Publié le 6 avril 2015 - par

On parle du Raspberry Pi 2 dans Programmez!

programmez_184_250pxUn soupçon de framboise dans le revue Programmez! de ce mois.
Encore un numéro très riche pour les développeurs (euses) que ce Programmez N°184 d’avril 2015.
Un bilan de Java 8, un an après, avec un cri d’angoisse : « Java peut-il mourir » ponctué par ce titre accrocheur : « J’en ai plein le CRUD ! Rendez moi mon Java ! 😉
Pour nous amateurs de framboises, une série d’articles sur NoSQL une « nouvelle » (vers 2000) façon d’aborder les SGBD sans parler de bases relationnelles.
Le Raspberry Pi 2 est à l’honneur dans ce numéro puisque François Tonic lui consacre une page entière

programmez_184_600pxEncore une fois la présence du Raspberry Pi dans cette revue destinée aux développeurs est importante car c’est une bonne façon de faire connaître notre framboise et d’attirer de nouveaux talents, des professionnels intrigués par cette petite carte aux possibilités énormes.

D’ailleurs si vous êtes développeur pro et que vous avez découvert le Raspberry Pi dans Programmez! je vous invite à laisser un commentaire ci-dessous pour nous dire ce que vous pensez de la framboise314…

programmez_184_Pi2

220px-Ada_lovelaceCe numéro est également consacré aux développeuses. Saviez vous que le premier programmeur était une femme ? Elle s’appelait Ada Lovelace.

Elle est principalement connue pour avoir réalisé le premier programme informatique, lors de son travail sur un ancêtre de l’ordinateur : la machine analytique de Charles Babbage.

Dans ses notes, on trouve en effet le premier algorithme publié, destiné à être exécuté par une machine, ce qui fait considérer Ada Lovelace comme « le premier programmeur du monde ». Elle a également entrevu et décrit certaines possibilités offertes par les calculateurs universels, allant bien au-delà du calcul numérique et de ce qu’imaginaient Babbage et ses contemporains. (source Wikipedia). C’est en hommage à Ada Lovelace que le langage ADA a été nommé.

De nombreuses développeuses interviennent dans ce numéro qui démontre que ce métier comme tous les métiers techniques n’est pas réservé qu’aux hommes…

« L’intérêt de la démarche est que les filles peuvent participer et se rendre compte que les métiers techniques sont vraiment accessibles pour elles. Ceci pourrait peut-être enfin vaincre le fait que les filles, bien qu’obtenant de meilleurs résultats que les garçons au bac scientifique ne représentent que 27% des ingénieurs. Avec leur BAC S en poche, une majorité de filles se tournent vers les filières « féminisées » comme l’enseignement et la santé alors qu’elles pourraient tout à fait intégrer des formations techniques classées – à tort – comme masculines. » (Extrait d’une interview que j’ai donnée à Eyrolles – Sept 2014)

programmez_184_daphnePour ma part j’ai beaucoup apprécié cet article de Daphné, développeuse chez Marmelab à Nancy (photo de droite) et je ne résiste pas au plaisir de vous proposer cet extrait qui vaut son pesant de cacahuètes 😉 :

Qu’est-ce qu’un développeur ?
Un développeur ne se sent bien qu’avec un ordinateur entre les mains. Dans sa pyramide de Maslow, le Wi-Fi est tout en bas.Il passe ses journées et ses nuits à coder. Il a le teint pâle parce qu’il ne voit la lumière du jour que très rarement, lorsqu’il est obligé d’aller se ravitailler en café/pizzas/bières. Il n’a pas d’amis « IRL » parce que ça n’est pas son genre de sortir le samedi soir. Non, il joue aux jeux vidéo le soir. Et bien sûr, il est célibataire.
Et il sent mauvais.

Qu’est-ce qu’une développeuse ?
Il en existe deux sortes. La première, c’est celle qui essaie en tout point d’être comme son homologue masculin. Elle ne ressemble pas à une « vraie fille ». En fait, c’est comme un développeur, sauf qu’elle se lave un peu plus souvent.
La seconde, on dirait vraiment une fille, elle porte même quelquefois des robes et des chaussures à talons. Et tout le monde est très sympa avec elle, donc elle en profite. De toute façon, dès qu’elle a un problème, tout le monde accourt pour l’aider. Il faut dire que ce n’est qu’une fille, elle ne peut pas régler son bug toute seule…

Merci à Clément qui m’a signalé l’article sur le Pi2 dans Programmez!

Sources

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

8 réflexions au sujet de « On parle du Raspberry Pi 2 dans Programmez! »

  1. fabrice

    Cher FRANçOIS !!!!
    la description du developpeur est désopilante, mais je m’interroge, comment decrire un electronicien.
    j’aimerai bien « lire » ça !!!.
    et puis je commence tre serieusement a m’iinquietter pour mon cas perso puisque je fais le hard, le soft, pcb , logiciel !!!!
    faut que je demande vite aux autres si je suis bien normal moi

    Répondre
  2. msg

    Juste pour signaler ceci :

    Ce qui rend les femmes plus intelligentes que les hommes , c’est qu’elles utilisent deux méthodes pour réfléchir :
    1°) – la capacité cérébrale de leur cerveau .
    2°) – la capacité réfléchissante d’un miroir .

    D’ailleurs , celles qui réfléchissent beaucoup le matin dans leur salle de bain , ont souvent moins à se casser la tête le reste de la journée .
    C’est pas moi qui le dit , c’est dans l’article :

    « La seconde, on dirait vraiment une fille, elle porte même quelquefois des robes et des chaussures à talons. Et tout le monde est très sympa avec elle, donc elle en profite. De toute façon, dès qu’elle a un problème, tout le monde accourt pour l’aider. Il faut dire que ce n’est qu’une fille, elle ne peut pas régler son bug toute seule »

    Répondre
      1. msg

        Ça dépend de chacun .
        De nos jours , certains hommes font aussi très attention à leur apparence physique et passent beaucoup plus de temps à réfléchir dans leur salle de bain le matin . :))

        Les moches (homme ou femme) , quand ils ont du succès , c’est qu’ils sont en général assez intelligent .
        Comme les moches sont souvent mis en retrait , il faut parfois aller faire son marché dans les arrière boutiques afin de trouver la perle rare .
        Pas étonnant de voir parfois un canon avec un(e) moche !

        Ceci est un communiqué de l’ADM (Association des Développeurs Moches) . 😉

        Répondre
  3. maditnerd

    Je suis outré par le stéréotype du développeur que l’on nous sort là!

    Sérieusement pas tout les développeurs utilisent du WIFI quoi! Ethernet FTW.
    🙂

    Répondre
  4. Michel Pintaud

    Bonjour,
    merci François, je vais aller zyeuter ce numéro de Programmez qui m’a l’air fort intéressant : NoSQL, les arbres, etc ! Sans faire trop hors sujet : est-ce que certain(e)s qui se sont enregistré(e)s chez Microsoft dans le cadre de leur programme Windows10 pour Raspberry ont eu un retour ? Je trouve que ne pas recevoir ne serait-ce qu’un accusé de réception, c’est un peu léger, à la de l’impolitesse… En plus d’être beaux (belles) et élégant(e)s les programmeurs et programmeuses peuvent être poli(e)s !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.