Publié le 3 février 2017 - par

Freelabster, l’impression 3D collaborative [partie 1]

Au milieu de l’année 2016, Benjamin, Stanislas et Mélissa lançaient  Freelabster. Tout comme certains proposent de mettre en relation clients et chauffeurs de voitures, voisins proposant des services… leur idée est de mettre en relation les makers qui ont un besoin d’impression 3D et les possesseurs d’imprimantes 3D.
Je vous propose de découvrir ce service plus en détail et de suivre le mode opératoire depuis le choix d’un objet à imprimer jusqu’à sa réception.

Freelabster, l’impression 3D pour tous

Freelabster.com offre une façon innovante de commander une impression 3D sur internet. L’ambition de Freelabster est d’ouvrir l’accès à cette technologie au grand public, en intégrant tous les acteurs de l’impression 3D dans un même service.

L’idée de base

Pour n’importe qui, trouver un moyen d’imprimer l’objet souhaité peut parfois être fastidieux. Freelabster propose de trouver pour vous en un clin d’œil tous les propriétaires d’imprimante locaux (note de f314 : j’y reviendrai) et commander une impression en quelques clics ou depuis son smartphone. La relation entre le Freelabster (l’imprimeur 3D) et son client est entièrement sécurisée. La politique commerciale du site est simple : imprimé ou remboursé. En se positionnant comme un tiers de confiance, Freelabster garantit une expérience optimale et sans risque.

Partenaire des magasins Boulanger

L’enseigne française Boulanger spécialisée dans le loisir, le multimédia et l’électroménager a signé un partenariat avec Freelabster pour compléter l’offre de sa plateforme Happy3D, jusque là limitée au téléchargement des fichiers 3D. Chacun peut, dès à présent, lancer une impression 3D et venir la chercher gratuitement dans un des centres Parisien de la marque ou travailler avec un Freelabster pour une impression locale.

Avez-vous déjà rêvé de produire vos propres objets à la maison ? D’appuyer sur un bouton pour voir apparaître quelques minutes plus tard la pièce qu’il vous manque ? de réparer à l’identique une pièce cassée sans avoir à débourser des fortunes ? Avec l’impression 3D, c’est le futur à portée de clic… Sur Happy 3D vous trouverez de nombreuses pièces détachées pour les appareils vendus par Boulanger. La plus demandée est… la trappe à pile des télécommandes 🙂

Le challenge Boulanger

Livrer 9 magasins dans toute la France en moins de 24 heures

Pour faire suite au succès de sa campagne de communication, le groupe Boulanger propose à la plateforme d’impression 3D communautaire Freelabster.com un sacré challenge : Livrer en moins de 24 heures à 9 magasins, un projet de 50 pièces imprimées en 3D.

Trois conditions ont été définis pour ce défi :

  • L’imprimeur doit être de la même ville que le magasin Boulanger
  • La livraison devra se faire en main propre
  • Tout doit être livré avant 10h le matin

Vous retrouverez l’intégralité du déroulement de ce challenge sur le site Freelabster.com

Jeudi 4 aout, 9h

Les responsables 3D de Boulanger contactent Freelabster.com pour une demande assez particulière : Livrer 50 impressions 3D pour chacun des 9 magasins et avant le lendemain matin 10h.

La demande

50 impressions dont 10 lanceurs Pokemon GO adaptés à 3 marques de téléphones (5 x Samsung, 3 x iPhone 5 et 2 x iPhone 6) et 40 jetons Pokeball.

Conclusion

Challenge réussi avec une livraison à l’heure prévue des 9 centres Boulanger avec une production en moins de 24 heures. Cela rendu possible grâce au sérieux des Freelabsters, aucun problème n’a été a signalé et tous ont respecté leurs engagements.

La certification des imprimeurs 3D

La personne/l’entreprise qui souhaite devenir Freelabster (imprimeur 3D), en début d’inscription et avant d’avoir accès aux projets, doit soumettre sa production à une certification. Cette certification peut-être réalisée par Freelabster :

ou proposée en vidéo par l’imprimeur 3D :

Il existe plusieurs certifications en fonction de la qualité des productions : argent, or et platine.

Le processus a été testé par le site lesimprimantes3D.fr, vous pouvez consulter cet article en complément de celui-ci 🙂 Il consiste en l’impression d’un robot miniature. Les dimensions changent, le fichier STL fourni ne fait pas la bonne dimension etc. Ceci permet de tester la réactivité et la qualification du futur Freelabster.

Un réseau en extension

La plateforme d’impression collaborative connaît une croissance forte de son nombre d’imprimeurs 3D. Cela se traduit par une réponse à un besoin réel et un accès à un service en constante évolution. Toute l’équipe du site est en relation permanente avec chacun des membres de la communauté. Afin de garantir une réactivité optimale une application dédiée aux imprimeurs a été déployée, elle permet d’être averti en temps réel des nouveaux projets. Ce dynamisme et cette réactivité des Freelabsters permet d’assurer aux clients une grande flexibilité et diversité dans le choix de la machine et des techniques.

Un responsable Italie vient de rejoindre l’équipe de Freelabster.com pour ouvrir les portes de la plateformes aux imprimeurs 3D italiens. L’ouverture d’un nouveau pays passe d’abord par le recrutement d’une base forte d’imprimeurs puis l’ouverture des commandes. Ce premier test grandeur nature donnera le ton des prochaines ouvertures de pays. (Communiqué de presse)

Comment ça marche ?

J’ai été contacté par un membre de l’équipe Freelabster pour parler du projet. Pour être dans les conditions les plus  réelles possibles, j’ai choisi de faire réaliser en impression 3D un boîtier pour un Raspberry Pi (2 ou 3) utilisé pour les tests, et comme je vais le pousser un peu en fréquence j’ai opté pour un boîtier supportant un ventilateur de 30 mm (j’en ai en stock).

Choix de la pièce à imprimer

Sur Thingiverse

j »ai choisi ce boîtier  qui est disponible avec plusieurs couvercles, acceptant des tailles de ventilateurs de 30 mm et 40 mm. Il est pourvu d’ouvertures pour faciliter la circulation de l’air. J’ai télécharge les fichiers (sous forme d’un zip). La différence entre les couvercles de Pi 2 et Pi 3 est l’emplacement de la découpe pour voir les LED… Je prendrai donc un fond de Pi 3 et un couvercle de Pi 2 😀

Un simple visualisateur de fichier STL permet de se rendre compte de ce qui sera imprimé. On peut faire tourner la pièce et l’observer sous tous les angles…

Passer la commande sur Freelabster

Le choix étant fait j’ai attendu vendredi en fin d’après midi pour passer ma commande. Bin oui, je l’ai fait exprès 😀

Des débuts difficiles

Pour tout vous dire, j’ai un peu galéré pour passer ma commande parce que je voulais créer un compte et… que je ne voyais pas comment faire 🙁 . En regardant la page d’accueil on ne voit pas de lien pour se créer un compte.

Il faut cliquer sur le bouton Commencer de la fenêtre de gauche pour lancer le processus… En bas à droite de la page il y a un bouton d’appel qui permet de poser vos questions. Ce n’est pas du Chat temps réel mais j’ai interrogé l’équipe Freelabster au sujet de la création de compte quand j’étais un peu perdu… et j’ai eu une réponse rapidement, avec copie sous forme de mail. La réactivité est donc bonne de ce côté…

Transférer les fichiers STL

On va ensuite charger (uploader) le(s) fichier(s) sur le site : on peut soit faire glisser les fichiers, soit cliquer sur parcourir et aller chercher les fichiers dans l’arborescence. c’est cette option que j’ai choisie.

J’ai donc sélectionné mes deux fichiers et cliqué sur le bouton Ouvrir.

Les fichiers sont chargés, analysés et le volume de matière est calculé.

Choisir la matière pour l’impression 3D

On va ensuite devoir choisir le matériau dans lequel l’objet va être imprimé. Pour un boîtier de Raspi ce n’est pas de la déco 🙂 je choisis donc Utilisation.

Là on va accéder au choix de la matière. Soit sur l’écran simplifié ci-dessus…

Soit sur écran plus complet mais sans doute moins accessible si on débute. J’aurais aimé avoir plus d’infos, j’ai donc cliqué sur les points d’interrogation (avec Chrome et Firefox) mais rien n’est apparu… je n’en saurai donc pas plus 🙁 Allez restons simples, je choisis une impression en ABS.

Par contre il faudrait trouver quelque part et de façon accessible un descriptif des différents matériaux et de leurs utilisation. Ce n’est pas parce que je veux faire imprimer un objet que je connais l’ABS, l’ABS HD, le PLA, le PLA HD etc. utilisés en impression 3D : pourquoi choisir l’un plutôt que l’autre ?

Une carte centrée sur Dijon apparait et m’annonce que Freelabster recherche des imprimeurs pour moi… j’aurais bien aimé savoir s’ils avaient trouvé des imprimeurs près de chez moi… Mais rien n’apparait… Pourquoi afficher cette carte alors ?

Un petit bug ?

Ça ne dure pas très longtemps et voici mes pièces à imprimer… Euh… Il y a deux fois le même fichier !! Je vérifie sur ma copie d’écran (un peu plus haut sur cette page) que j’avais bien sélectionné mes deux fichiers différents avant de cliquer sur Ouvrir… Voui ! apparemment il y a un pt’tit bug sur ce téléchargement. Pour en avoir le cœur net je referai la manip un peu plus tard avec un autre navigateur, cette fois seul le premier fichier apparaîtra… Pas le deuxième ! Faudra revoir cette page 😉

Notez que le chiffrage des impressions est fait et apparait à la droite de chaque ligne.

Du coup je supprime manuellement un des deux fichiers (-1)

Et j’ajoute le deuxième en cliquant sur le bandeau Ajouter une nouvelle impression… Cette fois ça marche ! Vérifiez donc bien que les fichiers affichés sont ceux que vous voulez imprimer…

Choix de la couleur des pièces

Pour chaque pièce on peut choisir la couleur. J’aime bien les couleurs qui pètent ! Je choisis Jaune et Rouge pour mon impression 3D.

J’ajoute quand même dans la zone de commentaires que la couleur n’est pas primordiale.

T’as pas un euro ?

Le bouton Continuer est situé tout en bas de la page. Avant d’y arriver on me propose d’ajouter 4 euros pour une finition Premium… Là ça m’agace un peu… C’est comme sur ces sites qui vous proposent une assurance, une livraison accélérée, un petit plus… J’ai toujours l’impression qu’on me dit « Bon, tu as bien avancé ta commande mon gars ! On va essayer de te piquer deux trois sous de plus« …  Vous aurez deviné 😉 je ne prendrai pas la finition Premium ! Fallait m’en parler avant !!

Et… Une fois la commande faite, on me demande des informations complémentaires : En fait c’est ici que se fait l’inscription. Donc ce ne sont pas des informations complémentaires, ce sont des informations INDISPENSABLES ! J’avoue avoir été un peu perturbé par cette méthode. Je me balade pas mal sur le net, et en général la première étape c’est la création d’un compte, puis la commande… Ici c’est l’inverse !

Passer commande de son impression 3D

Je renseigne les informations demandées, je coche la case sur les conditions générales (vous les lisez, vous ?) et je fais Continuer.

Voilà ma commande d’impression 3D est prête. Reste à choisir la livraison. Par défaut on me propose une livraison à domicile (2€). Mouais connaissant Chronopost et Colissimo 😀 le point de relais me va bien. Et ça fait chuter le prix de la livraison à 0,50 € 🙂

Choix d’un point de livraison

Je choisis un point de chute pas très loin de chez moi. J’aurais bien coché Remise en main propre, mais je ne sais pas à  stade de la commande s’il y a un imprimeur près de chez moi et s’il accepte de remettre les objets en main propre…

Payer la commande d’impression 3D

Et voilà le récapitulatif de la commande d’impression 3D qui apparait. Bon, pour la livraison la somme est bonne mais… pas l’adresse : C’est mon adresse perso et pas celle du point relais… On verra à la réception du paquet 😀 Tiens au passage (voir plus haut ma réaction 🙂 ) Si vous voulez que votre projet soit traité en priorité ça fera 5€ de plus (fallait m’en parler avant 😀 )

Bon, on arrive au moment de payer… Je vais utiliser Paypal pour régler les 16,5€ que va me coûter le boîtier.

La fenêtre de paiement Paypal s’ouvre et je m’identifie.

Et je paye en cliquant sur le bouton Payer.

Ça mouline quelques instants…

Et j’arrive sur cette page dans l’onglet Commandes en cours où apparait mon numéro de commande suivi par En recherche de Freelabsters.

Vérification sur mon compte Paypal : la somme a bien été retirée. Je reviens sur la page du site Freelabster.

 

Choisir son imprimeur

Un message (à droite) me dit de rester connecté car les Freelabsters pourraient me poser des questions sur mes projets d’impression 3D et dans la partie gauche de la fenêtre un message me dit que les candidatures des Freelabsters s’afficheront ici. Bonne pâte je fais ce qu’on me dit… Je me mets en mode attente. Il est 17h45… Bon je vais boire un café et feuilleter Canard PC Hardware pour patienter.

Il est 18h… Je ne vais pas reprendre de café sinon je ne dormirai plus… tiens il reste des papillotes. Je vais en prendre une…

Il est maintenant 18h15. J’ai attendu sur cette page une demi heure et… rien, nada, que dalle ! Bon, l’article sur Intel dans Canard PC était intéressant 🙂 Je laisse la page ouverte et je vais voir ailleurs si j’y suis 🙂 – je suis en Firefox 50.1.0

Et là en regardant la boîte mail, surprise ! J’ai reçu des réponses quelques instants après avoir validé la commande mais la page sur laquelle j’attendais… n’a pas changé 🙁

Dans l’appli smartphone Freelabster, les imprimeurs sont prévenus quand il y a une commande d’impression 3D. Je pense que ceux qui la reçoivent correspondent aux critères choisis par le client. La réactivité des imprimeurs a été très bonne mais je n’ai pas vu apparaitre leurs offres.

J’ouvre un des messages qui me dit juste que j’ai reçu une offre. Le bouton Accès au projet ouvre une nouvelle page sur le site freelabster.com.

Les offres des imprimeurs

Effectivement 7 imprimeurs 3D me proposent leurs services.

  • 4 affichent le prix que le site m’avait calculé 16,50 € (et prélevé sur Paypal !)
  • 2 affichent un prix plus élevé 26,10 € et 40,50 €
  • 1 affiche un prix plus bas 15,30 €

Chacun a mis un message en accompagnement de son offre.

Sur cet exemple de message on voit que si le N° de téléphone est resté (je l’ai flouté) par contre l’adresse mail de contact avec l’imprimeur a été remplacée par des * !

Je lis les commentaires mais bon, le prix le plus bas retient mon attention 😀

Conclusion

Vu la longueur de cet article sur l’impression 3D, j’ai choisi de le scinder en deux parties. La commande du boîtier fait l’objet de cette première partie

J’ai noté un certain nombre de points qui me chagrinent un peu, vous en trouverez le résumé dans la conclusion de la seconde partie de cet article, dans laquelle vous découvrirez comment le client est en contact avec son « imprimeur 3D », ainsi que des images du boîtier reçu.

Lire la deuxième partie de cet article.

 Sources

On a testé la certification Freelabster

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

6 réflexions au sujet de « Freelabster, l’impression 3D collaborative [partie 1] »

  1. Ghislain

    Effectivement l’inscription après les choix peut être déroutante mais d’un autre coté ça évite de devoir s’inscrire « juste pour voir » 😉

    Vu les tarifs je pense profiter de ces services rapidement 😀

    Répondre
  2. dominique

    j ai regardé la vidéo de la certification platine.
    je m étonne qu a un si haut niveau il n y ai pas de relevé des dimensions de la piece pour verifier l etalonnage de l imprimante… pourtant important dès qu il ne s agit pas d un objet de decoration

    Répondre
  3. jenramac

    Bonjour,

    Très intéressant.

    Attention, le flou sur votre adresse semble ne pas bien fonctionner si vous ne voulez pas que l’on arrive à bon port 🙂

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      merci !
      il y a un endroit où elle est lisible ?
      Je viens de regarder peut-être sur le paiement Paypal
      mais bon, elle ne devrait pas être récupérée par un robot…
      je vais quand même remettre un coup de flou 😀
      cordialement
      François

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.