement le même fond chez sculteo, (j’ai modifié la partie supérieure pour un intégrer un support camera), c’est effectivement 2 fois plus cher mais le rendu est bien meilleur (frittage laser vs fil fondu)…

        Répondre
  5. bzh44

    Merci à notre papy ronchon préféré pour ce test très intéressant. Peut-être que j’essayerai aussi d’ici quelques temps.
    Dans le premier paragraphe de la partie 1 il manque un mot mot dans une phrase : « les makers qui ont un d’impression 3D ». Pour les gros besoins c’est au fond du couloir 😉

    Merci François.

    Répondre
  6. Stan

    Bonjour François,

    Je suis Stan, responsable technique de Freelabster.
    Merci pour cet article, et surtout merci pour ces critiques (merci pour les compliments aussi, mais d’un point de vue purement pro ils me sont moins utiles 🙂 ).
    Nous travaillons d’arrache pied pour prendre en compte toutes les remarques , et améliorer notre plateforme de jours en jours. A titre d’information, nous avons publié la 4e version du processus de commande il y a quelques jours ! D’ici quelques jours, l’affichage des projets sera revu dans l’interface client également.
    Enfin, pour répondre à @msg, le site agit comme tiers de confiance, et plateforme d’appels d’offres. Le Lab du coin, ou le freelabster qui a déjà livré un client ne sera pas forcément le plus intéressant financièrement pour chacun des projets, pas forcément disponibles etc…
    Et dans le cas de la livraison d’une pièce défaillante en direct, personne ne vous aidera. Nous garantissons à l’utilisateur la livraison d’une pièce conforme aux attentes exprimées. Ainsi, le Freelabster qui imprime une pièce défaillante, dans une mauvaise couleur ou un mauvais matériaux par exemple, ne sera pas crédité et prendra un avertissement. Nous ré-attribuerons donc la commande à un autre imprimeur, sans que le client n’ai à sortir 1 seul euro de plus.

    Enfin, nous permettons aussi à des freelabsters semi-pros ou amateurs (dans une limite d’exercice acceptable) de se proposer pour des pièces avec peu de contraintes, ce qui sera beaucoup plus accessible qu’un fablab de quartier.

    Bien cordialement,
    Stan, de Freelabster

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Stan
      merci pour ce retour
      merci de prendre mes remarques en compte, mais je me doute bien que vous avez d’autres chats à fouetter 🙂
      je reviendrai sans doute pour une autre commande, j’en profiterai pour voir tout ça
      cordialement
      François

      Répondre
  7. guy

    en lisant le post j’etait étonné du prix… j’ai fait la simulation sur 3Dhub ( https://www.3dhubs.com ) suivant les « imprimeur » cela commence à 4 € (plus frais de port) avec une moyenne à 10 e pour exactement les mêmes slt et mêmes materiaux. (j’ai pas joué avec les couleurs )
    j’ai deja pas mal travaillé avec 3dhub et je n’ai jamais eu de surprise. dans ce genre de publireportage, il faudrait quand même procéder a un comparatif entre les diverses offres du marché .

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour Guy
      Bin… un publireportage est une publicité rédactionnelle. Il m’arrive d’en publier et dans ce cas l’article est clairement indiqué comme sponsorisé (voyez par exemple cet article : http://www.framboise314.fr/lecture-de-code-barres-avec-le-raspberry-pi/) et il y a une contrepartie à l’écriture et à la publication de l’article (en général le matériel est fourni à titre gracieux). C’est la loi et c’est la règle sur framboise314 !
      Ici c’est une startup qui m’a demandé de parler d’eux. Il n’y a eu aucune négociation commerciale et j’ai payé de mes deniers la réalisation du boîtier. (c’est à ça que servent les pubs qui apparaissent sur le blog 🙂 ).
      Que l’article soit sponsorisé ou pas, je garde ma liberté rédactionnelle. Si l’article est sponsorisé, le fournisseur peut choisir de ne pas publier un article qui ne va pas dans son sens. Je ne peux pas cafter… mais c’est déjà arrivé 😉
      Ici c’est moi qui ai la liberté du choix et si vous avez lu l’article, vous avez constaté que je fais état des remarques négatives lorsqu’il y en a.
      C’est la première fois que je fais imprimer via ce genre de site. Mais pourquoi pas un comparatif des « imprimeurs »… Je n’aurai certainement pas le temps de m’y « coller » mais si vous êtes partant pour ce genre d’article qui doit être assez chronophage, les pages de framboise314 vous sont ouvertes 🙂
      cordialement
      François

      Répondre
  8. Christophe

    Bonjour,
    Il y a quelques mois, j’ai essayé le service Freelabster, et je confirme leur volonté de faire évoluer leur plateforme vers l’excellence. Mais il reste un peu de chemin à faire, alors je leur souhaite plein de courage et de réussite pour leur projet. C’est une équipe très sympas, alors soyons indulgent pendant encore quelques mois 🙂
    Merci à François pour ton article qui est de très bonne qualité comme toujours.
    Christophe

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.