Publié le 20 janvier 2015 - par

DistantSmokes : Mesure des performances de l’accès aux sites distants avec un Raspberry Pi

distantsmokes_250pxEn général, serveurs et datacenters sont déjà dotés de systèmes de supervision qui fournissent un grand nombre d’indicateurs techniques internes : état des systèmes, mémoire, disques, etc.
Pour comprendre le point de vue des utilisateurs, il faut cependant les compléter par un système externe et indépendant : Jean-Philippe, expert en réseau, a créé dans ce but des sondes de test réseau basées sur des Raspberry Pi. Il a créé DistantSmokes pour commercialiser ces sondes réseau à destination des entreprises.

DistantSmokes

La supervision ne fait pas tout !

Lors de la dernière réunion, le directeur régional a lâché : “la semaine dernière, encore une fois , le réseau ramait dans toutes les agences et on pouvait à peine travailler”.

Difficile d’argumenter face à un ressenti aussi vif, surtout si la téléphonie est également impactée (ToIP). Et pourtant… les relevés de trafic ne montrent rien d’anormal…

marche_pasSeule la mesure des performances réelles évite que ce soient les utilisateurs qui se transforment en sirène d’alarme. Et puis il y a le lot des incidents épisodiques, qui perturbent les liaisons avec les sites distants : On hésite à faire intervenir un technicien car une fois sur deux, il ne constate rien. Et le lendemain, ça recommence. Les utilisateurs se plaignent  et on entend : “vous n’êtes jamais là quand il y a un problème”.

Si une panne franche est mémorable quand la zone d’impact est grande, la somme d’une quantité de petits désagréments réguliers et incessants, amène souvent à changer de fournisseur… ou de responsable informatique…

Comment résoudre ce problème ?

Pour que les sondes destinées à mesurer la qualité des échanges sur le réseau soient efficaces elles doivent

  • être déployable facilement sur sites distants (il y a rarement des équipes techniques voire des serveurs allumés en permanence).
  • suivre les performances réseau de bout en bout dans toutes leurs variations (la situation est rarement la même à toutes les heures de la journée, sur tous les sites)

Un Raspberry Pi pour analyser les performances réseau

L’émergence de l’Internet des Objets a permis d’imaginer une solution spécifique pour le suivi de sites distants. Une solution simple et accessible. On peut maintenant dédier des micro-boitiers compacts à une fonction, comme la répétition de tests.

Les boitiers DistantSmokes sont déployés sur les sites distants mêmes, ils offrent l’opportunité de voir les performances des services IT comme les utilisateurs finaux, de détecter les ralentissements et d’alerter avant que cela ne tourne à la crise.

distantsmokes-tablet-mobile

Autre originalité du service : Il n’y a besoin de personne pour mettre en œuvre cette opportunité. Pas de serveurs à acheter ou de logiciels à installer et à paramétrer au risque de perdre de vue l’objectif final :

  • tester et maîtriser les performances des services IT,
  • sur l’ensemble de vos sites.

Tout au plus, DistantSmokes suppose un accès au Web et un mobile (pas nécessairement iOS ou Android puisque les notifications sur mobile sont réalisées via SMS).

Comment ça marche ?

La mise en service se fait en connectant deux câbles sur le boîtier DistantSmokes

distantsmokes_etape1Tout d’abord il faut connecter le câble Ethernet sur le boîtier et sur une prise réseau de l’entreprise.

distantsmokes_etape2Quand c’est fait, la connexion de la prise micro-USB de l’alimentation démarre le Raspberry Pi et le boîtier est prêt à remplir son rôle.

distantsmokes-configurationLa seule intervention consiste à renseigner les cibles à mesurer, ce qui se fait au travers d’un navigateur web. Les différents boîtiers de l’entreprise apparaissent sur le tableau  (5 sur le tableau ci-dessus).

distantsmokes-configuration2Après avoir choisi le boîtier à configurer, il reste à renseigner les cibles à tester régulièrement, et les alertes à déclencher… A l’issue de cette opération, le boîtier commence à enregistrer les informations.

 Visualisation des résultats

Chaque boitier possède une page de synthèse qui correspond aux 8 dernières heures. Chaque bande correspond à une cible :

distantsmokes-sauvegardeEn cliquant sur une bande, on aboutit sur la page d’historique complet de cette cible, avec des graphes détaillés sur 8h, 2 jours, 2 semaines, 2 mois et 1 année :

distantsmokes-navigateurChaque bande verticale correspond à un intervalle de 5 min, le trait vert à la médiane des mesures et les différents gris à la distribution des mesures.

distantsmokes-dmzCombien ça coûte ?

Il existe deux formules :

Small : 1 site distant (agence, école, magasin, hotel… ), 12 cibles et +1400 tests par heure
100€ HT par trimestre

Large : 1 site important avec nombreux services/applications (siège local, datacenter…)  48 cibles +5000 tests par heure
250€ HT par trimestre

Conclusion

Clairement destiné aux entreprises et même plus particulièrement aux services chargés d’assurer la qualité de service aux usagers, ce boîtier montre une fois encore les possibilités très variées qu’offre notre framboise.

Cette sonde réseau met à disposition des services de maintenance des données capitales pour comprendre les problèmes évoqués par les utilisateurs.

Sources

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

7 réflexions au sujet de « DistantSmokes : Mesure des performances de l’accès aux sites distants avec un Raspberry Pi »

  1. Yaug

    Sympa.
    Dommage par contre pour les tarifs qui du coup ne sont pas intérressant du tout pour des particuliers ou de petites structures.
    Mais ça donne des idées de projets.

    Répondre
  2. dadadounee

    Bonjour,
    C’est vrais que le principe est sympa, mais le prix est plutôt élevé car on parle d’un raspberry avec une debian et smokeping installé….
    Ce genre d’outil devrais être installé dans toute les infrastructures, au moins on peut constater et pas avoir droit au classique : ça RAM !!!
    😀

    Répondre
  3. Dodutils

    Je comprends pas trop l’intérêt de cet outil payant basé sur de simples ping.

    Il en existe déjà des tonnes gratuits, par exemple en couplant nagios+cacti on obtient cette application, mais il en existe des plus simples.

    Répondre
  4. mike

    J’avais envie de faire la même chose avec mon Pi mais en testant les sites trop souvent, ne risque t’on pas de se faire bannir ?
    Ce que je vois bien aussi avec un Pi c’est un testeur réseau a bas prix, genre avec un petit écran qui dit que la connexion supporte bien le 100Mbps voir le 1Gbps (mais passer via une autre carte réseau/contrôleur) .
    Si quelqu’un à d’autre utilisation comme celle ci, qu’il n’hésite pas a le faire savoir .

    Répondre
    1. Romain

      Salut. J’utilise la raspberry pour suivre le post de la ps4 anniversary sur instagram. Pour cela je check le site toutes les 10 secondes et je n’ai pas ete banni. Cela fais une petite semaine que la raspi tourne 🙂
      En esperant t’avoir aide.

      Ps: desole pour les accents je travail sur qwerty

      Répondre
  5. EVOTk

    Hello,
    J’utilise smokeping sur un raspberry sa fait la même chose ( sans l’interface web pour paramétrer, uniquement de la visu ) et sa me coûte rien par moi.

    Je ne voit pas trop l’intérêt de se genre de chose, c’est hors de prix

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.