Publié le 10 février 2015 - par

Raspberry Pi 2 : un détecteur de flash ?

flash_250pxÇa fait le buzz en ce moment dans le petit monde de la framboise : le Raspberry Pi 2 fait sa coquette et n’aime pas être photographié (au flash !).
Sylvain a attiré mon attention sur ce phénomène que je n’avais pas constaté…
Faut que je vous dise… Je pense que les photos qui illustrent framboise314, tout comme les textes, doivent être de bonne qualité par respect pour vous, qui venez consulter ces pages. Les photos sont donc réalisées de façon à être visibles, si possible sans ombre et bien éclairées.

Le Raspberry Pi 2 n’aime pas le flash

Installation photo de framboise314

tente_photoC’est pourquoi j’utilise l’installation ci-dessus, une tente photo avec 3 lampes à température de couleur équilibrée que je déplace en fonction des besoins. Cela me permet de publier des images (photos et vidéos) que j’espère de qualité. Même si ce n’est pas du professionnel….

Tout ça pour vous dire que je n’utilise pas le flash en direct, car souvent la lumière est très crue et les ombres importantes…

Je suis donc passé à côté du bug du Raspi2 😥

Mais les essais que j’ai réalisés ont confirmé le phénomène. A chaque coup de flash (jusqu’à plus de 30cm avec mon Panasonic TZ7) le RasPi2 est dans les choux. Sur celui que j’ai en test, ce n’est pas un RESET, c’est le black-out. L’écran s’éteint et… plus rien ! Il n’y a plus qu’à débrancher la prise…

Essais de désensibilisation du Raspberry Pi 2

Après la lecture des différents articles sur le sujet, j’ai donc essayé de voir s’il était possible de « désensibiliser » le RasPi2.

Au crayon feutre noir

Pour le premier essai j’ai voulu faire simple. Un crayon feutre noir du type utilisé pour écrire sur les CD (Stabilo OHPen universal) a été utilisé pour noircir le circuit intégré U16 :

raspi2_noir_01Vous pouvez voir le résultat ci-dessus… J’ai même mis un coup de crayon sur le circuit imprimé… Pourtant j’ai essayé de trembler en même temps que le Raspberry Pi … 🙄

Attention, on va tester si ça fonctionne… ou pas :

raspi2_noir_00Photo ! et… écran noir.

Bon, ce n’est pas la solution, on y retourne.

Au scotch double face

Cette fois, j’ai trouvé dans mon tiroir un rouleau d’adhésif double face pour extérieur. Il est protégé par une feuille plastique de couleur verte.

raspi2_avec_dble_face_01

Je vais tenter de protéger U16 (toujours peint en noir, d’ailleurs) avec un morceau d’adhésif double face.

raspi2_avec_dble_face_02Bon là il est bien à l’abri. On peut tester

raspi2_avec_dble_face_03

La photo au flash produit des photos avec des zones très éclairées que j’estime indignes de figurer sur framboise314… (ici lors du test avec le double face)

PHOTO ! et… écran noir !

Ce n’est pas non plus la solution…

Le boîtier noir

Alors là c’est la grosse artillerie ! Juste pour vérifier qu’on est bien en présence d’un phénomène photo électrique et pas d’IMP

raspi2_boitier_noir

Le boitier noir protège bien le Raspberry Pi 2. Soumis au même régime, l’antique modèle B (en bas à gauche) n’a pas bronché… Costaud, l’ancien !

Bon, c’est le boîtier noir standard que j’ai pris chez Kubii pour le B+ et que j’ai réutilisé ici.

Allez… charge du flash… on retient son souffle et ! Bingo ! cette fois avec le flash au raz du boîtier ça ne plante plus !

Mais attention, si je mets le flash à 45° vers la fente large située à droite du boîtier… ça plante encore ! Ce qui confirme que c’est bien la lumière qui arrive vers U16 qui provoque le phénomène.

Conclusion provisoire

La protection du Raspberry Pi 2 par un boîtier noir opaque suffit, à condition de ne pas envoyer la lumière vers le circuit incriminé. Je continue donc la recherche d’une protection plus efficace au niveau du circuit lui-même…

L’adhésif d’électricien

raspi2_chaterton_01Comme conseillé par la Fondation, je teste l’adhésif d’électricien, également appelé (improprement) chatterton.

raspi2_chaterton_02Bien que je n’aie pas pu entourer précisément le circuit U16 – l’élasticité de l’adhésif (et son âge avancé 😉 ) font qu’il s’est remis à plat – des éclairs de flash à courte distance n’ont absolument pas perturbé le Raspberry Pi 2.

Voilà donc une première solution à envisager si votre Raspberry Pi 2 doit être soumis à des flash à courte distance.

Je continue les tests et j’ajouterai les essais suivants ci-dessous.

Conclusion

Un nano-ordinateur qui vient juste de sortir et qui succombe sous les coups de flash ! oups

Certains lecteurs du blog ont déjà proposé des applications pour cette fonctionnalité cachée du Raspberry Pi 2 : par exemple un détecteur d’orage (POURRE) !

Mais si vous avez d’autres idées, ça pourrait aider la Fondation à créer de nouvelles applis pour ce modèle Raspberry Pi 2 qui avait plus de possibilités qu’on nous l’avait dit 😉

Pour vous, la sensibilité du Raspberry Pi 2 au flash est elle un frein à son achat ?

Voir les résultats

Loading ... Loading ...

Sources

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

23 réflexions au sujet de « Raspberry Pi 2 : un détecteur de flash ? »

  1. Clemzo

    C’est un RPI qui a été développé pour être embarqué dans les voitures…. 😉
    Blague à part même s’il ne faut pas ignorer ce bug, je ne pense pas que l’on y soit exposé très souvent.
    En effet, je pense qu’un boitier opaque résoudra très certainement le PB.

    Répondre
    1. Jonquieres

      Tout à fait d’accord. En général on teste les surtensions, les alimentations mal stabilisées et les décharges électriques mais je n’avais jamais entendu parler de ce phénomène.

      Je ne pense pas que ce soit un gros problème pour 99% des applications, ces dernières n’incluant généralement pas des émissions de flash à 10 cm de la carte électronique.

      Répondre
    1. Denis Brion

      Par dichotomie, en recouvrant une carte avec des bandes de plus en plus étroites et petites de pâte à modeler: http://www.raspberrypi.org/forums/viewtopic.php?f=28&t=99042 (et des commentaires sur le circuit incriminé, le nom du circuit -http://www.onsemi.com/PowerSolutions/product.do?id=NCP6343 – et des applications de cet étrange phénomène comme faire clignoter une LED sont disponibles dans http://hackaday.com/2015/02/08/photonic-reset-of-the-raspberry-pi-2/ )

      Répondre
  2. lionel

    Bonsoir François,

    il a été mentionné, entre autres solutions, un bout de ruban adhésif noir utilisé en électricité, en prenant bien soin de couvrir complètement le composant.

    N’empêche que j’allais commander une PI 2 quand j’ai vu les articles sur ce bug. Du coup, je pense attendre un peu. La fondation sera bien obligée de régler ce problème très rapidement pour rester crédible face aux cartes alternatives.

    Répondre
  3. Oli

    Bonjour,

    Et avec un peu de vernis (genre vernis à ongle, coloré ou transparent), ça protège le U16?

    ça permettrai peut-être de faire quelque chose de plus fin…

    Oli.

    Répondre
  4. TXRobotic

    Dans le temps il existait des EPPROM à fenêtre qui pouvaient être effacés aux UV (Ces produits existent toujours mais sont peu courants)
    Pour éviter les RAZ intempestifs (soleil, lumière, flash…) il existait des étiquettes opaques spéciales. Si on en retrouve une dans nos vieux cartons, on vous en fait parvenir une pour test et on devrait pouvoir trouver un vieux fournisseur dans un coin capable d’en fournir….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.