Publié le 7 février 2015 - par

Le Raspberry Pi 2 à la une

logo_actuLa sortie du Raspberry Pi 2 a été saluée par les médias.
Pour preuve les deux articles ci-dessous, le premier paru sur France Info (vous pourrez aussi écouter le podcast), le second sur Yahoo d’après 20 minutes.
Il devrait bientôt y avoir d’autres articles, au fur et à mesure que les revues vont sortir…

Article de Yahoo sur le Raspberry Pi 2

Le Raspberry Pi 2, un PC à 35 dollars capable de faire tourner Windows 10

raspi2_FI

TECHNOLOGIE – Le nouveau modèle est six fois plus puissant que le précédent…

Les geeks et les écoles du monde entier peuvent se réjouir. Le Raspberry Pi 2, dévoilé lundi, fait un bond en avant dans ses performances, à tel point que ce mini-ordinateur pourra accueillir une version gratuite de Windows 10 ou bien des distributions de Linux comme Ubuntu.

La nouvelle version, qui passe à un processeur quadcore cadencé à 900 Mhz et à 1 Go de RAM, reste à 35 dollars. Selon la fondation créée par le Britannique David Braben, le Raspberry Pi 2 est six fois plus puissant que son prédécesseur.

Un PC sans boîtier

Ce PC, limité à une carte-mère, comprend quatre ports USB, un Ethernet et un HDMI, ainsi qu’une prise audio. L’utilisateur doit acheter séparément un clavier, un écran et une carte SD avec un système d’exploitation installé dessus.

Le Raspberry Pi ne cherche pas à concurrencer le Mac Mini. La première version a cependant connu un véritable succès, notamment dans le monde éducatif grâce à ses outils pour apprendre à coder. Selon la fondation du même nom, plus de quatre millions d’exemplaires ont déjà été vendus.

Article de France Info sur le Raspberry Pi 2

Raspberry Pi, l’ordinateur à 30 euros qui emballe les bricoleurs

Nouveau monde par Jérôme Colombain vendredi 6 février 2015
raspi2_FI

Un tout petit ordinateur à moins de 30 euros. C’est la trouvaille d’un entrepreneur britannique pour donner aux jeunes le goût de la programmation. C’est un vrai succès. Mais pas exactement comme prévu…

Il s’appelle le Raspberry Pi (en anglais, raspberry signifie framboise). Il est tout petit, de la taille d’un paquet de cigarettes. Mais c’est un ordinateur réduit à sa plus simple expression : pas de boitier, juste une mini-carte-mère et des compostant électroniques à l’air libre. Il faut y ajouter clavier, écran et carte mémoire pour que ça marche. C’est le plus petit PC du monde !
Une première version est sortie en 2012. Une nouvelle version, six fois plus puissante, vient d’être présentée cette semaine à Londres. Elle pourra fonctionner avec le futur système Windows 10 de Microsoft. Et ça, c’est plutôt étonnant.

A quoi ça sert ?

Au départ, l’idée était de permettre aux jeunes de bidouiller et d’apprendre l’informatique comme on le faisait dans les années 80. L’inventeur du Raspberry Pi, Eben Upton, qui enseigne à Cambridge a constaté qu’il y avait de moins en moins de candidats à l’apprentissage de la programmation. Peut-être parce que, aujourd’hui, les ordinateurs ou les tablettes sont des appareils fermés que l’on peut plus vraiment bidouiller comme il y a 20 ou 30 ans. L’idée était donc de leur redonner le goût du bricolage informatique.

Un vrai succès…

Oui et non. Oui, parce la première génération de Raspberry Pi s’est arrachée à plusieurs millions d’exemplaires à travers le monde. Mais, contre toute attente, ce ne sont pas vraiment les jeunes qui se ruent sur ce mini-ordinateur ; ce sont plutôt des adultes bricoleurs chevronnés. En fait, le Raspberry se révèle être un formidable joujou pour créer, à moindre frais, toutes sortes d’appareils nécessitant de l’informatique comme un système pour piloter sa porte de garage ou des jouets ou encore des machines à café connectées, etc. D’autres petits ordinateurs à bas prix existent, comme la plateforme Arduino ou le NUC d’Intel.

…mais pas auprès des jeunes

Visiblement, le principe du mini-ordinateur à bricoler soi-même, ce n’est pas un truc de jeunes. Sans doute parce que les jeunes ont déjà tout ce qu’ils veulent à portée de main, du smartphone à Facebook en passant par l’ordinateur qu’on n’a pas besoin de bricoler, et ils ne voient pas bien l’intérêt d’inventer eux-mêmes des « trucs » comme l’ont fait leurs aînés qui, eux, n’avaient pas toius ces outils à la maison et qui devaient tout faire eux-mêmes.

 Écouter l’émission

 

Sources

Share Button

À propos François MOCQ

Électronicien d'origine, devenu informaticien, et passionné de nouvelles technologies, formateur en maintenance informatique puis en Réseau et Télécommunications. Dès son arrivée sur le marché, le potentiel offert par Raspberry Pi m’a enthousiasmé j'ai rapidement créé un blog dédié à ce nano-ordinateur (www.framboise314.fr) pour partager cette passion. .

38 réflexions au sujet de « Le Raspberry Pi 2 à la une »

  1. Dodutils

    Le truc qui m’agace un peu dans tous ces titres de journaux c’est qu’il est annoncé comme étant un ordinateur à 30€ ce qui est faux car il faut ajouter alim + sdcard + boitier + éventuellement clé WiFi / clavier / souris / câble HDMI donc au final cela coûte au minimum le double.

    Le Raspi n’est pas un ordinateur à part entière mais une carte mère comme celle d’un ordinateur de bureau classique mais plus petite (avec des I/O en plus).

    Répondre
    1. msg

      Moi ce qui m’agace , c’est que tant que le système d’exploitation était Linux ou Android , les magasines n’en parlent pas ou très peu .

      Là qu’on apprend que ça peut faire tourner un Windows , tout la presse se réveille .
      Le problème c’est que le Windows en question sera certainement un WinDos , sans interface graphique d’après ce que j’ai lu , et du coup ça en rebutera plus d’un.
      La critique journalistique va se faire pour pourrir le concept même du RPï car il ne permet pas de faire ci ou ça .
      Le RPi sera obligé de partir dans une course effrénée à la puissance pour satisfaire les désirs des utilisateurs Windows .
      Les modèles anciens seront vite rendus obsolètes alors qu’ils sont parfaitement adaptés à de simple applications électroniques et à l’apprentissage .

      Windows ne permet pas la création et l’innovation à ceux dont les moyens financiers sont faibles .
      C’est pourtant les créateurs et inventeurs pauvres qui grouillent de très bonnes d’idées !!!
      C’est peut-être pour ça qu’il change son fusil d’épaule en sortant une version gratuite , reste à savoir jusqu’à quand ce modèle sera maintenu chez Micro$oft ?
      Sûrement le temps de mettre en place un système à péage et de se rendre incontournable encore une fois .
      Au passage , il aura encore voler des idées à des gens très créatifs comme il l’avait déjà fait à l’époque .

      Linux permet la création et l’innovation car il met à disposition tous les outils disponibles .
      Langages de programmation , suite bureautique , logiciels d’imagerie , etc .
      L’utilisateur n’a plus qu’à apprendre , se concentrer sur ses projets et les réaliser en tout liberté , chose qui n’est pas possible avec Windows à cause des brevets qu’il détient .

      Répondre
      1. MrClem

        >Windows ne permet pas la création et l’innovation à ceux dont les moyens financiers sont faibles .C’est pourtant les créateurs et inventeurs pauvres qui grouillent de très bonnes d’idées !!!

        ouah qu’est ce qu’on peut en dire des conneries des fois !!!!

        Répondre
        1. msg

          Vu tes arguments , ça c’est sûr !

          Et oui , quand on a pas les sous pour certaines choses , il y a le système D .
          Et quand on a des sous , on se casse pas la tête , on achète du tout prêt au magasin sauf si on est radin !

          Répondre
  2. vb25

    Ce n’est pas la seule imprécision !
    Comparer un Rapsbery à un Arduino…. Il l’aurait comparé à un BeagleBone, je ne dis pas.

    Et conclure que les jeunes ne sont pas intéressés, ça prouve uniquement qu’il n’a pas beaucoup regardé sur internet avant d’écrire sa chronique.
    Personnellement, j’ai un garçon de 12 ans qui fait de la programmation python et web depuis 1 ans, il commence à manipuler un Arduino pour faire des robots !
    Et je ne pense pas que ce soit une exception.
    Bref, encore un article bâclé par un journaliste.
    Quand je pense que, plus jeune un devoir pareil m’aurait valu de le refaire et une mauvaise note…
    Mais que fais le patron de France Info ?!? 🙂

    Répondre
  3. sas

    Bonsoir,

    Pour les accessoires en plus du ,ce sont des choses que l on a tous a lla maison. Le rpi est du façon de les recyles en ce qui me concerne. On a tous un vieux chargeur une carte 2go qui traine… Et a chaque foi que l on acheté un appareil un câble HDMI.

    Cordialement,

    Répondre
    1. Dodutils

      On a tous ça à la maison … plus ou moins … mais cette carte SD ou ce transfo USB, ce câble HDMI tu ne les as pas eu gratuitement et une fois branchés dans le RasPi tu ne peux plus t’en servir pour autre chose sinon tu coupes le RasPi.

      Donc ce que je dis reste vrai, un RasPi opérationnel coûte bien plus que 30€ .

      Répondre
      1. msg

        Ce que tu dis Dodutils est vrai , tous ces accessoires il a bien fallu les acheter à un moment ou un autre .

        L’idée de SAS est que souvent , on se retrouve avec ces composants en double ou triple , soit parce que l’on a changer par du matériel plus récent , soit parce que l’on a fait un upgrade .
        Exemple : la carte SD de son téléphone par une carte SD plus grosse et du coup , celle-ci devient obsolète .
        Pareil pour les câbles et autres chargeurs , il sont souvent fournis et lorsque l’appareil tombe en panne ou qu’on en change , ces accessoires finissent au fond d’un tiroir ou au recyclage .

        Le RPi permet dont de faire évoluer les mentalités et de recycler des accessoires électroniques fonctionnels qui serait parti au recyclage .

        J’ai par exemple un vieux clavier et souris PS2 qui trainent et dont je me servais à l’époque pour brancher sur un vieux PC .
        N’ayant plus l’utilité , tous mes appareils sont en USB , je vais les brancher au RPi via un Hub Dock USB que j’avais acheter à l’époque .

        http://csimg.webmarchand.com/srv/FR/00000976131302428o/T/340×340/C/FFFFFF/url/apm-mini-dock-usb-20.jpg

        De chaque côté , tu as une prise PS2 pour le clavier et la sourie et au centre , il y a 3 USB disponibles .
        Ça fait déjà ça d’économisé .

        Répondre
  4. gUI

    Autre grosse imprécision c’est le fameux « PC ». Est-ce un PC ?
    Si on parle « compatible PC », ça ne l’est plus du tout (à commencer par le CPU qui n’est pas un x86). Si alors on se limite à « Personnal Computer », ok, je veux bien. Mais alors tous les Mac en sont également, et mon téléphone portable aussi.

    Bref c’est un ordinateur de poche, destiné en majorité au hacking (ce n’est pas un gros mot).

    Répondre
  5. Anth0kuto

    Je rejoins tous les commentaires énoncés sur cette page. Je n’aime pas trop les méthodes de la fondation Raspberry, en particulier sa stratégie marketing récente. Sortir le raspberry 2, en dehors du calendrier prévu, alors que le B+ est sorti deux mois avant…et l’annonce dans la foulée de Microsoft relayée immédiatement par la fondation…ça sent le partenariat caché à plein nez.

    Bon je ne vais pas cracher dans la soupe, la nouvelle carte annonce des performances étonnantes, décuplant les possibilités de notre framboise favorite 🙂
    Et puis, après tout, Windows 10 va amener avec lui son lot de développeurs spé windows qui peuvent apporter leurs connaissances, leur savoir faire, et une renommée encore plus grande.

    Répondre
  6. Zan

    Eh, moi j’ai 22 ans, je me considère pas comme vieux non plus… Et le raspberry je trouve ça plutôt marrant.

    J’ai l’impression qu’ils croient qu’on est obligé d’être un super bricoleur avec un Pi pour s’amuser avec… Alors que moi qui suis pas un pro je m’éclate simplement à émuler d’anciens jeux, regarder des films ou vidéos youtube sur ma TV avec kodi, ou même tenter de faire tourner certains trucs improbables! J’aime bien cette idée de pousser à fond les capacités d’une machine.

    Y’a tellement de trucs à faire avec qu’il y en a pour tous les goûts… Et le top, c’est que des fois on en vient à s’intéresser à des choses qu’on aurait jamais eu le courage de découvrir avant… J’avoue par exemple simplement avoir eu peur de Linux, et en recevant mon Pi B y’a 2 ans, ça m’a pas paru sorcier et j’ai adoré le côté personnalisable à souhait.
    Résultat, quand j’ai reçu mon dernier PC parce que l’ancien commençait à se faire vieux, j’ai pas hésité et j’ai installé Debian jessie dessus plutôt que d’acheter une licence Windows. Mes potes me prennent pour un fou (ou un radin au choix) maintenant, ce qui me gêne c’est de pas pouvoir toujours jouer avec eux à certains jeux, mais grâce à Valve, ça va peut-être changer! Si c’est le cas, je regretterais pas mon choix, et j’oublierais jamais que c’est grâce au Pi que j’ai pu découvrir Linux. 🙂

    Donc longue vie au Pi 2! En espérant qu’il permette de faire encore plus de choses (mais j’en doute pas, c’est même déjà le cas) et qu’une nouvelle version voit pas le jour trop tôt sinon je serais dégouté de l’avoir commandé. 😛

    Répondre
  7. Sylvain

    Bonjour François,
    Je me permets de vous signaler un problème découvert tout récemment sur le PI 2. N’ayant pas trouvé d’entrée dans le forum Framboise314 pour le PI2, je l’écris ici.

    Le PI 2 serait sensible aux impulsions photoélectriques notamment avec un flash Xenon. Ce serait dû au composant U16 (ON Semiconductor NCP6343) dont le die est nu.

    Confirmez-vous sur les PI 2 que vous avez en votre possession ? Avec quel matériau opaque peut-on le recouvrir quand on a pas de boîtier opaque ?

    Merci d’avance pour vos réponses,
    Sylvain

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonjour
      non pas serait EST sensible ! Le plantage est facilement reproductible, donnez un coup de flash à 10cm du circuit et hop ! plus personne…
      ralala va falloir faire fonctionner les RasPi dans le noir…
      J’ai reproduit la panne à chaque photo avec flash !
      je regarde ce qui peut protéger de ce bug… un article bientôt sur framboise314?
      j’utilise une tente photo avec des lampes adaptées pour réaliser les photos du site et le phénomène ne s’était pas produit !
      Merci pour l’info
      Cordialement
      François

      http://www.raspberrypi.org/xenon-death-flash-a-free-physics-lesson/
      https://www.facebook.com/raspberrypi/posts/363936800456463?notif_t=notify_me
      http://www.raspberrypi.org/forums/viewtopic.php?f=28&t=99042

      Répondre
    2. POURRE

      Comme la fondation est en train de vendre son âme à Microsoft, ils pourront en adopter le slogan:
      It’s not a bug, it’s a feature ;-))

      Un autre Sylvain

      Répondre
        1. POURRE

          Bonsoir François,

          Ca ouvre de nouveaux horizons. Je pensais à un détecteur automatique d’orage ;-))
          (quel est le délais de réaction au flash ?).

          Sérieusement, je pense que le Pi 2 doit offrir plus de ressources pour faire trourner un logiciel de SDR. Avez-vopus tester sur un B+ ? quid de la « carte son » ?

          Cordialement.


          Sylvain

          Répondre
        2. msg

          @François
          Il doit faire aussi détecteur de fuite sur four micro ondes , détecteur d’ampoule à économie d’énergie , indiquer quand un téléphone mobile échange des données avec un relais téléphonique et localiser toutes sortes d’antennes d’émissions TV et radio FM .

          Répondre
    1. msg

      Aller , ça commence à casser .

      Une puce photo sensible , ça serait bien la première fois dans l’histoire de l’électronique , ou alors ce n’est pas un microprocesseur mais une cellule photovoltaïque .

      Le Flash photo génère une onde électromagnétique .
      Le soucis doit venir soit d’un mauvais filtrage de l’alim , soit d’un manque de condensateur de découplages sur la carte , soit un filtre (anti parasite) manquant ou pas adapté .

      La carte du RPi n’a pas dû passer tous les tests de compatibilité électromagnétique (CEM) , c’est pourtant obligatoire sur tous les appareil électroniques .

      Répondre
      1. POURRE

        « Une puce photo sensible , ça serait bien la première fois dans l’histoire de l’électronique , ou alors ce n’est pas un microprocesseur mais une cellule photovoltaïque . »

        Seul un manque évident de background technique permet d’être aussi catégorique.
        Vous n’avez jamais entendu parler d’UVPROM et de leur fenêtre qu’il fallait masquer pour eviter un effacementr non voulu ?
        http://www.oddmix.com/semi/cdp18u42cd.html
        Voyus n’avez jamais décalotté un BCxx ou un 2N3055 pour faire le phototransistor que vous n’aviez pas sous la main et qu’il fallait 15 jours pour commander et recevoir par la poste (avant Amazon).
        http://my-elektronika.blogspot.fr/2006/05/sun-switch-2n3055.html
        Toutes les jonctions sont potentiellement photosensibles (pas uniquement à la lumière visible) tout simplement parceque les niveaux d’énergie mis en oeuvre, au sein de la jonction et apportée par le rayonnement, sont du même ordre de grandeur.

        Répondre
          1. POURRE

            Faute avouée est à moitié pardonnée 😉
            C’est à cela que l’on mesure le progrès. Où il nous fallait un thyristor, un 2Nxxxx et une poignée de composant, souvent récupérés sur les vielles TV, il suffit maintenant d’un Pi 2 !

            Nota: l’hypothèse de msg doit être assez facile à vérifier en mettant un carton devant le flash et en prenant la photo à la même distance.

        1. msg

          Chez le fabriquant , la notice du composant ne semble pas préciser cette caractéristique de photo sensibilité .

          Le composants présente un défaut de fabrication .
          Reste plus qu’à le calotter . 😉

          Répondre
    2. msg

      Il ne reste plus qu’à enfermer le RPi 2 dans un boitier métallique , relier celui-ci à la prise de terre et mettre un bon tore de ferrite sur le fil d’alimentation au plus près du RPI .
      Et enfin , éloigner le Flash !

      Répondre
      1. François MOCQ Auteur de l’article

        Pour répondre à une question posée ci-dessus : j’ai fait le test avec un carton et le flash juste au ras du Raspberry Pi (mais derrière le carton 😉 ) et ça ne plante pas, ce qui incrimine bien les photons !

        Répondre
        1. msg

          Qui aurait cru qu’un composant pouvait se balader , comme ça , sur la carte , à moitié nu ?

          On sera prévenu la prochaine fois de la présence de nudistes . 😉

          Répondre
  8. POURRE

    Merci François pour cette réactivité qui confirme l’analyse du bug publié par la Fondatiuon. Ils ont pu aussi reproduire le phénomène avec un pointeur laser qui, utilisant une LED et de la basse tension, ne doit pas produire d’IEM notable.
    Au delà de l’aspect anecdotique, si ce fil a conduit certains à réviser leurs certitudes quant au caractère photosensible d’une jonction et, par la même occasion, à se pencher sur la relation qui éxiste entre l’énergie d’un photon et sa fréquence (cf. constante de Planck), il aura été aussi pédagopgique.

    Cordialement


    Sylvain

    Répondre
    1. François MOCQ Auteur de l’article

      Bonsoir Sylvain
      Pour ma part j’ai testé avec un laser rouge et un UV sans provoquer de plantage. Je testerai avec un bleu et un rouge plus puissants demain (mon laser vert est mort…)
      Je ne sais pas si cet épisode aura provoqué la curiosité de beaucoup de monde mais s’il a pu éclairer la lanterne de certains sur les phénomènes photoélectriques c’est bien 😉
      Cordialement
      François

      Répondre
    2. msg

      C’est pas courant de rencontrer un composant avec un niveau d’enveloppe de protection si peu élevé .
      A force de toujours miniaturiser et faire des économies , il fallait bien que quelque chose finisse par dépasser . 🙂

      Je me coucherais moins bête ce soir .

      Je ne sais pas si ce circuit chauffe beaucoup , mais il sera peut-être bon de lui adapter un bon radiateur pour le protéger au moins de certaines sources de lumière .
      Avec un peu de pâte thermique , peut-être que ça suffira à couvrir les côtés .

      Répondre
  9. lionel

    La pâte thermique étant souvent conductrice, tu fais comme tu veux mais une fois qu’elle sera en place, tu risques d’avoir de nouveaux bugs

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Complétez ce captcha SVP * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.