Publié le 27 juin 2014 - par

Le Raspberry Pi dans le New-York Times

nytimes_raspi_250pxC’est sur le site du New-york Times que j’ai trouvé cette image du Raspberry Pi. Le journal New-Yorkais présente  notre framboise314 à ses lecteurs, le 25 juin 2014.

Une belle image de synthèse à mettre dans votre collection…nytimes_raspi_04Bien entendu l’image est commentée et les différentes parties sont nommées et décrites.

nytimes_raspi_01Le Raspberry Pi, un minuscule ordinateur de la taille d’une carte de crédit, a capturé l’imagination des élèves, des éducateurs et des bricoleurs du monde entier depuis qu’il est sorti en 2012. Au début de ce mois, l’organisation qui a créé cet ordinateur a annoncé qu’elle avait vendu son 3 000 000ème Raspberry Pi.

nytimes_raspi_02
L’ordinateur a été développé par des membres du corps professoral de l’Université de Cambridge en Grande-Bretagne qui avaient remarqué que les étudiants en informatique entrant à l’université étaient mal préparés pour une formation de haute technologie. Ils ont décidé de construire un dispositif peu coûteux pour que les élèves puissent apprendre.

nytimes_raspi_03Le résultat est un produit étonnamment simple, livré sous forme d’une carte de circuit imprimé nu. Son innovation vient de sa taille, surfant sur la tendance d’avoir beaucoup de puissance de calcul sur un matériel miniature, ce qui est devenu un standard avec le  développement des Smartphones. En connectant le Raspberry Pi à un clavier et un moniteur, on recrée quelque chose qui ressemble à un ordinateur classique. Sa simplicité et sa facilité d’adaptation ont favorisé des applications beaucoup plus créatives, des jeux d’arcade miniature et même un ballon informatisé qui a voyagé aux confins de l’atmosphère terrestre.

Le Raspberry Pi modèle B, la version la plus populaire, est disponible pour 35 $.

Conclusion

La France souffre du même déficit de formations que la Grande Bretagne. Un rapport de l’Académie des Sciences (mai 2013) alerte le gouvernement français sur les carences de l’enseignement de l’informatique dans notre pays. Son titre est éloquent, non ? :

Il est urgent de ne plus attendre

Vous en avez entendu parler, vous? moi non plus… (enfin… si mais pas à la radio, ni à la télé…)

Pour vivre cette situation dans mes activités professionnelles, je peux vous confier que les régions -qui sont en charge de la formation professionnelle- loin de favoriser le développement des formations informatiques, les réduisent actuellement (c’est le cas en Bourgogne… Si vous avez constaté le phénomène dans d’autres régions, manifestez vous dans les commentaires ci-dessous SVP). J’ai constaté une diminution aussi bien dans la durée des formations que dans le nombre de personnes formées.

Quand on sait que la guerre de demain sera sans doute une infoguerre, ce ne sont pas nos jeunes, formés à l’informatique avec Word et Excel ou les jeux sur console qui seront un rempart contre les attaques de pays qui ont compris que l’information est capitale…

Enfin, comme dit l’autre, c’est juste mon avis… et je le partage !

Sources

  • http://www.nytimes.com/2014/06/26/technology/personaltech/a-breakdown-of-the-raspberry-pi-computer.html?_r=0
Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

9 réflexions au sujet de « Le Raspberry Pi dans le New-York Times »

  1. MrClem

    on ne pourra compter que sur les enfants de geek/nerd/nimporte comme nous pour remonter le niveau. Le mien est encore jeune mais je compte bien l’amener à s’amuser avec ces petits « gadgets » au plus vite en espérant pas le dégouter non plus.

    Répondre
  2. gUI

    Cet été c’est python pour mes enfants ! Ils me voient jouer avec des ordis et de l’électronique à longueur de temps, il faut bien que ça leur serve aussi.
    A 10 et 13 ans, j’estime que le moment est parfait pour apprendre à programmer !
    Pour l’instant ça les amuse beaucoup, espérons que ça dure 😉

    Répondre
    1. admin Auteur de l’article

      Bonjour gUI
      pour ma part j’ai transmis le flambeau à un fils qui est développeur et formateur en informatique…
      Cordialement
      François

      Répondre
  3. Martin

    Après avoir passé le C2I je suis bien d’accord qu’il y a un sacré manque au niveau programmation en france, il y en a tout simplement aucun dans ce certificat d’informatique..

    Répondre
  4. Kiwi

    Bon c’est clair, c’est pas les gens formés a utiliser Word, Excel, ou tous les produits du monde fermé de Microsoft qui seront notre avenir.
    Je bosse avec des dev Java et C#, en tant que sysadmin, des fois j’ai peur quand j’entends des bêtises sans nom…

    Enfin, bon… je suis payé mais, ca me fait mal au c.. de voir des Mds€ dépensé chez M$ par nos services publics…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.